skip to content
2018 Getty Images
PyeongChang 2018

Les Etats-Unis assomment la Suède

Enorme sensation lors de la finale du curling masculin à PyeongChang avec la victoire de l’équipe des Etats-Unis qui a fait chuter l’immense favori suédois Niklas Edin grâce à un coup de 5 dans la huitième manche. John Shuster peut savourer son premier triomphe dans un grand championnat à l’issue d’une magnifique rencontre disputée dans l’enceinte de Gangneung. La médaille de bronze était revenue la veille à la Suisse aux dépens du Canada qui avait toujours été sur le podium depuis le retour du curling au programme des Jeux en 1998.

"Nous avons joué à notre meilleur quand nous avons eu le dos au mur. Nous nous sommes propulsés à un autre niveau cette semaine. D'habitude, nous nous bagarrons sans succès pour atteindre les play-offs. Mais durant cinq jours, nous avons été la meilleure équipe au monde, et nous l'avons fait au bon moment. Nous savions tous ce que nous avions en nous, mais le faire au moment où cela compte le plus, c'est de cela dont je suis globalement le plus fier". Ainsi s'exprime Tyler George après que son équipe ait apporté par surprise un premier titre aux USA en curling aux Jeux d'hiver.

Getty Images
Un extraordinaire coup de 5 dans le 8e end

Le curling est un sport cruel. Niklas Edin et la Suède étaient largement favoris du tournoi de curling masculin, l’aboutissement de dix ans de travail et d’une domination sans partage au plus haut niveau ces quatre dernières années. Mais il aura suffi d’un huitième end mal négociée et une erreur du capitaine suédois pour que tout s’effondre.

Une pierre mal assurée, une trop grande prise de risque et une ouverture pour John Shuster qui s’engouffre dans la brèche pour dégager les pierres suédoises avec un double take-out (deux pierres d’un coup) . Un coup splendide qui lui permet de marquer cinq points alors que les équipes étaient à égalité 5-5. "Un coup de cinq" qui sonne comme un coup de Trafalgar pour les Suédois, dans l’incapacité de revenir ensuite, dans les deux ends restants. Les USA s'imposent sur le score final de 10-7.

"Ça parait presque invraisemblable" dit le joueur américain Matt Hamilton. "Mais nous avons abordé cette finale avec un grande intensité, et nous devions juste croire que nous pouvions le faire, et réussir nos coup. Nous avons bien joué, je n'ai pas à m'en plaindre. Je suis juste heureux que nous ayons réussi à être forts dès le départ, et que nous ne les ayons pas laissé se détacher au début du match. Nous avons réussi à trouver notre rythme et là, nous avons commencé à leur mettre la pression".

Getty Images

Après la victoire, le skip John Shuster n'a pas pu se départir d'un grand sourire "alors que je suis habituellement le gars placide. J'ai dit à Matt : "Je crois que je rêve, je vais me réveiller demain et ça ne sera pas la réalité". C'est toute simplement fantastique".

Quatre défaites sur leurs six premiers matches

John Shuster et  ses coéquipiers Tyler George, Matt Hamilton et John Landsteiner n’avaient pourtant pas été flamboyants dans la phase de poule perdant quatre de leurs six premiers matches notamment face à l’Italie, le Japon, la Norvège et surtout face à la Suède sur le score sans appel de 10-4. Néanmoins, ils ont réussi à se reprendre et à atteindre la finale en faisant chuter le Canada en demi-finale sur le score de 5-3. Leur tactique défensive et rigoureuse a payé et les Suédois ont fini par craquer.

Originaire de Duluth dans le Minnesota, Shuster est le premier curleur américain à avoir pris part à quatre éditions des Jeux Olympiques. Il était un des membres de l’équipe de Pete Fenson, médaillé de bronze à Turin en 2006.

Edin progresse d’un rang par rapport à Sotchi

Pour Niklas Edin, la déception est énorme après une 4eme place à Vancouver et une troisième à Sotchi, il finit cette fois-ci médaillé d'argent après avoir gagné les six dernières éditions des championnats d’Europe et deux championnats du monde en 2013 et 2015.

Getty Images

"Je me sens vidé, et terriblement déçu que nous n'ayons pas réussi à mieux jouer" déplore Niklas Edin, "Nous avions nos chances, mais en même temps, nous avons raté beaucoup de coups, et nous n'avons jamais retrouvé le feeling que nous avions en demi-finale. Les Américains nous ont mis en difficulté, tant mieux pour eux. Ils ont très bien joué et nous n'avons pas réussi à trouver la réponse. Je suis si déçu !".

Niklas Edin n'en est pas moins fier du parcours de son "rink" depuis plusieurs années. "Nous sommes classés n°1 mondiaux, et nous avons tout fait de la bonne façon ces deux dernières années. Nous avons aussi réussi à avoir des résultats sous beaucoup de pression en étant à cette place, et nous avons super bien joué ici jusqu'a la finale.

"Nous restons une équipe jeune, alors arriver en finale c'était déjà un grosse étape", ajoute-t-il "Perdre, c'est évidemment une très mauvaise chose pour nous. Nous n'avions pas perdu de gros match en tant qu'équipe et ça fait très mal. Là, je veux juste m'allonger sur un lit et disparaitre du monde pour un moment.

Getty Images

Ce tournoi aura réservé bien des surprises avec surtout la quatrième place du Canada, la nation reine, qui avait toujours terminé sur le podium depuis le retour du curling aux Jeux en 1998 à Nagano. Kevin Koe et ses hommes n’ont jamais semblé trouver le rythme et il se sont inclinés dans leurs deux derniers matches face aux Américains donc, et face à une excellente équipe de Suisse emmenée par le capitaine genevois Peter de Cruz.

back to top En