skip to content
Date
26 févr. 2015
Tags
Actu CIO

Catriona Le May Doan garde la flamme !

Plus que ses victoires et ses podiums en patinage de vitesse aux Jeux, Catriona Le May Doan chérit par-dessus tous les moments finaux des cérémonies d’ouverture, comme elle le raconte dans ce nouvel épisode de notre série « paroles d’olympiens ».

Dans l’immense BC Place Stadium de Vancouver, un émouvant clin d’oeil est adressé à Catriona Le May Doan, le 28 février 2010 lors de la cérémonie de clôture des XXIe Jeux d’hiver. Le clown Yves Dagenais invite la grande championne de patinage de vitesse à allumer un des bras du chaudron olympique. Il s’abaisse. Seule face aux dizaines de milliers de spectateurs, torche olympique en main, Catriona allume enfin la vasque sous un tonnerre d’applaudissements.

Deux semaines plus tôt, au même endroit lors de la cérémonie d’ouverture, elle faisait partie des quatre légendes olympiques canadiennes (avec le hockeyeur Wayne Gretzky, le basketteur Steve Nash et et la skieuse Nancy Greene) appelées à embraser simultanément ce chaudron, mais le bras devant lequel elle se trouvait ne s’était pas actionné…

Ces moments en général sont ceux que la double championne olympique chérit le plus. « Je suis allée à quatre Jeux Olympiques, et cela a été autant d’expériences différentes. Beaucoup de gens pourraient penser que mon sommet a été de gagner des médailles et de monter sur la première marche du podium. C’était génial. Mais j’ai eu la chance d’assister aux quatre cérémonies d’ouverture et pour moi, le plus grand frisson, c’est d’être dans le stade, d’entendre le serment des athlètes, l’annonce de l’ouverture des Jeux, et de voir la flamme arriver. Car cela réaffirme à mon sens ce que les Jeux signifient, et la raison pour laquelle je fais ce que je fais ».

Durant sa carrière sportive, du milieu des années 1990 à celui des années 2000, Catriona Le May Doan s’est constitué un fabuleux palmarès sur les anneaux de glace. Elle a remporté onze médailles dans les championnats du monde, dont cinq en or et trois de suite sur 500m ! Sur cette distance, elle a réussi l’incroyable exploit de battre à quatorze reprises son propre record du monde après avoir été la première patineuse à descendre sous les 38 secondes en 1997.

Au Jeux olympiques, l’épouse de Bart Doan et aujourd’hui mère de deux enfants a été la première canadienne à conserver un titre olympique aux Jeux d’hiver. Celui du 500m bien sûr, en 1998 à Nagano (où elle a également remporté le bronze sur 1000m) et en 2002 à Salt Lake City. 

« Ce qui est intéressant à propos de ma première médaille d’or, c’est que c’était une course en deux parties. La deuxième manche 24h après la première. Ma coéquipière Susan Auch n’était qu’à 3/100e derrière moi. Cela m’a mis plus de pression, car je savais qu’elle désirait la victoire aussi fort !  Je ne me rappelle pas bien de la course, mais je me souviens des derniers mètres. Je savais que j’allais gagner.  En franchissant la ligne d’arrivée, j’ai vu mon nom en haut du tableau d’affichage. C’était en un sens une délivrance, mais aussi de l’excitation et de la joie. Notre équipe avait accompli de très belles choses dans ces Jeux. C’était vraiment spectaculaire ! ».

Tags Actu CIO
back to top