skip to content
2016 Getty Images
Actualités du CIO

Le sport au service des communautés déplacées – Dialogue entre le président du CIO et le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés

Le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, a participé aujourd'hui à une table ronde avec le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, afin de discuter de l'aide déterminante apportée par le sport et le Mouvement olympique aux personnes déplacées.

Ce dialogue a été organisé par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à l'Office des Nations Unies à Genève afin d'encourager l'intégration, la cohésion sociale et le bien-être des réfugiés.

Ainsi que l'a déclaré le président du CIO, Thomas Bach : "La mission première du CIO est de mettre le sport au service de l'humanité, une mission sociale fermement ancrée dans la Charte olympique. Notre engagement à soutenir les réfugiés repose sur notre conviction fondamentale que le sport a le pouvoir de rendre le monde meilleur. Dans le sport, tout le monde est sur un pied d'égalité et c'est ce principe simple et pourtant universel qui donne au sport le pouvoir de promouvoir la paix et la compréhension entre tous les peuples."

Thomas Bach est également revenu sur le partenariat conclu avec le HCR, qui s'est renforcé depuis la création par le CIO, il y a un peu plus d'un an, de l'Olympic Refuge Foundation. La Fondation chapeaute les nombreuses activités proposées par le CIO pour venir en aide aux réfugiés, que ce soit à travers une assistance sur le terrain ou l'équipe olympique des réfugiés. Le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, est le vice-président de l'Olympic Refuge Foundation.

IOC

Selon le HCR, dans un monde où près d'une personne est déplacée de force toutes les deux secondes à la suite d'un conflit ou de persécutions, des millions de personnes, dont une grande partie sont des jeunes, continuent de fuir leur foyer en quête de sécurité. Plus de la moitié des populations réfugiées à travers le monde vivent désormais en milieu urbain et doivent relever plusieurs défis, notamment en matière de protection, d'intégration sociale, d'accès à l'éducation et de débouchés économiques.

Outre Thomas Bach, président du CIO, et Filippo Grandi, haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Yusra Mardini, olympienne et ambassadrice de bonne volonté du HCR, a également participé à la table ronde. En tant que réfugiée syrienne, la jeune femme a livré un témoignage poignant sur la façon dont le sport peut contribuer à apporter espoir et résilience.

Filippo Grandi a commenté pour sa part : "Le sport est un fantastique outil qui peut contribuer à l'intégration des réfugiés, donner de l'espoir, améliorer le bien-être et combler les écarts entre les communautés. Les organisations sportives peuvent également jouer un rôle considérable dans les réponses apportées aux réfugiés. Notre partenariat de longue date avec le Comité International Olympique et la création plus récente de l'Olympic Refuge Foundation en sont de parfaits exemples. Grâce à ce partenariat, nous sommes en mesure d'assurer un meilleur accès aux programmes sportifs pour des enfants et des jeunes parmi les plus défavorisés du monde."

Notre engagement à soutenir les réfugiés repose sur notre conviction fondamentale que le sport a le pouvoir de rendre le monde meilleur. Dans le sport, tout le monde est sur un pied d'égalité et c'est ce principe simple et pourtant universel qui donne au sport le pouvoir de promouvoir la paix et la compréhension entre tous les peuples Thomas Bach Président du CIO

La coopération entre le CIO et le HCR a commencé en 1994. Fermement décidé à sensibiliser à l'ampleur de la crise des réfugiés, le CIO a créé la première équipe olympique des réfugiés aux Jeux Olympiques de Rio 2016. En octobre 2018, la Session du CIO a annoncé que cette initiative serait reconduite et qu'une équipe participerait aux prochains Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo.

"En créant l'équipe olympique des réfugiés, le CIO a envoyé un message d'espoir et d'intégration à tous les réfugiés du monde", a indiqué Thomas Bach, président du CIO. "Les athlètes réfugiés ont montré au monde que nous partagions tous la même humanité. Leur participation était un signal clair, un message selon lequel les réfugiés sont des êtres humains comme nous et qu'ils sont un enrichissement pour la société comme ils sont un enrichissement pour notre famille olympique."

Grâce à ce partenariat, nous sommes en mesure d'assurer un meilleur accès aux programmes sportifs pour des enfants et des jeunes parmi les plus défavorisés du monde Filippo Grandi Haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés

Le sport est également un moyen de protéger les enfants et les jeunes déplacés de force contre des risques tels que la maltraitance, l'exploitation, la négligence et la violence. L'Olympic Refuge Foundation,  créée en septembre 2017 par le CIO, a pour objectif de créer des installations sportives de base sûres et accessibles dans des lieux où se trouvent des réfugiés, des migrants ainsi que des personnes déplacées. À cette fin, et en coopération avec le HCR et Terre des Hommes, le CIO a récemment lancé un Guide "Le sport pour protéger" (disponible en anglais uniquement), lequel orientera les activités de la Fondation et sera utilisé par un large éventail d'organisations et de parties prenantes pour mieux comprendre et mettre en œuvre des programmes efficaces de sport à des fins de protection.

Tant le Pacte mondial sur les réfugiés que le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, lesquels ont été adoptés ce mois-ci, reconnaissent l'importance du sport comme l'un des outils clés pour favoriser l'intégration et l'inclusion sociale. Cette reconnaissance est un autre signe de l'acceptation et du soutien croissants du sport et de l'activité physique comme moyens significatifs et rentables d'atteindre les objectifs en matière de développement social, d'intégration, de protection, de santé et de promotion de la paix.

back to top En