skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

David Wise au-dessus du lot en Ski half pipe

Disputée dans des conditions parfaites de soleil et de vent, la finale du ski halfpipe masculin à PyeongChang a offert un spectacle renversant avec du très haut niveau. L’Américain David Wise a dû attendre son troisième run pour mettre tout le monde d’accord avec un score impressionnant de 97.20. Il conserve son titre obtenu à Sotchi il y a quatre ans. Son compatriote Alex Ferreira obtient la médaille d’argent après un deuxième run de toute beauté au gros contenu technique (94.80) tandis que la troisième place est pour le Néo-Zélandais Nico Porteous (94.00), 16 ans et 91 jours.

Il y a David Wise et les autres. Après avoir inauguré le palmarès de l’épreuve de ski halfpipe à Sotchi il y a quatre ans, l’Américain de 27 ans conserve son titre sur le pipe du Phoenix Snow Park de Bokwang. Il a ménagé le suspense en lâchant le meilleur de lui-même lors de son troisième et dernier run. Classé seulement 9e après les deux premières manches, il a fini par assommer la concurrence avec un total de 97.20. Après deux saisons perturbées par les blessures, il se pose comme l’homme des grands rendez-vous avec une deuxième médaille d’or.

« Aujourd’hui, c’était une journée incroyable, » at-t-il commenté. « Voir Alex poser tous ses runs, voir le niveau des qualifs. Tout cela m’a inspiré. Ce que je voulais c’était réussir un run propre. Je n’arrive pas vraiment à y croire. Gagner, perdre. Tout ce que je voulais, c’était poser un run. Et je suis parvenu à le faire juste au moment où j’en avais besoin. »

Alex Ferreira (Getty Images)
Un fils de footballeur argentin

C’est un autre Américain, Alex Ferreira, qui prend la deuxième place après avoir longtemps mené le concours grâce à un total de 92.60 à son premier passage. En grande forme cette saison, le skieur d’Aspen dans le Colorado est le leader de la Coupe du Monde de la spécialité grâce notamment à sa victoire à Cardrona en Nouvelle Zélande. Il a débuté le ski à l’âge de trois ans à Aspen alors que son père argentin avait été footballeur professionnel au sein de l’équipe de River Plate.

Il y a eu une belle bagarre entre Néo-Zélandais pour la médaille de bronze et c’est finalement Nico Porteous qui se classe troisième grâce à son troisième run plein de dynamisme. Agé de 16 ans et 91 jours, il prive de podium son compatriote Beau-James Wells, longtemps troisième et lui aussi âgé de 16 ans. Jamais sur le podium en Coupe du Monde, Porteous réussit une extraordinaire performance digne de son frère Miguel, deuxième des X-Games en 2017. « J’ai du mal à réaliser. J’ai même vomi au départ à cause de la nervosité », a-t-il raconté. « Je dois beaucoup à mon préparateur mental, je lui dois beaucoup. »

Nico Porteous (Getty Images)
La déception française

Les deux Français Thomas Krief et Kevin Rolland ont été les grands malheureux de cette finale. Krief s’est blessé dès son premier run et n’a pu continuer ensuite tandis que Kevin Rolland, médaillé d’argent à Sotchi, a chuté lors de ses trois runs.

back to top En