skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Cinquième titre olympique pour Ireen Wüst avec le 1500 m !

Comme à Vancouver en 2010, la Néerlandaise Ireen Wüst s'impose sur 1500 m. C'est son cinquième titre, sa dixième médaille olympique. Elle devient la patineuse de vitesse n°1 des Jeux Olympiques d'hiver. Lundi sur l'ovale de Gangneung, Ireen Wüst devance la Japonaise Miho Takagi et sa compatriote Marrit Leenstra.

Takagi à 20/100e, Leenstra à presque une seconde, son opposante de la 11e paire, la Canadienne Brianne Tutt, battue de 4 secondes 42 sur la ligne d'arrivé : la reine Ireen Wüst n'a pas fait les chose à moitié lundi pour remporter son cinquième titre olympique (après le 3000m à Turin 2006 et à Sotchi 2014, le 1500 m à Vancouver 2010, la poursuite par équipes à  Sotchi 2014) et gagner sa dixième médaille, s'étant adjugé la neuvième samedi dans le 3000 m derrière sa compatriote Carlijn Achtereekte.

Getty Images

La voilà installée tout en haut du palmarès olympique féminin en patinage de vitesse. Elle égale les cinq médailles d'or de l'Allemande Claudia Pechstein, mais compte désormais plus de podiums ! Grâce à cette nouvelle médaille d'or, Wüst dépasse aussi Fanny Blankers-Coen, légende néerlandaise de l'athlétisme qui avait remporté quarte titres, pour devenir la plus dorée des sportives de son pays aux Jeux d'été et d'hiver.

Finalement, sa recette est simple : "plus grosse est la course, plus importante est-elle, je suis capable de tirer le meilleur de mon corps. Je suis plus excitée par les grosses courses que par les Coupes du monde ou par l'entraînement. J'aime patiner quand ça compte. Je n'ai jamais peur. J'adore çà". Mais elle dû attendre puisque ses principales rivales partaient dans les paires suivantes. "Je ne pouvais pas regarder. Je regardais en fait vers le bas, et mon entraineur me disait ce qui se passait".  

Getty Images
Deux médailles d'or à 12 ans de distance jour pour jour 

Ireen Wüst dit aussi : "Je me sens si contente ! Je ne peux toujours pas y croire. Pour moi, c'est incroyable. Il y a deux jours, quand j'ai terminé 2e du 3000 m, j'ai réalisé que le 1500 m aurait lieu le 12 février. Il y a exactement 12 ans, le même jour, j'avais gagné mon, premier titre à Turin 2006. Il y a trois ans, j'ai mis sur pied ma propre équipe et nous l'avons appelée "Team For Gold". J'avais le rêve de gagner des médailles d'or à chaque Jeux Olympiques. Maintenant que j'ai réalisé ce rêve, c'est un sentiment incroyable. La tension était énorme parce ce que samedi, j'étais déçue, et soulagée, car l'argent, c'est bien mais l'or est la seule chose qui compte pour moi. Maintenant que je l'ai fait, je n'ai plus de mots!'.  

Miho Takagi, la patineuse invaincue sur la distance cet hiver en Coupe du monde, n'a pas vraiment atteint son objectif. "J'ai été capable de faire monter le drapeau japonais sur le podium, mais je n'ai pas gagné la course. Gagner une médaille est vraiment une expérience fantastique pour moi, mais bien sûr, j'avais un objectif différent".  

Marrit Leenstra pour sa part, était plutôt soulagée et fière. "Ireen est une véritable légende. C'est vraiment sympa de montrer sur le podium du 1500 m avec elle. Je suis soulagée de ne pas être encore 4e, comme à Sotchi en 2014, et de pouvoir me mesurer avec cette légende".  

Avec cinq médailles à Sotchi, Ireen Wüst était la plus décorée de tous les athlètes. A PyeongChang, elle en compte déjà deux, tandis que l'équipe des Pays-Bas reste pour le moment invaincue. Le début d"une nouvelle série royale pour l'armada orange comme pour sa désormais légendaire patineuse ? 

Getty Images
back to top En