skip to content
Date
10 août 2012
Tags
Londres 2012 , Actu CIO , Athlétisme , marathon

Courir pour le monde ou l'histoire d'un athlète unique en lice aux JO de 2012 à Londres

Lorsque le marathonien Guor Marial prendra place sur la ligne de départ du marathon des Jeux Olympiques de 2012 à Londres ce dimanche, son histoire sera déjà une source d'inspiration avant même que la course ne commence.

Guor Marial est en effet l'un des quatre athlètes olympiques indépendants en lice à Londres sous la bannière olympique. Son parcours jusqu'à Londres est unique, et ce à plus d'un titre.

Premier marathon avec un temps de niveau A
Guor Marial est originaire de ce qui est maintenant le Soudan du Sud, lequel ne possède pas de Comité National Olympique (CNO) reconnu. L’athlète, qui n’a aucun passeport, est résident permanent (carte verte obtenue grâce au statut de réfugié), mais pas citoyen des États-Unis. Ce statut ne lui permet donc pas de concourir pour les États-Unis, ni pour le Soudan du Sud ou le Soudan. Guor Marial s'est qualifié pour les Jeux le 2 octobre 2011 avec un temps de niveau A alors qu'il courait le marathon Twin Cities de Minneapolis en 2h14min32s – le premier marathon de sa vie. Il a même battu ce temps le 3 juin 2012 en terminant le marathon Rock N’ Roll de San Diego en 2h12min55s. Le CIO n'a appris les détails concernant la situation de l'athlète qu'en juillet et a approuvé sa participation aux Jeux Olympiques moins d'une semaine avant la cérémonie d'ouverture.

Courir pour s'échapper
Au cours d'une conférence de presse qu'il a tenue aujourd'hui, Guor Marial a déclaré avec un large sourire : "Je représente le monde." Lorsque nous lui avons demandé comment il en était arrivé à la course professionnelle et s'il avait aimé ce sport dès le départ, il a expliqué qu'au regard de son passé de réfugié, courir n'a pas toujours eu une connotation positive pour lui. "Courir est quelque chose que j'avais l'habitude de faire pour m'enfuir. Aujourd'hui, si vous me demandiez de ne pas courir ne serait-ce que pendant une seule journée, je ne pourrais pas, j'aime courir, c'est vraiment un bon exercice", nous a-t-il confié.

Vivre au village olympique
Étant donné que Guor Marial ne fait pas partie d'une délégation officielle, il est accompagné d'un conseiller personnel qui l'aide pendant son séjour à Londres. Lorsque nous lui avons demandé comment c'était de se réveiller au village olympique et de rencontrer de grands noms du sport, il a déclaré : "C'est génial, c'est une très bonne sensation. Vous vous réveillez et ensuite vous croisez de grands athlètes comme Usain Bolt : c'est juste incroyable, c'est une grande motivation pour moi."

Informations complémentaires 
D'autres athlètes ont pris part à de précédentes éditions des Jeux sous la bannière olympique, notamment des athlètes originaires du Timor-Leste à Sydney en 2000 et des athlètes originaires de Yougoslavie à Barcelone en 1992. À Londres, trois athlètes des Antilles néerlandaises concourent également sous la bannière olympique, leur CNO ayant été dissous l'année passée. 


 

back to top