skip to content
IOC/OIS
Buenos Aires 2018

Buenos Aires 2018 ou l'avenir de l'athlétisme

La prochaine génération de l'athlétisme mondial a associé régularité et détermination au cours de six passionnantes journées de compétitions au parc olympique de la jeunesse lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2018 à Buenos Aires.


Les émotions fortes se sont succédé lors des épreuves d'athlétisme qui ont rassemblé certains des jeunes athlètes les plus prometteurs du monde, tout en permettant à des champions australiens, grecs et sud-africains d'inscrire leurs noms au rang des stars prêtes à atteindre le plus haut niveau international.

La régularité a été déterminante dans la majorité des épreuves disputées au parc olympique de la jeunesse, notamment le sprint (100 m, 200 m, 400 m), les sauts et les lancers, qui se sont disputés en deux étapes, les scores combinés permettant d'établir un classement final.

Le sprinteur sud-africain Luke Davids a fait partie des véritables sensations de ces compétitions, en remportant à 17 ans la deuxième étape du 100 m hommes en 10,15, le chrono le plus rapide jamais signé dans des JOJ, égalant un record du monde junior sans toutefois que celui-ci ait pu être homologué en raison d'un vent de 3,4 m/s soufflant sur la ligne droite. Le tout avec un impressionnant temps cumulé de 20,72.

Lors de la deuxième course, Luke Davids a devancé le Nigérian Olukunle Akintola (10,24) et le Japonais Seiryo Ikeda (10,30) dans un stade plein à craquer. "Tout ce que je vis maintenant, j'en rêve depuis des mois. Mon inspiration vient de ma petite sœur à la maison : je veux lui offrir une meilleure vie que celle que j'ai eue", a déclaré la star de Belhar (province du Cap). "C'est un sentiment merveilleux d'être le plus rapide et le n° 1 chez les jeunes. Le public a été incroyable, le soutien qu'il m'a apporté à l'échauffement, sur la piste et même tout au long de la compétition a été sensationnel."

Huit podiums pour l'Éthiopie

Les pays les plus titrés avec trois médailles d'or ont été la Chine (Chen Long au saut en hauteur hommes, Li Xinhui au lancer du poids femmes, Xi Ricuo sur 5 km marche femmes), le Kenya (Jackson Kavesa Muema et Edinah Jebitok en cross, 3000 m hommes et 1500 m femmes, Fancy Cherono au 2000 m steeple femmes), Cuba (Lester Alcides Lescay Gay au saut en longueur hommes, Jordan Alejandro Fortun au triple saut hommes, Melany del Pilar Matheus Morejon au lancer du disque femmes) et l'Ukraine (Mykhaylo Kokhan et Valeriya Ivanenko au lancer du marteau hommes et femmes, Yaroslava Mahuchikh au saut en hauteur femmes).

Mais c'est l'Éthiopie qui s'est adjugé le plus grand nombre de podiums : huit (2 or, 2 argent, 4 bronze) grâce à ses coureurs et coureuses de demi-fond, steeple et cross. Parmi eux, Tasew Yada a remporté le 800 m hommes et Abhram Sime s'est imposé sur 2000 m steeple hommes.

L'Australie a également décroché une série de médailles : Keely Small a remporté le 800 m féminin, Sophie White a pris la médaille d’argent du 100 m haies et Joshua Cowley a également terminé deuxième du saut en longueur masculin. Oscar Miers a décroché une médaille d’argent à l'issue d'un concours de saut en hauteur époustouflant où il a effacé la même barre record aux JOJ de 2,22 m que le Chinois Chen Long vainqueur au nombre d'essais.

"J'ai beaucoup appris en étant au village entourée tout le temps par mes rivales. Vous devez vraiment vous concentrer sur les vraies raisons de votre présence ici", a souligné Keely Small, porte-drapeau australienne lors de la cérémonie d'ouverture à propos de son expérience aux JOJ.

Une jeune bergère chinoise en plein rêve

Le public local, soutien indéfectible des athlètes argentins, a pu vibrer et s'émouvoir avec Nazareno Sasia, vainqueur au lancer du poids masculin, avec deux performances dominatrices à 21,94 m lors de la première étape, et 21,25 m dans la seconde, soit une avance combinée de 1,45 m sur son rival le plus proche, le Chinois Jialiang Xing.

La Grecque Elina Tzengko, 16 ans, a fait très fort au lancer du javelot, commençant par signer un record personnel avec un jet à 63,34 m à son quatrième essai lors de la première étape le 13 octobre, avant de lancer à 61,74 m trois jours plus tard, réussissant à sa première tentative une performance que personne n'a ensuite améliorée. Elle a, avec un total combiné de 125,08 m devancé de plus de 10 m sa plus proche rivale, l'Équatorienne Juleisy Angulo.

La hausse des températures a été l’un des plus grands défis auquel les athlètes ont dû faire face. Le thermomètre a dépassé les 27° à Buenos Aires et la chaleur sur la piste était d'une intensité telle qu'il a été nécessaire de s'adapter. "Avec mon entraîneur, nous avons élaboré une stratégie spéciale pour aujourd'hui", a déclaré l'Équatorienne Maria Villalva, qui a terminé quatrième du 5 km marche féminin le 17 octobre. "J'avais mis de la glace dans ma casquette pour rester au frais. Lorsque ma gorge a commencé à se dessécher, j'ai attrapé un morceau de glace, je me le suis mis en bouche en plein milieu de la course et ça m'a bien aidée."

La Chinoise Xi Ricuo a remporté les deux étapes de l'épreuve avec un temps cumulé de 45:03.49, soit presque une minute de moins que la deuxième, la Mexicaine Sofia Elizabeth Ramos Rodriguez. Âgée de 17 ans, Xi Ricuo a grandi dans un environnement rural, jeune bergère destinée à mener sa vie à la ferme dans un village de montagne isolé, comme ses parents. Mais son univers a basculé lorsque ses capacités athlétiques ont été découvertes à l’école il y a quatre ans. "L'athlétisme a changé ma vie", a-t-elle déclaré après sa victoire. "De l'école aux JOJ, c'est juste un rêve."

back to top En