skip to content
IOC

Carry Geijssen lance l'âge d'or du patinage de vitesse néerlandais

Victorieuse du 1 000 m, Carry Geijssen devint la première patineuse de vitesse néerlandaise à être sacrée championne olympique. Son résultat plaça son pays sur l’orbite du succès dans la discipline. Si certains avaient prédit une victoire néerlandaise dans l’épreuve, ce n’est pas elle qu’ils avaient choisie.

Carry avait déjà remporté le championnat des Pays-Bas toutes distances en 1966. Mais d’autres avaient été sacrées championnes du monde, quand bien même elle s’était classée troisième des mondiaux de 1968. Et les deux patineuses qui la précédaient étaient deux de ses compatriotes. Troisième dans le monde, elle était donc aussi troisième dans son pays…

Mais aux Jeux Olympiques d’hiver, la pression est toujours d’un type particulier. Les favoris ne réussissent pas toujours lorsqu’ils évoluent à l’ombre des anneaux olympiques. C’est ainsi que lors de ces Jeux un certain nombre de concurrentes moins huppées tirèrent leur épingle du jeu. Il s’agissait simplement d’être au sommet de sa forme le jour J et ce fut justement le cas de Carry.

Elle participa d’abord au 1 500 m où la favorite était une autre patineuse néerlandaise, Stien Kaiser, qui établit rapidement le temps de référence avant d’être dépassée par une rivale improbable, la Finlandaise Kaija Mustonen. Cette dernière n’avait jusque-là jamais gagné la moindre course internationale. Carry Geijssen fut à deux doigts d’améliorer le chrono, mais elle échoua pour trois dixièmes, reléguant Kaiser au troisième rang pour s’adjuger l’argent. Quant à la Finlandaise, elle gagna la première grande course de sa vie et en réalité la seule.

Le lendemain eut lieu le 1 000 m, dans lequel la Soviétique Lyudmila Titova plaça d’entrée la barre très haut en établissant un nouveau record olympique alors qu’elle patinait dans la troisième paire. Titova avait gagné peu de temps auparavant le championnat du monde de la distance et avait le statut de grande favorite, d’autant plus après le passage de l’Américaine Dianne Holum qui ne pouvait améliorer cette marque.

Placée dans la 13e paire, Carry Geijssen était surmotivée par la médaille d’argent obtenue sur la distance supérieure du 1 500 m. Elle parvint à patiner aussi vite que Titova et Holum dans les premiers hectomètres et fonça ensuite sur les derniers cent mètres pour remporter le titre avec 3 dixièmes d’avance.

Cela allait être le point culminant de la carrière de Carry Geijssen. Elle ne gagna plus une seule course majeure et tira sa révérence avant les Jeux Olympiques suivants. Mais sa médaille d’or donna le coup d’envoi d’une série de triomphes des patineurs de vitesse néerlandais. Le lendemain de sa victoire, Ans Schut allait gagner la deuxième médaille d’or néerlandaise dans la discipline.

back to top En