skip to content
Date
03 août 1952
Tags
Helsinki 1952

Davis en or après 14 ans d'invincibilité sous la barre

Certaines personnes arrivent aux Jeux Olympiques préparés au mieux et atteignent leur pic de forme au moment idéal. D’autres, une poignée, éclatent soudainement sur la grande scène olympique. Et enfin, il y a ceux qui posent leurs valises aux Jeux avec l’étiquette de favoris et qui doivent se montrer à la hauteur.


Cette troisième catégorie renferme un sous-groupe spécial, où l’on trouve quelques rares athlètes qui descendent dans l’arène olympique avec un tel palmarès que leur défaite est à peine imaginable. C’est le cas de l’haltérophile américain super-lourd John Davis, qui atterrit à Helsinki alors que la défaite a disparu de ses bagages depuis 14 ans.

Il a dépassé la trentaine, mais il a gagné son premier titre mondial en 1938 à 17 ans, et est invaincu depuis. Quatre ans plus tôt à Londres, il a remporté le titre suprême en battant les records olympiques du développé, de l’arraché et de l’épaulé-jeté. Lorsqu’il arrive à Helsinki, il a derrière lui six titres mondiaux consécutifs.

Il ne peut pas perdre, c’est sûr… mais aux Jeux Olympiques, les surprises sont parfois tapies dans l’ombre. Nul n’est en effet à l’abri d’une blessure ou d’une défaillance nerveuse. Et puis le corps peut soudainement commencer à accuser le poids des ans. La véritable question est cependant la suivante : est-il vraiment possible d’arrêter Davis ?

La réponse sera non. Il améliore encore ses propres records olympiques du développé et de l’arraché, et échoue de peu pour celui de l’épaulé-jeté. Son total de 460 kg est toutefois suffisant pour battre son propre record olympique de la catégorie et engranger une nouvelle médaille d’or.

Sa série victorieuse connaîtra cependant son terme l’année suivante aux championnats du monde. Blessé à la cuisse, il devra alors se contenter de la deuxième place. Il laissera retomber définitivement la barre dans la foulée, après avoir dominé outrageusement sa discipline pendant une quinzaine d'années.

back to top