skip to content

Carina Vogt écrit une page d'histoire en saut à ski

Elle n'était pas la principale favorite, mais le jour J sur le tremplin HS106 de Rosa Khutor pour la première compétition olympique féminine de saut à ski, Carina Vogt a triomphé en prenant les devants dès son premier saut. La championne allemande a ainsi marqué l'histoire, et elle est aujourd'hui la plus titrée des sauteuses à ski aux championnats du monde FIS avec cinq médailles d'or en individuel et par équipes !

 


Alors que le saut à ski masculin est à l'affiche dès les premiers Jeux d'hiver à Chamonix en 1924, la version féminine est tout d'abord l'histoire d'un long combat. Quelques pionnières se sont élancées des tremplins dès la fin du XIXe siècle, mais il faut attendre la saison 2004-2005 pour qu'une première tournée internationale soit organisée par la FIS (la Coupe continentale), puis les choses évoluent, notamment sous l'impulsion des Américaines, comme Lindsey Van, première championne du monde en 2009. La FIS met en place la Coupe du monde (la première édition a lieu lors de l'hiver 2011-2012) tandis que le CIO décide le 6 avril 2011 d'introduire le saut à ski féminin au programme olympique, à partir des Jeux de Sotchi 2014.

Carina Vogt Getty Images

Sara Takanashi ouvre le palmarès sur la scène olympique, Carina Vogt reste dans l'ombre

Comme cela sera le cas pour de nombreuses disciplines ou épreuves, les premiers Jeux de la Jeunesse d'hiver à Innsbruck en 2012, sont le théâtre d'une compétition féminine inaugurale sur la scène olympique. C'est la jeune merveille japonaise âgée de 15 ans Sara Takanashi qui l'emporte et qui va aussi gagner, entre autres, trois titres mondiaux juniors d'affilée (2012, 2013, 2014). Elle est largement en tête de la Coupe du monde FIS 2013-2014 devant une certaine Carina Vogt avec dix victoires en treize épreuves disputées, s'imposant pour finir deux fois sur le tremplin de Hinzenbach (Autriche) les 1er et 2 février, cinq jours avant la cérémonie d'ouverture des Jeux de Sotchi. Carina Vogt, 22 ans, est pour sa part montée sept fois sur le podium, mais elle n'a encore rien gagné...

Originaire de Schwäbisch Gmünd dans le Bade-Wurtemberg, Carina Vogt a disputé sa première compétition internationale de saut à ski sur le tremplin de Meinerzhagen (Allemagne) une épreuve FIS disputée en saison estivale le 15 août 2004 à l'âge de 12 ans. Elle a rejoint la Coupe continentale en 2006, alors que la Coupe du monde féminine n’existait pas encore, et a fait son apprentissage du très haut niveau, se classant notamment 4e en 2007, 5e en 2010 et 8e en 2011 dans les championnats du monde juniors. Elle obtient son premier podium en Coupe du monde lors de l'hiver 2012-2013, puis fait partie des prétendantes aux médailles compte tenu de ses bons résultats, pour la première compétition olympique féminine. De là à la voir titrée, il y a un grand pas. Et pourtant...

Carina Vogt Getty Images

Une victoire qui entre dans la légende

Le mardi 11 février 2014 à 20h30 locales, sous les projecteurs du tremplin HS106 de Rosa Khutor, il y a tout d'abord un saut d'essai. Dans l'ordre, Sara Takanashi, l'Autrichienne Daniela Iraschko-Stolz et Carina Vogt sont les seules à dépasser la marque des 100 m. Une heure plus tard, c'est parti pour le premier tour d'une finale historique.  Dès son premier saut Carina Vogt se pose à 103,0 m pour prendre la tête du concours.


Lors de son 2e saut, les nerfs solides, l'Allemande atterrit à 97,5 m, parvient à un total de 247,4 points et repousse les assauts de la trentenaire Daniela Iraschko-Stolz (un dernier saut à 104,5 m et 246.2 points au total) et de la Française Coline Mattel (en bronze avec 245.2 points), alors que la grande favorite Sara Takahashi termine au 4e rang. Un concours superbe qui a tenu les millions de téléspectateurs en haleine, et qui débouche sur un résultat inattendu.

Carina Vogt Getty Images

En regardant le tableau d’affichage avec son nom écrit tout en haut, Carina Vogt s’effondre dans l’aire d’arrivée, en larmes.  "Je n’ai pas de mots", s’exclame-t-elle. "Je n’aurais pas cru cela possible il y a trois ans. C’est fantastique. Je suis la première championne olympique en saut à ski et je n’avais jamais gagné en Coupe du monde ! C’est incroyable". 

Le succès de Vogt est d'autant plus retentissant qu'on ne l'attendait pas franchement avant qu'elle ne se montre la plus forte le jour J. Le lendemain de sa médaille d’or, elle dit encore : "Je n’ai pas encore tout à fait compris ce qui m’était arrivé hier. Je suis restée concentrée pour ne pas me laisser distraire. Avoir réussi mes deux sauts, c’est de la folie. C’était un sentiment indescriptible quand j’étais en bas. J’ai eu l’impression que ça durait des heures avant de voir enfin que j’étais n°1 ! » Policière fédérale dans sa vie civile, Carina Vogt a ainsi assuré sa place dans l’histoire des Jeux et de son sport.

Carina Vogt Getty Images

Le record de titres aux championnats du monde

Après ce titre inscrit dans le grand livre olympique, la carrière de Carina Vogt l'emmène vers les sommets internationaux et un record dans les championnats du monde. Si elle ne remporte que deux victoires en Coupe du monde FIS (signés lors de la saison 2014-2015), elle devient la seule double médaillée d'or individuelle aux Mondiaux (elle s'impose à Falun en 2015 et à Lahti en 2017) et fait deux fois partie des formations mixtes allemandes titrées lors des mêmes éditions. Elle est moins en réussite aux Jeux de PyeongChang 2018 (5e de la compétition gagnée par la Norvégienne Maren Lundby), mais elle remporte en 2019 à Seefeld avec Juliane Seyfarth, Ramona Staub et Katharina Althaus la toute première compétition par équipes féminines disputée aux championnats du monde. Cinq fois médaillée d'or mondiale, Carina Vogt est la plus titrée de toutes les sauteuses à ski.

Elle se blesse au genou droit lors d'un entraînement en Autriche en juillet 2019, ce qui la prive de compétition pour la totalité de l'hiver actuel, mais elle dit avoir hâte de reprendre la compétition avec en ligne de mire les championnats du monde 2021 à domicile (Oberstdorf) et les Jeux de Beijing 2022. De nouvelles perspectives s'ouvrent d'ailleurs pour elle avec l'introduction de la compétition par équipes mixtes au programme olympique, mais il faudra toutefois y gagner sa place tant elles sont chères dans la formation allemande.

back to top En