skip to content
Vancouver 2010

Créer des conditions optimales : le travail des maîtres de la glace

Veiller à ce que la glace aux Jeux Olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver soit la meilleure et la plus uniforme possible pour tous les athlètes demande beaucoup d’efforts de la part d’une multitude de personnes, des membres des Fédérations Internationales concernées aux équipes d’experts du comité d’organisation des Jeux à Vancouver (COVAN) et du Comité International Olympique (CIO).

Maîtres de la glace

Les meilleurs fabricants de glace du monde, que l’on appelle également les maîtres de la glace, sont à Vancouver pour maintenir les surfaces en parfaite condition sur les sites de Richmond, Vancouver et Whistler, dont le Pacific Coliseum, l’Anneau olympique de Richmond, le Canada Hockey Place et le Centre de glisse de Whistler. Il n’y a pas de modèle pour fabriquer et maintenir la glace sur les différents sites. Chaque sport requiert sa propre surface. Les patineurs artistiques, par exemple, évoluent sur la glace la plus molle afin de les aider à prendre leur élan pour effectuer leurs sauts et pirouettes. À l’inverse, les patineurs de vitesse nécessitent une glace très dure pour gagner de la vitesse.

Une glace différente

L’épaisseur et la température de la glace varient d’une compétition à l’autre. La glace de la piste de luge/bobsleigh/skeleton peut être aussi fine que 2 centimètres, tandis que les patineurs artistiques évoluent généralement sur une glace d’une épaisseur de 4,5 à 5 centimètres. Bon à savoir : la glace utilisée pour le curling n’est pas régulière mais bosselée, tandis que la glace fabriquée à la main pour la piste de bobsleigh/luge/skeleton est lissée par les équipes avant chaque course. Les équipes d’experts sont aidées sur chaque site par un système sans fil de surveillance de l'environnement connu sous le nom de "Eye on the Ice" (œil sur la glace). Les appareils de surveillance permettent de consulter des données sur la température, l'humidité, la pression d'air, etc. et envoient des rapports par courrier électronique aux maîtres de la glace, lesquels peuvent ainsi exercer un certain contrôle sur les conditions à l'intérieur des installations et veiller à la qualité optimale des surfaces glacées.

Tout à fait à leur goût

Les maîtres de la glace ont si bien œuvré sur les sites que de nombreux athlètes ont publiquement salué leur travail remarquable. Ainsi que l'a déclaré l'Américaine Katherine Reutter, classée numéro deux mondial à l'épreuve du 1 000 m en patinage de vitesse sur piste courte à propos de la glace du Pacific Coliseum suite à sa première séance d'entraînement : "C'est super. La glace est beaucoup mieux que je ne l'aurais pensé. Je l'ai vraiment trouvée fine et rapide, exactement comme nous, les patineurs de vitesse, l'aimons."

back to top En