skip to content
Date
13 févr. 2017
Tags
JOJ , Lillehammer 2016 , Actualités Olympiques

Comment Lillehammer 2016 a préparé un jeune journaliste pour Rio 2016

Pour Vegard Skorpen, journaliste norvégien qui a pu intégrer le programme des Jeunes reporters du CIO, les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer 2016 ont constitué un moment extraordinaire.

Ce jeune travailleur infatigable de 25 ans livre un aperçu des Jeux qui ont eu lieu dans son pays et du parcours qui lui a permis de bénéficier d’une expérience professionnelle que beaucoup de ses pairs lui envient.

Moins de six mois après avoir participé au programme des Jeunes reporters du CIO, à l’occasion des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer 2016, le journaliste norvégien Vegard Skorpen couvrait le plus prestigieux événement sportif du monde : les Jeux Olympiques de Rio 2016.

IOC

Ces Olympiades ont marqué une étape majeure dans la jeune carrière de Vegard et l’ont préparé à relever n’importe quel défi professionnel.

« C’était extraordinaire sur toute la ligne », dit-il à propos des Jeux Olympiques de Rio 2016, au cours desquels il a couvert le handball pour le Service d’information olympique. « Cette expérience va me servir car je me dirai toujours : "Tu as couvert le plus gros événement omnisports de la planète, alors tu peux y arriver". »

Pour le jeune homme de 25 ans qui vit à Oslo, Lillehammer 2016 a représenté une étape clé pour aller à Rio. Associé à des journalistes réputés du monde entier, le jeune reporter du CIO a profité pleinement de cette opportunité.

« J’ai pu voir comment fonctionnaient ces professionnels et discuter avec des gens dont je n’arriverai probablement jamais à la cheville », dit Vegard. « Cela m’a fait mûrir car j’ai beaucoup appris à leur contact. Ils m’ont apporté un autre regard sur ce qu’est un bon article. »

Vegard a pu également constater le travail effectué en amont.

« J’ai appris beaucoup de choses sur la préparation d’un reportage », ajoute-t-il. « On peut se contenter de couvrir du saut à ski, en pensant que les concurrents ont deux skis aux pieds et qu’ils atterrissent à 100 m au sortir du tremplin. Là, j’ai vraiment appris toutes les ficelles qui permettent d’aller au fond des choses. »

IOC

Ce degré d’implication s’accorde bien avec le tempérament d’un homme qui a commencé sa carrière comme stagiaire au journal norvégien ABC Nyheter alors qu’il était encore au lycée. Il travaille d’ailleurs toujours au quotidien, tout en terminant en parallèle ses études universitaires.

Le mouvement olympique vient depuis longtemps compléter l’approche en alternance études - travail de Vegard. En 2013, il a été repéré par le CIO au sein d’un groupe de 35 jeunes journalistes prometteurs. À la clé, un voyage aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014 et une occasion vraiment unique de progresser.

« J’y ai vu une occasion d’élargir mon horizon de journaliste local », dit Vegard.

« Cela a été une très bonne expérience. Nous avons été scotchés par l’ampleur de la compétition. Je connaissais la théorie, mais là j’ai découvert son application pratique. »

Il en a retiré un autre bénéfice majeur.

« Tout le monde est arrivé avec sa propre façon d’écrire et j’ai découvert d’autres cultures journalistiques. Cela m’a beaucoup servi lorsque je suis rentré en Norvège. J’ai réussi à mieux m’adapter aux gens », précise-t-il.

IOC

Tout cela l’a conduit à parcourir un peu plus souvent les 180 km qui séparent sa ville natale de Lillehammer, mais avec le recul d’un pro ayant de la bouteille. Malgré cela, Vegard a été bluffé par ces Jeux organisés chez lui.

« Je suis parfois trop critique », concède-t-il, « mais même en cherchant bien, j’aurais du mal à trouver quelque chose qui n’ait pas marché aux Jeux. Je dirais que Lillehammer s’est soldé par un succès indiscutable dans presque tous les domaines. »

Non seulement les athlètes qu’il a interviewés « ont vécu le meilleur moment de leur vie », mais en plus, les répercussions sont encore palpables.

« Aujourd’hui en Norvège, nombre de fédérations sportives reprennent le programme des Jeunes leaders et ont recours à des volontaires. Les exemples d’héritage ne manquent pas. »

IOC

Et l’avenir de Vegard dans tout ça ? Sans surprise, il a un grand objectif professionnel.

« Je veux absolument couvrir davantage d’éditions des Jeux Olympiques », dit-il, son enthousiasme pour les Jeux intact, malgré le calendrier hyperchargé et trépidant du handball à Rio de Janeiro.

« Quand je suis rentré de Rio, j’étais persuadé que j’allais dormir durant une semaine, mais au réveil, ma première pensée a été : "Vivement les prochains Jeux Olympiques". »

back to top En