skip to content

De jeunes athlètes réfugiés témoignent en prélude au Forum mondial sur les réfugiés

Farid Walizadeh et Maria Machado Global Refugee Forum

L'escrimeur Wisam Sami et le boxeur Farid Walizadeh sont tous deux des athlètes de haut niveau. Wisam Sami a fui l'Iraq et concourt maintenant aux côtés des meilleurs escrimeurs paralympiques grecs. L'Afghan Farid Walizadeh s'entraîne pour sa part au Portugal dans l'espoir de rejoindre l'équipe olympique des réfugiés du CIO pour Tokyo 2020. Tous deux connaissent le pouvoir du sport qui les a aidés à surmonter les difficultés auxquelles ils ont dû faire face lorsqu'ils ont été contraints de fuir leur foyer. Les deux athlètes sont revenus aujourd'hui sur leur parcours lors d'un événement organisé conjointement par le Comité International Olympique (CIO), l'Olympic Refuge Foundation (ORF) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en prélude au Forum mondial sur les réfugiés qui se tiendra les 17 et 18 décembre.


Durant cette réunion, les différentes situations auxquelles les jeunes réfugiés peuvent être confrontés dès l'instant où ils sont dans l'obligation de quitter leur pays natal ont été expliquées aux participants. Six témoignages ont ainsi été apportés, chacun mettant en avant le rôle positif que le sport a joué et continue de jouer dans la vie des jeunes réfugiés et de leur communauté.

Parlant de son expérience, Farid Walizadeh a confié : "Être un réfugié et penser aux Jeux Olympiques, c'est comme un rêve. J'avais tout perdu, y compris l'espoir, mais cela m'a redonné confiance et la force d'espérer à nouveau. Je me lève tous les matins à 5 heures pour m'entraîner et je me dis : 'juste un jour de plus pour prouver que je peux y arriver'."

Outre les témoignages de Wisam Sami et de Farid Walizadeh, les organisations suivantes ont elles aussi expliqué comment le sport pratiqué dans un environnement sûr et accueillant rassemblait et aidait les jeunes réfugiés :

  • Right to Play
  • Women Win
  • Hestia FC, Football Academy
  • Perolas Negras
  • Comité Paralympique Hellénique
  • Agitos Foundation
  • Comité National Olympique du Portugal

Wisam Sami Forum mondial sur les réfugiés

"Le partenariat conclu avec l'ORF est essentiel pour renforcer et intensifier notre action auprès des enfants et des jeunes (en Jordanie), en les éduquant, en les protégeant et en leur conférant une autonomie accrue grâce au sport", a précisé le Dr Katrin Imhof, directrice des programmes chez Right to Play.

La réunion s'est achevée sur une note d'espoir, la modératrice Mary Harvey, directrice du Centre pour le sport et les droits de l'homme, rappelant à quel point les récits des athlètes réfugiés Farid et Wisam sur l'adversité et la résilience étaient une source d'inspiration pour les millions de jeunes déplacés à travers le monde et attestaient du pouvoir qu'a le sport de transformer des vies.

L'événement parallèle d'aujourd'hui était organisé par l'Olympic Refuge Foundation en coopération avec le CIO et le HCR. Née du partenariat de longue date avec le HCR, l'ORF a été créée par le CIO et lancée officiellement durant sa Session à Lima en septembre 2017. La Fondation a pour ambition de permettre à un million de jeunes réfugiés et de jeunes déplacés de force de pratiquer un sport en toute sécurité d'ici 2024.

La réunion s'est tenue la veille du Forum mondial sur les réfugiés qui s'ouvrira demain en présence du président du CIO, Thomas Bach. Le Forum réunira les États membres des Nations Unies, le secteur privé, des organisations de la société civile et d'autres acteurs clés afin d'échanger les meilleures pratiques et de prendre des engagement concrets.

En prélude au Forum, l'Olympic Refuge Foundation, en tant que pièce maîtresse des initiatives de protection par le sport, a formé une coalition sportive regroupant plus de 80 partenaires qui sont fermement décidés à offrir aux réfugiés un accès au sport. Trois grands engagements ont été pris, lesquels seront officiellement annoncés par le président du CIO le premier jour du Forum.

Près de 70 millions de personnes à travers le monde, dont un grand nombre d'enfants et de jeunes, ont été contraintes de fuir leur foyer à cause des conflits armés et des persécutions. Le sport peut contribuer à la protection des réfugiés, à l'amélioration du bien-être psychosocial ainsi qu'à l'intégration et à la cohésion sociales.

back to top En