skip to content
Getty Images
Date
06 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Water polo , États-Unis d'Amérique

D’une mort certaine à une cinquième participation aux Jeux pour le Carioca Tony Azevedo

Le joueur de water polo américain Tony Azevedo est revenu de la mort lorsqu’il était enfant avant d’embarquer dans un magnifique voyage, de jeune ramasseur de balles à cinq participations aux Jeux Olympiques.

« J’ai eu une déchirure de la trachée en tombant, et j’ai perdu la vie durant quelques minutes » explique le joueur de 34 ans en racontant son accident presque mortel quand il avait quatre ans. « Les docteurs ont réussi à me réanimer, mais ils m’ont dit que je ne serai plus capable de faire quoi que ce soit sans être branché à une machine ».

Contre toute attente, les Jeux de Rio font d’Azevedo un quintuple olympien. A l’âge de 14 ans, il était ramasseur de balles lors du tournoi de water polo des Jeux d’Atlanta 1996, une expérience qui l’a inspiré pour mettre en route sa propre carrière olympique. « Je me suis battu durant tout le processus de guérison, je n’ai jamais ralenti, et je me sens si chanceux d’en être là où je suis aujourd’hui. J’espère que mon histoire et mon parcours vont inspirer d’autres gens ! » souhaite-t-il.

Tony Azevedo a déjà gagné une médaille olympique avec les USA , l’argent à Beijing 2008 après avoir joué la finale face à la Hongrie (14-10). Pour le joueur né le 21 novembre 1981 à Rio de Janeiro, ces Jeux-là vont être particulièrement spéciaux, 20 ans après qu’il ait été introduit pour la première fois à son sport. « C’est super de revenir à Rio, beaucoup de membres de ma famille habitent encore ici et ils m’ont tous appelé. Ils m’ont dit qu’ils viendraient me voir jouer ».

IOC

Son père Rick, international brésilien entre 1973 et 1981 est également présent à Rio en tant qu’entraîneur de l’équipe féminine de Chine. « C’est incroyable d’avoir mon papa à mes côtés au Village ! C’est fabuleux que je sois joueur et lui coach dans la ville où nous sommes nés tous les deux. Ca va être beaucoup d’émotion pour nous ».

Le regretté grand-père carioca de Tony Azevedo était son plus grand fan. « C’était un homme fantastique, et il habitait tout près de la plage de Copacabana » explique Tony, « Après les Jeux de 1996, je lui ai dit que je voulais intégrer une équipe olympique, et mon grand-père a totalement cru en moi, tellement qu’il a commencé à m’appeler « Tony 2000 ». C’était vraiment mignon de sa part de m’appeler comme ça, spécialement quand j’ai été sélectionné pour les Jeux de Sydney 2000. Il a commencé à raconter partout qu’il avait toujours su que j’y arriverais ! »

back to top En