skip to content
Date
21 août 2008
Tags
Beijing 2008 ,

Campbell-Brown conserve la couronne du 200m

Si Usain Bolt et Shelley Ann-Fraser représentaient la formidable précocité de l’équipe de sprint jamaïcaine à Beijing, Veronica Campbell-Brown, pour sa part, était une habituée des pistes olympiques.

Bien qu’arrivée à seulement 26 ans aux Jeux Olympiques à Beijing, Campbell-Brown avait déjà pris part à deux éditions des Jeux dont elle était à chaque fois revenue médaillée.

À Sydney en 2000, courant à 18 ans sous son nom de jeune fille, Campbell fit équipe avec la légendaire sprinteuse Merlene Ottey pour rapporter à la Jamaïque l’or du relais 4 x 100 m.

Quatre ans plus tard, elle décrocha le bronze du 100 m avant sa première médaille d'or individuelle dans le 200 m, laissant l’Américaine Allyson Felix à la deuxième place.

Campbell-Brown prenait goût au succès olympique et quelques jours plus tard, avec ses coéquipières, elle empochait de nouveau l’or du relais 4 x 100 m.

Au terme de cette performance, d’autant plus remarquable que la Jamaïque gagna pratiquement toutes les médailles du sprint à Beijing, Campbell-Brown se présenta à la finale du 200 m avec une assurance compréhensible.

Pour leur part, les États-Unis se trouvaient confrontés au risque de ne pas décrocher une seule médaille dans ces épreuves de sprint depuis leur absence des Jeux à Moscou en 1980.

Mais dans les éliminatoires, la performance de Felix, considérée comme la menace la plus probable à la domination de Campbell-Brown, n’augurait rien de bon pour l’Américaine.

Campbell-Brown traversa les deux premières courses sans même passer à la vitesse supérieure mais en demi-finale, elle envoya à ses rivales le type d’avertissement dont seule une vraie championne est capable.

Son temps de 22’’19 la fit franchir la ligne avec un bon mètre d’avance devant ses adversaires, y compris Felix, et elle paraissait déborder d’énergie.

Dès le coup de pistolet de la finale, la Jamaïcaine parut gagnante. Elle effectua le premier segment de la course de manière stupéfiante et, à l’entame des dernières foulées de l’épreuve, se trouvait déjà à deux mètres des autres coureuses. Son temps renversant de 21’’74, fut le plus rapide du siècle commençant. Felix, loin derrière, dut de nouveau se contenter de l’argent.

Le bronze de Kerron Stewart signifia que toutes les médailles des épreuves de sprint féminin, à l’exception de celle gagnée par Felix, allèrent à des Jamaïcaines, absolument au meilleur de leurs talents et au pinacle mondial.

Tags Beijing 2008 ,
back to top