skip to content
IOC/OIS
Buenos Aires 2018

Coup de foudre pour la danse sportive !

Bumblebee et Ram, les premiers médaillés d'or de leur discipline, figurent parmi les athlètes les plus heureux des JOJ de Buenos Aires 2018, mais ils sont également ravis de voir que le breaking est désormais pris au sérieux.

On voit beaucoup de visages sérieux dans le sport de haut niveau : la concentration du tireur sportif ou de l'archer, le regard du boxeur, l'agonie du triathlète ou du rameur, tous poussés à leurs limites. Ça n'est pas vraiment le cas pour le breaking. Il y a beaucoup de panache dans les "battles", et pour ce sport qui débute aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, tout le monde a avant-tout pris du bon temps !

C’est certainement le cas de B-Girl Ram (la Japonaise Ramu Kawai) qui est devenue la première médaillée d’or au Parque Mujeres Argentinas lundi, au milieu d'une scène qui aurait pu être confondue avec une fête géante.

"Je suis heureuse quand je danse. Ça n'est que du bonheur", a déclaré Ram, 17 ans, après avoir battu en finale B-Girl Emma (la Canadienne Emma Misak), âgée de 18 ans, "Vous vous sentez pleine de joie quand le public ressent la musique et que vous la ressentez aussi. Il n'y a rien de mieux", a approuvé Misak. "Il y a un peu d'invectives durant les battles, mais en dehors de la compétition, ce n'est que de l'amour", a-t-elle ajouté. "Je pense que cela rend le breaking unique. Nous sommes vraiment une famille. Je suis tellement heureuse maintenant ! " B-Girl Yell (la Coréenne Yeri Kim) a remporté le bronze.

A l'issue de la compétition masculine B-Boy, Bumblebee (le Russe Sergei Chernyshev), 18 ans, s'est adjugé la médaille d’or en battant en finale Martin (le Français Martin Lejeune), 16 ans . Bumblebbe avait remporté sa battle face à Shigekix (le Japonsais Nakari Shigeyuki) dans une demi-finale en tous points dramatique. Malgré sa position de favori au départ, le médaillé de bronze japonais ne s'est jamais départi d'un grand sourire.

B-Girl Ram (Ramu Kawai, JPN) - CIO/OIS

"Je m'amuse vraiment, vraiment, c'est un pur plaisir", a déclaré Shigekix, 16 ans. "Mon inspiration vient toujours de la musique que nous écoutons lorsque nous bataillons. J'adore ça. Bien sûr, je réalise beaucoup de mouvements et de techniques élaborées, mais quand je suis sur la scène, je suis guidé par la musique. "

B-Boy Bumblebee (Sergei Chernyshev, RUS) - CIO/OIS

Le danseur japonais a incorporé quelques superbes éléments (y compris un peu d''air guitar") aux côtés de sa marque de fabrique : un mouvement rapide tout en puissance contrôlée, qu'il "gèle" soudainement. . "Le breaking comporte deux facettes", a-t-il déclaré. "L’une est sportive, l’autre est artistique. Nous avons besoin de l'endurance des athlètes, mais nous devons également être des artistes et exprimer nos sentiments. C'est génial d'enthousiasmer les spectateurs. cela me donne un grand plaisir. Le public à Buenos Aires a été fantastique. Nous avons partagé les vibrations"

Nous avons partagé les vibrations B-Boy Shigekix Japon

"Quand je réalise quelque chose de fou, j'entends le bruissement de la foule. Cela me fait du bien et je fais des choses encore plus folles. Nous apprenons les uns des autres. Nous vivons un moment très spécial ensemble. Je suis particulièrement heureux de représenter le Japon. Je suis triste de ne pas avoir gagné, mais je veux maintenant voir le sport aux Jeux olympiques et tenter de gagner la médaille d'or. ", a ajouté Shigekix.

B-Girl Vale (l'Argentine Iris Valeria Gonzalez), âgée de 18 ans et éliminée lors des tours préliminaires, a bien résumé le sentiment d'admiration réciproque. "Il y a tellement de respect entre les breakers", a-t-elle déclaré. "Je pense que c'est différent des autres sports, où les gens restent avec leurs propres équipes. Nous passons tous du temps ensemble, dans le village et dans le grand réfectoire, au déjeuner et au dîner, cela fait partie de notre culture. "

Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir les dernières nouvelles arrow right
back to top En