skip to content
3:04 David Jenkins

David Jenkins succède à son frère sur la glace de la Blyth Memorial Arena

De quatre années plus jeune que son frère Hayes Alan Jenkins, sacré champion olympique en 1956 à Cortina d’Ampezzo et quadruple champion du monde de 1953 à 1956, David Wilkinson Jenkins domine à son tour le patinage artistique mondial après la retraite sportive de son ainé. Il avait pris le bronze à Cortina à 19 ans et terminé deux fois 3e des Mondiaux (1955 et 1956) pour monter sur les podiums « en famille ». Par la suite, en 1957 à Colorado Springs (USA), en 1958 à Paris (France) et en 1959, de nouveau à Colorado Springs, David remporte trois titres planétaires d’affilée.

On peut le voir également, dans une vidéo d’actualité datant de 1957, réaliser un triple axel… 21 ans avant que cette figure ne soit réussie en compétition. Lui-même ne le tentera jamais à ce niveau, mais se sont bien ses qualités athlétiques et acrobatiques, la puissance et la variété de ses sauts et de ses pirouettes lors du programme libre, qui vont lui permettre de garder le titre olympique dans la famille Jenkins, le 26 février 1960.

Lorsqu’il se présente en grand favori dans la Blyth Memorial Arena de Squaw Valley, David, se consacre depuis peu de temps à ses études de médecine. Il mène donc deux activités très prenantes de front, et son grand frère Hayes Alan remarquera que « cet accomplissement n’a jamais eu l’attention qu’il aurait mérité. Moi-même, je n’aurais jamais pu remporter des compétitions tout en suivant mes études de droit, et je ne voyais pas comment il pouvait faire. Pourtant, il l’a fait ! »

IOC

Quant à David Jenkins, il notera des années plus tard : « C’est un combat mental, un test, un énorme défi. Je me souviens de la pression étouffante, dans laquelle vous devez trouver un moyen de vous concentrer sur l’objectif. Vous devez être prêt au milieu du grand battage des Jeux Olympiques, vous devez garder votre concentration, et ce n’est pas un exploit facile ». A l’issue des figures imposées, le 24 février, David Jenkins est devancé par le Tchécoslovaque Karol Divin, plus précis dans cet exercice.

Mais lors du libre deux jours plus tard, en costume noir, noeud papillon de la même couleur et chemise blanche, David Jenkins est éblouissant et éclipse tous ses rivaux. Il s’impose largement, un juge lui accordant même la note maximale de 6.0, trois autres un 5.9 et les six restant, un 5.8, à une époque où ils viennent s’aligner sur la glace après chaque passage pour brandir leurs notes face au public. David Jenkins remporte une nette victoire avec un total cumulé de 1440,2 points, devant Divin (1414,3) et le Canadien Donald Jackson, médaillé de bronze avec 1401,0 points.

IOC

David Jenkins est encore champion des Etats-Unis pour la quatrième fois en 1960, passe très brièvement professionnel pour participer à une tournée de spectacles sur glace, puis reprend son cursus universitaire pour devenir médecin pratiquant.

back to top En