skip to content
Date
12 févr. 2002
Tags
Salt Lake City 2002 , Actu CIO , Ski alpin , France

Carole Montillet-Carles transforme la tragédie en triomphe

La descente féminine apparaît comme très ouverte, plusieurs skieuses étant en mesure de décrocher l’or. La saison de Coupe du monde a été dominée par l’Italienne Isolde Kostner, l’Allemande Hilde Gerg et l’Autrichienne Renate Götschl, qui ont remporté chacune deux victoires et
 lors de chaque course ou presque, on a assisté à une bagarre entre les trois femmes. Il semble donc acquis que l’or ne peut pas échapper à l’une des membres de ce trio.


Viennent ensuite les seconds rôles, parmi lesquels la Française Carole Montillet-Carles. Elle a maintenant 28 ans et cela fait dix ans qu’elle use ses spatules sur le circuit de la Coupe du monde sans avoir jamais gagné la moindre descente.

La Française a connu une préparation pour les Jeux émotionnellement très difficile. Quelques mois plus tôt à peine, sa coéquipière et amie Régine Cavagnoud s’est en effet tuée tragiquement à l’entraînement et Carole Montillet-Carles a été choquée et bouleversée par sa mort. Elle a déclaré qu’elle allait dédier sa saison de Coupe du monde à la mémoire de son amie, mais les résultats n’ont pas suivi. Elle est arrivée à Salt Lake City avec une septième place comme meilleur résultat, après avoir même envisagé brièvement de ne pas participer du tout aux Jeux.

Elle s’est entraînée seule, déterminée à réaliser quelque chose de spécial pour rendre hommage à Régine Cavagnoud. Et elle va y parvenir. Carole Montillet-Carles, qui n’a pas gagné une course en une décennie d’efforts, va atteindre son pic de forme idéal le jour J à l’heure H. Elle signe un temps de 1’39’’56 et se porte en tête, avant de voir toute une succession de skieuses plus huppées venir buter sur ce chrono. Hilde Gerg termine à près d’une seconde et Renate Götschl à plus de huit dixièmes. Lorsque Isolde Kostner franchit la ligne d’arrivée en 1’40’’01, la Française sait que son rêve s’est réalisé : elle vient de décrocher le titre olympique.

back to top