skip to content

Button réalise des sauts sans précédent et se couvre de gloire olympique

À 18 ans, Dick Button est un peu jeune pour entrer dans l’histoire, mais il a toujours pris un malin plaisir à déjouer les pronostics. Quand il était enfant, Button était un jeune patineur fougueux, mais il ne s’y est vraiment mis qu’une fois ses aptitudes pour la discipline mises en doute. Il n’a alors que 12 ans et il s’entend dire qu’il ne sera jamais un bon patineur, ce qui déclenche l’ire de son père. Ce dernier envoie donc son rejeton à New York suivre les cours de Joe Carroll, entraîneur en vue de l’époque.

Les titres juniors suivent alors et il poursuit sa progression après avoir changé d’entraîneur et choisi un autre mentor de renom, Gustave Lussi qui le suivra tout au long de sa carrière. En 1946, à peine âgé de 16 ans, Button remporte les championnats des États-Unis, achevant ainsi sa rapide ascension jusqu’au sommet national. La saison suivante, il termine deuxième des championnats du monde derrière Hans Gerschwiler. Fait remarquable, ce sera là la dernière fois qu’il ne gagnera pas une compétition à laquelle il participe.

Les années suivantes lui permettent de s’améliorer et dans la dernière ligne droite menant aux Jeux Olympiques d’hiver, Button s’impose aux Championnats d’Europe en devançant Gerschwiler. Ce sera la dernière fois que des non Européens auront le droit de participer à ces championnats remportés chez les hommes comme chez les dames par des patineurs nord-américains. À ce jour d’ailleurs, Button demeure le seul Américain à avoir gagné le titre européen.

À Saint Moritz, Button prend la tête dès les figures imposées, avec près de 30 points d’avance sur Gerschwiler avant le programme libre. À l’entraînement, l’Américain a tenté une nouvelle figure, le double axel, un saut spectaculaire que personne n’a encore réussi en compétition. S’il arrive à l’exécuter comme il se doit, ses chances de médaille d’or exploseront, mais s’il le tente et le rate, la porte sera alors grande ouverte pour Gerschwiler.

Button en discute et s’entraîne, et la veille du programme libre, il réussit ce saut pour la première fois. Cela le conforte et il décide de l’incorporer dans son programme. Devant les juges, il saute et se réceptionne sans encombre, si bien que huit des neuf juges lui octroient la première place au terme d’une performance éblouissante.

Il devient ainsi le plus jeune champion olympique masculin de patinage artistique, record qu’il détient toujours. Button conservera tant son titre mondial qu’olympique en 1952 avant de prendre sa retraite sportive. Il connaîtra ensuite un parcours professionnel varié qui le verra devenir tour à tour patineur de gala, commentateur de télévision, comédien de théâtre et avocat.

back to top