skip to content
Allsport

Cathy Turner chante sur la glace après une décennie d’absence

Le patinage de vitesse sur piste courte fait tellement partie intégrante du programme olympique aujourd’hui, qu’on en oublierait facilement qu’il n’est apparu pour la première fois aux Jeux qu’en 1992.

Cette année-là à Albertville, la favorite pour le titre inaugural du 500 m féminin de patinage de vitesse sur piste courte est la Canadienne Sylvie Daigle. Elle a déjà participé deux fois aux Jeux en patinage de vitesse traditionnel, avant de bifurquer vers la piste courte et de devenir triple championne du monde.

Lors de l’épreuve préolympique d’Albertville, elle a affiché ses ambitions en battant le record du monde du 500 m. Mais aux Jeux, elle se retrouve opposée à une autre ancienne patineuse de vitesse classique, l’Américaine Cathy Turner. Cette dernière a été sacrée championne des États-Unis sur piste courte plus d’une décennie plus tôt, alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente. Mais après avoir manqué sa sélection dans l’équipe américaine pour les Jeux d’hiver de 1980, elle décide d’abandonner le sport et de se lancer dans une carrière musicale. Sous le nom de scène de Nikki Newland, elle va connaître le succès comme chanteuse et auteur-compositeur.

Mais bien qu’elle ne franchisse pas les portes d’une patinoire pendant des années, son amour du patinage est quasiment intact.

En fait, près d’une décennie plus tard, en 1988, Cathy Turner craque et retourne sur l’anneau de glace. L’annonce de l'ajout du patinage de vitesse sur piste courte au programme olympique des Jeux d’hiver de 1992 facilite sa décision et elle se met en quête d’une place au sein de l’équipe américaine.

IOC

Malgré le scepticisme ambiant qui accompagne d’abord son retour à la compétition après une si longue absence, elle gagne sa place de manière impressionnante dans l’équipe olympique qui se rend à Albertville.

Comme prévu, la meilleure épreuve est le 500 m, qui se transforme en un mano a mano entre Cathy Turner et la Chinoise Li Yan. Cette dernière mène le bal en vue de l’arrivée, mais l’Américaine surgit au dernier moment et pendant un certain temps, l’incertitude règne quant au nom de la gagnante. Finalement après une attente angoissante, la victoire de Cathy Turner est confirmée pour quatre petits centièmes de seconde.

Elle complète ensuite sa moisson avec une médaille d’argent, qu'elle gagne avec le relais américain. Deux ans plus tard, Cathy Turner redescendra dans l’arène olympique à Lillehammer pour conserver son titre et remporter une médaille de bronze en relais. Puis, à 35 ans, elle figurera à nouveau dans le relais américain qui prendra la cinquième place à Nagano 1998. Par la suite, elle combinera ses talents sportifs et musicaux en se produisant dans un spectacle de patinage.
back to top En