skip to content
2018 Getty Images
PyeongChang 2018

Coup double pour Dahlmeier, Öberg et Kuzmina à l'honneur

Les épreuves individuelles féminines de biathlon, disputées en nocturne à Alpensia, démarrent par un inédit doublé sprint/poursuite réalisé en l'espace de 48h par l'Allemande Laura Dahlmeier. La Suédoise Hanna Öberg surprend toutes les favorites dans l'exigeante individuelle 15 km, et la Slovaque Anastasia Kuzmina garnit brillamment son armoire à trophées en s'imposant à l'arrivée de la mass-start.

Disputée le 10 février dans des conditions difficiles en raison d’un vent glacial, le sprint féminin, première épreuve de biathlon des Jeux de PyeongChang 2018, revient à une des immenses favorites, l’Allemande Laura Dahlmeier. A l’âge de 24 ans, la Bavaroise obtient la première médaille olympique de sa jeune carrière devant la Norvégienne Marte Olsbu à plus de 24 secondes et la Tchèque Veronika Vitkova à 26 secondes.

Un peu malade en début de saison, Laura Dahlmeier retrouve la santé pour éclabousser de toute sa classe, l’épreuve d’ouverture sur le stade d’Alpensia. Sur une piste particulièrement exigeante avec beaucoup de montées dans sa première partie, la nouvelle patronne de la discipline maîtrise ses nerfs pour réussir un des rares sans faute de la course. "Je suis tellement fière," s’exclame-t-elle. "C’est la meilleure chose que l’on puisse réussir en tant qu’athlète. C’était vraiment très dur aujourd’hui."

Ce sont surtout les conditions de vent perturbent les biathlètes au cours de cette épreuve dont le départ est donné 20h15. Si plusieurs des favorites réussissent un sans-faute au tir couché, très peu d’entre elles maîtrisent tir debout à l’image de la Biélorusse Darya Domracheva, la reine des Jeux de Sotchi, qui manque deux cibles et surtout la Finlandaise Kaisa Mäkäräinen qui doit effectuer trois tours de pénalité.

En deux saisons, Laura Dahlmeier s’est imposée comme la véritable patronne de la discipline avec un sens tactique particulièrement aiguisé. Elle a notamment été sacrée cinq fois championne du monde en 2017 à Hochfilzen et a remporté le classement général de la Coupe du monde IBU 2016-2017. "Ce n’est pas si facile à cause de ce qui s’est passé l’an dernier," explique-t-elle. "Il y avait beaucoup d’attente autour de moi."

Sans prendre de risque excessif sur les skis, elle dose parfaitement ses efforts sur les 7,5 km d’un parcours qu’elle connait à merveille après avoir remporté les deux épreuves pré-olympiques disputées ici en mars 2017. La biathlète de Garmisch-Partenkirchen ne sort qu’en huitième position du tir couché accélérant progressivement jusqu’au deuxième passage sur le pas de tir.

Toute de maîtrise, elle sait prendre son temps pour dompter le vent très fort dans la nuit de PyeongChang et signer un deuxième sans faute, synonyme de large victoire à l'arrivée. De façon remarquable, derrière Dahlmeier, aucune des 19 premières classées de cette compétition n'a réussi à blanchir les 10 cibles. Olsbu et Vitkova terminent sur le podium avec un tour de pénalité chacune.

Exceptionnel coup double pour Laura Dahlmeier

Laura Dahlmeier est la première biathlète de l'histoire à signer le doublé sprint/poursuite au Jeux Olympiques, à l'issue d'une formidable démonstration sur le stade d'Alpensia, lundi 12 février. Une seule erreur au couché le plein sur les deux derniers debout et une avance colossale sur la Slovaque Anastasia Kuzmina et la Française Anaïs Bescond à l'arrivée !           

"C'est vraiment un sentiment génial, merveilleux. Je ne sais pas quoi dire, parce que je me sentais très, très fatiguée avant cette course, et aussi durant le premier tour. J'ai juste essayé de rester concentrée, et je suis encore là," déclare à chaud Laura Dahlmeier.

Elle réalise ce que seul le légendaire Norvégien Ole Einar Bjørndalen avait réussi, à Salt Lake City en 2002, mais qui n'avait jamais été réalisé chez les femmes. Victoire dans le sprint, victoire dans la poursuite ! Sa compatriote Kati Wilhelm avait elle aussi gagné les deux épreuves, mais pas dans les même Jeux (sprint en 2002, poursuite en 2006).

Getty Images

Dans cette poursuite, sa victoire prend une tournure définitive après le troisième passage au stand, le premier tir debout. Partie en tête avec 24 secondes d'avance et auteure d'une faute au 2e tir couché, elle est rejointe à mi-course par la Slovaque Anastasia Kuzmina, partie du 13e rang avec 54 secondes de retard. Mais cette dernière craque avec deux erreurs, et Laura Dahlmeier s'en va seule vers un succès imparable, parachevé au dernier tir avec un nouveau sans-faute. Dans la ligne droite d'arrivée, elle aura le temps d'attraper un drapeau allemand et d'attendre de voir qui montera sur le podium avec elle.

Avec une seule faute au 3e tir, la Française Anaïs Bescond, 19e après le sprint, revient dans les skis d'Anastasia Kuzmina, et tout se joue au sprint. Kuzmina (4 fautes en tout) prend le meilleur pour 2/10e, à 29 secondes de la gagnante, et remporte une troisième médaille olympique après l'or en sprint en 2010 et en 2014. Anaïs Bescond, pour sa part, ouvre face le bronze le compteur de l'équipe de France en biathlon à PyeongChang 2018.

Hanna Öberg surprend les favorites dans l'individuelle 15 km !

La Suédoise Hanna Öberg crée une belle surprise en maitrisant l'exigeante individuelle 15 km disputée sous les projecteurs le 15 février. Sans faute au tir, elle devance deux des principales favorites au départ de la course : la Slovaque Anastasia Kuzmina et la gagnante allemande du sprint et de la poursuite, Laura Dahlmeier, qui augmentent toutes deux leur collection de médailles olympiques.

Hanna Öberg n'avait jamais obtenu de podium en Coupe du monde, ni aux championnats du monde. La championne du monde junior du sprint et de la poursuite en 2016 à Cheile Gradistei (Roumanie), 22 ans, est montée en puissance dans ces Jeux : 7e du sprint, 5e de la poursuite, elle réussit à blanchir les 20 cibles dans l'exigeante individuelle 15 km où l'erreur au tir ne pardonne pas (une minute de pénalité à chaque cible manquée), se montre très rapide sur ses skis, et déjoue tous les pronostics pour succéder à la Biélorusse Darya Domracheva, qui se classe 27e ce jeudi en commettant quatre fautes.

"Je me suis impressionnée moi-même et je suis très surprise. Je n'y aurais jamais cru avant et gagner cette course est juste incroyable," déclare la Suédoise, qui n'évolue que depuis un an et demi sur le circuit de la Coupe du monde. "Je n'arrive pas à croire à ma performance. Je suis super contente d'avoir réussi le tir parfait. Mes entraineurs m'ont amené ici en très grande forme."

Avec deux cibles manquées, mais le temps net le plus rapide sur le parcours, la Slovaque Anastasia Kuzmina arrache la médaille d'argent à 24 secondes et 7 centièmes. C'est son cinquième podium olympique après l'or du sprint à Vancouver 2010 et Sotchi 2014, ainsi que l'argent de la poursuite en 2010 et à PyeongChang 2018. Quant à Laura Dahlmeier, qui commet une faute à son premier tir couché, elle poursuit sa série de podiums à Alpensia : après avoir réalisé le doublé sprint/poursuite, elle vient prendre le bronze à 41 secondes de la nouvelle championne olympique suédoise.

Anastasia Kuzmina remporte avec la manière la mass-start et son troisième titre olympique

Déjà deux fois médaillée d'argent à PyeongChang 2018, dans la poursuite et dans l'individuelle, la biathlète Slovaque Anastasia Kuzmina se montre impériale dans les 12,5 km départ groupé, le 17 février à Alpensia et remporte son troisième titre olympique. Elle devance à l'arrivée la tenante du titre biélorusse Darya Domracheva et la Norvégienne Tiril Eckhoff

En grande forme, meilleur temps net sur les skis devant les 29 autres concurrentes, Anastasia Kuzmina passe toute la course en tête. Après son 15 sur 15 au troisième tir (debout), elle creuse un écart de 50 secondes sur ses plus proches poursuivantes au moment d'arriver sur le pas de tir pour le dernier exercice carabine en mains. Si bien que sa seule faute de la soirée et un tour de 150 m de pénalité ne l'empêchent pas de ressortir en tête pour le dernier tour de circuit. Et c'est bien avant l'arrivée qu'elle peut attraper un drapeau slovaque pour célébrer sa belle victoire.

Getty Images

Derrière elle, Darya Domracheva, qui défend le titre acquis en 2014 à Sotchi, réalise un sans-faute au 4e tir, en reste donc à une erreur commise au 3e tir, et s'en va quérir la médaille d'argent à presque 19 secondes sur la ligne d'arrivée. Avec deux erreurs au tir mais avec le deuxième temps le plus rapide sur les skis (à 9 secondes de Kuzmina), la Norvégienne Tiril Eckhoff prend la médaille de bronze en passant la ligne d'arrivée 27 seconde après la gagnante.

Le palmarès d'Anastasia Kuzmina aux Jeux d'hiver prend de l'ampleur : championne olympique du sprint en 2010 et en 2014, médaillée d'argent de la poursuite en 2010, vice-championne olympique de la poursuite et de l'individuelle, puis médaillée d'or de la mass-start à PyeongChang 2018 ! Elle est la première biathlète de l'histoire à gagner trois titres dans trois éditions successives des Jeux d'hiver. "Ce record me procure un sentiment incroyable," lance Anastasia Kuzmina. "La première médaille de ces Jeux était pour moi, la deuxième était pour mon frère, la troisième est pour la Slovaquie et pour toute l'équipe. La course a été très dure pour moi et j'étais très fatiguée. Mais mes deux médailles m'avaient rendue tellement heureuse que je ne pensais pas du tout à l'or. J'ai juste fait ma course en en profitant."

back to top En