skip to content
Alistair et Jonathan Brownlee, Londres 2012 Getty
Date
09 mai 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Triathlon

Alistair et Jonathan Brownlee veulent revivre les mêmes émotions à Rio !


Après leur inoubliable triathlon londonien en 2012 (or pour Alistair, bronze pour Jonathan), les frères Brownlee se sont maintenus au sommet sur la route des Jeux de Rio où ils comptent bien briller à nouveau.

« Depuis sept ans et la désignation de Londres pour organiser les Jeux de 2012, nous avions cela en tête, mon frère et moi. Et surtout ces quatre dernières années. Depuis deux ans, les gens nous parlaient de gagner deux médailles. Réussir cela en face d’une telle foule, c’est insurpassable ! ». Ainsi s’exprime Alistair Brownlee à chaud, le 7 août 2012 à Hyde Park, après avoir triomphé dans le triathlon olympique. Il parle aux côtés de son frère Jonathan, qui pour sa part, a terminé en bronze malgré une pénalité de 15 secondes pour avoir enfourché son vélo trop vite au moment de la transition natation-cyclisme. Un moment inoubliable pour les Brownlee, fêtés par les dizaines de milliers de fans qui ont assisté à cette épreuve épique.

Alistair et Jonathan Brownlee, Londres 2012 Getty

Et pourtant ! Dominateur sur le circuit mondial depuis 2009, année où il remporte le titre mondial ITU, Alistair Brownlee a vu sa progression vers les Jeux de Londres contrariée par des blessures. Une fracture de fatigue au fémur gâche sa saison 2010, il redevient champion du monde en 2011, puis en février 2012, il s’abime le tendon d’Achille. A quelques mois des Jeux, le champion du monde britannique sacré chez les juniors dès 2006, passe par des moments difficiles. « Je me suis demandé si j’allais réussir un jour à m’améliorer, ou juste être capable de m’entraîner et de courir proprement à nouveau ».

Début juin 2012, Alistair, qui a réussi à s’entraîner solidement depuis « quatre ou six semaines », fait sa rentrée lors du triathlon de Blenheim (près d’Oxford) où il casse le ruban d’arrivée en vainqueur aux côtés de Jonathan. Fin juin, il s’impose dans l’épreuve de Coupe du monde de Kitzbühel. Le voilà revenu plus fort qu’avant à deux mois des Jeux ? « Je pense que c’est voir les choses de façon un peu optimiste », dit-il alors. « J’ai loupé trois mois d’entraînement, ce qui n’est jamais idéal, trois mois hors des Jeux. Mais cela peut arriver. L’année olympique est une année rigolote. Je n’ai aucune chance d’en faire trop, puisque je n’ai repris l’entraînement que depuis six semaines, c’est donc le seul point positif à retenir ».

Triomphe devant la foule enthousiaste de Hyde Park

Alistair Brownlee est en pleine possession de ses moyens et fait partie des principaux favoris au moment de se jeter à l’eau dans la Serpentine ce 7 août 2012, au milieu de 54 autres concurrents et d’une foule incroyable qui remplit Hyde Park et se masse le long du parcours cycliste qui va « tourner » autour des principaux monuments de la capitale anglaise.

Alistair Brownlee, Londres 2012 Getty

Il sort de l’eau après les 1500m dans le groupe de tête, au moment où Jonathan commet sa faute. Il reste à l’avant dans les 47km à vélo. Lors des 10km de course à pieds, Alistair se détache en compagnie de son frère et de l’autre favori de cette épreuve olympique, l’Espagnol Javier Gomez. Mais le britannique, poussé par la foule, se détache irrésistiblement et termine en solitaire, passant la ligne d’arrivée 11 secondes avant Gomez, avec un temps de 1h46.25 qui constitue un nouveau record olympique. Jonathan arrive ensuite, exténué, à 31 secondes.

« Ce fut une course incroyable, et la foule a été merveilleuse. Mes oreilles bourdonnent encore de tout ce bruit » dit Alistair Brownlee après avoir gagné la 19e médaille d’or britannique aux Jeux de Londres.

« Si je bats Alistair, je pense que ce sera de l’or »

Les quatre années qui séparent Alistair Brownlee des Jeux de Rio sont à l’image de celles qui ont précédé ceux de Londres. Sa blessure au tendon d’Achille a eu des conséquences, et il doit se faire opérer de la cheville en août 2015. Avant cela, lui et Jonathan se sont maintenus au sommet de leur sport. Alistair est champion d’Europe 2014 à Kitzbühel et remporte la même année la course des Jeux de Commonwealth à Glasgow. Avant de se faire opérer, il s’impose en Coupe du monde au Cap (Afrique du Sud) et Londres, tandis que « Jonny » l’emporte à Auckland (Nouvelle-Zélande) et à Gold Coast (Australie).

Jonathan Brownlee, Londres 2012 Getty

De retour en compétition en avril 2016, le brillant Alistair se dit « assez confiant » pour les Jeux de Rio. « SI les choses vont dans mon sens, avec un peu de chance et en restant tranquille avec ma cheville, alors je pourrai être sur la ligne de départ à Rio dans la meilleure forme possible. L’endurance en sport et tout ce qu’un athlète peut demander ». Et si finalement, son principal adversaire à Copacabana était son frère ? « Quand je vois comment Alistair s’entraîne en ce moment… si je le bats, je pense que ce sera de l’or », dit Jonathan.

back to top En