skip to content
IOC
Date
28 oct. 2017
Tags
Actualités Olympiques , Actualités du CIO

Communiqué du Sommet olympique


À l'invitation du Comité International Olympique (CIO), les principaux représentants du Mouvement olympique se sont réunis aujourd'hui à Lausanne à l'occasion du 6e Sommet olympique.

Ils ont discuté d'un certain nombre de sujets d'importance pour l'avenir du Mouvement olympique.

Les principaux thèmes abordés étaient les suivants :   

  • Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018

  • Protection des athlètes intègres

    • Contrôles ciblés avant les Jeux

    • Commissions Schmid/Oswald

    • Création de l'Autorité de contrôle indépendante (ACI)

  • Développement des "eSports"

  • Représentation des athlètes

 

Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018

Les participants au Sommet olympique ont apporté leur soutien inconditionnel aux prochains Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018. Ils ont salué les progrès accomplis par le comité d'organisation de PyeongChang 2018 dans les préparatifs techniques pour les Jeux.

S'agissant de la situation dans la péninsule coréenne, les participants au Sommet olympique ont fait part de leur satisfaction quant au fait que le CIO était en contact depuis plusieurs mois déjà avec les gouvernements et les Comités Nationaux Olympiques (CNO) correspondants. Ils ont pris note qu'aucune des parties concernées n'avaient remis en question la tenue des Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018.

La sûreté et la sécurité des athlètes restent évidemment la priorité pour l'ensemble du Mouvement olympique, et cette volonté a été réaffirmée lors de ce Sommet. Le CIO continuera à surveiller de près la situation, en coopération avec les gouvernements, les CNO et les Fédérations Internationales (FI).

 

Protection des athlètes intègres

Contrôles ciblés avant les Jeux

Protéger les athlètes intègres est un engagement fondamental du Mouvement olympique. Avant les Jeux Olympiques de PyeongChang 2018, le CIO, l'Agence Mondiale Antidopage (AMA), l'Unité Sport Sans Dopage de l'Association mondiale des fédérations internationales de sport (GAISF) et les Fédérations Internationales des sports olympiques d'hiver ont mis sur pied un groupe de travail dans le but d'optimiser l'efficacité des contrôles des athlètes dans les mois précédant les Jeux, à travers une évaluation approfondie d'athlètes individuels et de groupes d'athlètes afin de recommander des contrôles spécifiques ciblés, puis assurer un suivi et superviser les contrôles effectués sur ces athlètes.  

Les contrôles ciblés avant les Jeux recommandés par le groupe de travail renforcent les contrôles déjà menés par les FI et les Organisations nationales antidopage (ONAD).

  • Il a été souligné que l'attention du groupe de travail s'était particulièrement portée sur les athlètes russes, étant donné les enquêtes en cours des deux commissions disciplinaires du CIO, notamment s'agissant des Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014.  

  • Outre l'accent mis plus spécifiquement sur les athlètes russes, le programme de contrôles ciblés avant les Jeux est également renforcé selon les critères suivants :

    • Les sports et les nationalités à risque seront concernés en priorité.

    • Les athlètes individuels seront ciblés en fonction de leur classement, en particulier les 20 meilleurs athlètes, et de leurs performances, et également suite à tout changement suspect dans les performances récentes et au regard de contrôles précédents anormaux.

  • Les contrôles ciblés sont effectués durant la période courant du mois d'avril 2017 à janvier 2018 par les FI et les ONAD.

  • Il y a déjà eu plus de 4 000 contrôles ciblés sur plus de 1 800 athlètes sur recommandation du groupe de travail. Ces recommandations adressées aux FI et aux ONAD sont suivies et supervisées par le groupe de travail.

Les participants au Sommet olympique ont salué l'engagement pris par les FI d'hiver à rendre contraignantes les recommandations du groupe de travail qui concernent les athlètes russes et à en faire un prérequis à toute éventuelle participation aux Jeux.

Ils ont aussi soutenu les mesures susmentionnées et ont félicité les FI des sports olympiques d'hiver quant à leur intention de publier, à compter de la fin novembre, un rapport mensuel, établi par nationalité, visant à informer du nombre d'athlètes contrôlés dans ces conditions.

Les participants au Sommet olympique ont par ailleurs insisté sur le fait que les contrôles ciblés avant les Jeux ne préjugeaient d'aucune décision devant encore être prise par les commissions Schmid et Oswald et la commission exécutive du CIO.

 

Commissions Schmid/Oswald

Les participants au Sommet olympique ont été informés des dernières enquêtes en cours menées par les commissions Schmid et Oswald.

Étant donné la nature et la complexité des cas, Me Denis Oswald a expliqué qu'une méthodologie solide au plan juridique a dû être appliquée spécifiquement pour mener les analyses scientifiques nécessaires pour tous les cas sous la juridiction de la commission. Ce vaste processus, approfondi et très long, a pris plusieurs mois et a nécessité la coopération de plusieurs experts scientifiques externes.

Les participants au Sommet ont fait remarquer que les conclusions des analyses scientifiques du rapport McLaren ne pouvaient être utilisées pour entreprendre une action juridique individuelle car la méthode employée par le Professeur McLaren n'était pas conçue pour établir des cas particuliers d'infraction aux règles antidopage. Cela ne faisait en effet pas partie du mandat du Professeur McLaren et ce dernier l'a lui-même dit très clairement en de nombreuses occasions. C'est pourquoi la commission Oswald a dû avoir recours à une nouvelle méthode plus précise, laquelle, après de longues recherches, a été mise au point par des experts de l'Université de Lausanne. Le CIO n'a donc pas été en mesure d'entreprendre des actions, à l'exception du lancement de procédures disciplinaires à l'encontre de 28 athlètes, avant que la méthode n'ait été validée et ait produit les premiers résultats.

S'agissant des Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014, la commission Oswald a non seulement examiné les cas des 28 athlètes russes mentionnés dans le rapport McLaren, mais elle a aussi entrepris la réanalyse des échantillons de tous les athlètes russes. Cette réanalyse a deux objectifs – d'une part, réexaminer les échantillons pour prouver qu'il y a eu dopage, et d'autre part, déterminer si les échantillons eux-mêmes ont été manipulés. Le CIO a aussi procédé à la réanalyse de tous les échantillons des athlètes russes des Jeux Olympiques d'hiver de Vancouver 2010 et des Jeux Olympiques de Londres 2012.

Les participants au Sommet olympique se sont félicités que les enquêtes de la commission Oswald se poursuivent au-delà des conclusions et du mandat du rapport McLaren.

La commission Oswald a annoncé que toutes les auditions des athlètes en activité pouvant se qualifier pour les Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 seront terminées d'ici la fin novembre. Conformément au Code mondial antidopage, la confidentialité doit être respectée dans l'intérêt des athlètes concernés. Ce travail a pour objectif de veiller à ce que les FI aient les outils nécessaires afin de protéger les compétitions en vue des qualifications. Les résultats des auditions seront communiqués dès que possible à l'issue de chaque audition individuelle. Cette démarche permettra aux FI de donner immédiatement suite à leurs auditions disciplinaires et de retirer rapidement les athlètes concernés du processus de qualification. Les FI des sports d'hiver ont réaffirmé leur engagement à prendre rapidement des mesures.

Les participants au Sommet ont par ailleurs été informés de la poursuite des auditions de la commission Schmid et de la régularité de la procédure suivie. La commission rendra son rapport dans les prochaines semaines.

Les participants au Sommet ont apporté leur soutien à la volonté de la commission exécutive de prendre une décision concernant la participation des athlètes russes aux Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 en décembre.

Ils ont tenu à faire part de leur vive inquiétude et ont jugé inacceptable le fait que des sanctions spécifiques soient déjà publiquement réclamées avant même l'achèvement des travaux des deux commissions et l'application de la procédure régulière, à laquelle tout individu ou organisation a droit.

 

Autorité de contrôle indépendante

Les participants au Sommet ont accueilli l'ancienne ministre française des Sports, Valérie Fourneyron, en sa qualité de présidente de la nouvelle Autorité de contrôle indépendante (ACI). La composition du conseil de fondation de l'Autorité a été ratifiée par le comité exécutif de l'AMA. Ce conseil de fondation, lequel tiendra sa première réunion en décembre, s'attache désormais à faire en sorte que l'Autorité de contrôle indépendante soit pleinement opérationnelle début 2018 et à nommer un directeur général avec la fin de l'année.

Les participants au Sommet ont salué les remarquables progrès accomplis dans la constitution de l'ACI. Cette entité sera une fondation suisse indépendante, à but non lucratif, qui fournira, de manière indépendante et coordonnée, des services de contrôle du dopage aux FI et aux organisateurs de grands événements afin de les aider à respecter le Code mondial antidopage.

Les participants au Sommet olympique sont ravis qu'un grand nombre de FI aient d'ores et déjà déclaré qu'elles rejoindront l'ACI, et que plus de 40 FI de sports olympiques et non olympiques travaillent déjà de concert avec l'Unité Sport Sans Dopage de la GAISF, laquelle sera intégrée dans l'ACI. Les participants ont encouragé les autres FI ainsi que les organisateurs de grands événements à entamer le dialogue avec l'ACI en vue de la rejoindre dans les meilleurs délais.

Ils ont aussi réaffirmé qu'il est fondamental que les contrôles et les sanctions restent indépendants aussi bien des organisations sportives que des intérêts nationaux.

Les participants ont soutenu les progrès accomplis en vue des Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 qui seront le premier grand événement sportif à tirer parti de la création de l'ACI. Tous les efforts sont actuellement déployés pour que l'ACI soit officiellement constituée avant les Jeux.

Comme en ont pris note les participants au Sommet, le système antidopage à PyeongChang sera indépendant du CIO :

  • la gestion des contrôles et des résultats sera confiée à l'ACI, en coopération avec l'Unité Sport Sans Dopage de la GAISF; et

  • les sanctions seront quant à elles arrêtées par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS).

 

Le développement des "eSports"

Les participants au Sommet olympique ont discuté du développement rapide de ce que l'on appelle les "eSports" et de la mobilisation de plusieurs parties prenantes au Mouvement olympique à cet égard. Il a été convenu ce qui suit :

  • Les "eSports" sont en forte croissance, en particulier chez les jeunes dans différents pays et peuvent constituer une plateforme servant à la mobilisation au sein du Mouvement olympique.

  • Les "eSports" de compétition pourraient être considérés comme une activité sportive, et les joueurs qui les pratiquent se préparent et s'entraînent avec une intensité comparable à celle des athlètes d'autres sports plus traditionnels.

  • Afin que les "eSports" obtiennent une reconnaissance du CIO en tant que sports, leur contenu ne doit pas enfreindre les valeurs olympiques.

  • Autre prérequis pour une reconnaissance du CIO : l'existence d'une organisation garantissant la conformité aux règles et réglementations du Mouvement olympique (antidopage, paris, manipulation, etc.).  

Les participants au Sommet olympique ont demandé au CIO et à la GAISF d'engager un dialogue avec l'industrie du jeu et les joueurs afin d'approfondir ce sujet et de tenir les parties prenantes au Mouvement olympique informées en temps utile.

 

Représentation des athlètes

Les participants au Sommet olympique ont discuté de la question de la représentation des athlètes au sein du Mouvement olympique. Ils sont convenus que cette représentation devait respecter les principes de légitimité démocratique, d'universalité et de diversité. Aussi encouragent-ils les FI et les CNO qui ne le font pas encore à organiser des élections de représentants d'athlètes en bonne et due forme, selon ces principes.

Les participants ont par ailleurs relevé le caractère démocratique et représentatif de la commission des athlètes du CIO, avec des membres élus aux Jeux Olympiques par les athlètes olympiques et une représentation au sein de la commission exécutive du CIO.

Enfin, ils ont pris note avec satisfaction du rapport présenté par la présidente de la commission des athlètes du CIO sur la stratégie de ladite commission et des progrès des travaux menés pour la rédaction d'une Charte des droits des athlètes, en consultation avec les athlètes et leurs représentants dans l'ensemble du Mouvement olympique.

Lausanne, le 28 octobre 2017

 

LISTE DES PARTICIPANTS

Président du CIO
Thomas BACH

Vice-présidents du CIO
YU Zaiqing
Juan Antonio SAMARANCH
Uğur ERDENER
Anita L. DEFRANTZ

Membres de la commission exécutive représentant les intérêts des athlètes et des CNO
Angela RUGGIERO, membre représentant les athlètes
Robin MITCHELL, membre représentant les CNO

Fédérations Internationales
Président de la FINA, Julio MAGLIONE
Président de l'IAAF, Sebastian COE
Président de la FIG, Morinari WATANABE
Président de l'IIHF, René FASEL
Président de l'ISU, Jan DIJKEMA

Comités Nationaux Olympiques
Président du Comité olympique chinois, GOU Zhongwen
Président du Comité olympique des États-Unis, Lawrence F. PROBST III
Président du Comité olympique russe, Alexander ZHUKOV

Organisations reconnues
Président de l'ACNO, Cheikh Ahmad Al-Fahad AL-SABAH
Président de l'ASOIF, Francesco RICCI BITTI
Président de l'AIOWF, Gian Franco KASPER
Président de la GAISF, Patrick BAUMANN

Invités
Président de l'AMA, Craig REEDIE (par téléphone concernant le point sur la protection des athlètes intègres)
Présidente de l'Autorité de contrôle indépendante, Valérie FOURNEYRON (pour le point sur la protection des athlètes intègres)
Président de la commission disciplinaire du CIO, Denis OSWALD (pour le point sur la protection des athlètes intègres)
Chief Officer éthique et conformité du CIO, Pâquerette GIRARD ZAPPELLI (pour le point sur les progrès des travaux de la commission Schmid)

###

Le Comité International Olympique est une organisation internationale indépendante à but non lucratif, composée de volontaires, qui s’engage à bâtir un monde meilleur par le sport. Il redistribue plus de 90 % de ses revenus au mouvement sportif au sens large, soit chaque jour l’équivalent de 3,4 millions de dollars (USD) pour aider les athlètes et les organisations sportives à tous les niveaux dans le monde.

###

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec l’équipe des relations médias du CIO  au +41 21 621 60 00, email : pressoffice@olympic.org ou consulter notre site web : www.olympic.org

Séquences filmées de qualité professionnelle
http://iocnewsroom.com/

Vidéos
YouTube : www.youtube.com/iocmedia

Photos
Un grand choix de photos sera disponible après chaque événement. Consultez ces photos sur Flickr.
Pour toute demande de photos ou de séquences d'archives, veuillez prendre contact avec notre équipe images à l'adresse suivante : images@olympic.org.

Réseaux sociaux
Pour des informations de dernière minute sur le CIO, retrouvez-nous sur Twitter, Facebook and YouTube.

back to top En