skip to content
Date
08 mars 2015
Tags
Femmes dans le sport , Actu CIO

Bravo mesdames en cette Journée internationale de la femme !

Aujourd’hui, Journée internationale de la femme,  rendons hommage à toutes les athlètes féminines motivées qui démontrent que le sport, quel qu’il soit et à tous les niveaux, c’est aussi pour les filles et les femmes !

Présente au Musée Olympique pour un week-end spécial organisé autour de la Journée internationale de la femme, l’olympienne et quintuple championne du monde de boxe Mary Kom a pris le temps de répondre à quelques questions. Médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres et troisième femme indienne à remporter une médaille individuelle aux Jeux, Mary Kom a réussi à se faire un nom sur le ring, comme formidable athlète, et en dehors, en tant que modèle pour d’innombrables filles et femmes dans son pays.

Comment et quand vous êtes-vous intéressée à la boxe ?
Depuis l’enfance, j’ai toujours eu un intérêt pour le sport où je me débrouillais bien à l’école, et j’étais aussi particulièrement attirée par les arts martiaux. Voyant mes performances, mon professeur m’a suggéré de m’y mettre sérieusement. J’ai commencé par l’athlétisme mais après j’ai découvert la boxe féminine. Inspirée par le succès de Dingko Singh aux Jeux asiatiques de 1998, j’ai décidé de m’y consacrer en 2000.

Quelles sont les réactions quand vous dites que vous êtes une boxeuse ?
Alors c’était une autre histoire quand j’ai commencé à boxer. Mes interlocuteurs étaient presque choqués d’apprendre que je boxais, car c’était considéré alors comme un sport exclusivement masculin. Je me souviens encore comment mon propre entourage me regardait. On me trouvait tellement bizarre. Même mon propre père était contre ma décision. Il m’a fallu des jours pour le convaincre. Mais c’est  différent maintenant ...

Quel conseil donneriez-vous aux filles ou femmes qui voudraient commencer à boxer ?
Les filles, si vous savez que vous êtes douées pour boxer ou si vous aimez vraiment ça, n’hésitez pas une seconde et allez-y ! La boxe, ce n’est pas seulement un sport, car vous pouvez maintenant y faire une bonne carrière. En dehors du fait qu’elle permet de vous maintenir en bonne forme physique, elle peut vous apporter aisance matérielle, joie et reconnaissance, et vous ouvrir de nouvelles perspectives. Mais elle demande un travail acharné, détermination et foi. C’est un sport particulièrement exigeant car la concurrence est vraiment vive de nos jours, mais comme dans tous les autres domaines.

La boxe féminine a fait ses débuts aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres. Comment voyez-vous son avenir et quels sont vos objectifs personnels ?
La boxe féminine est en plein essor. Elle attire de nombreuses personnes. C'est une discipline qui intéresse et que l'on apprécie. Je dirais qu'elle a un très bel avenir devant elle, qui ne fait que commencer. Elle a déjà donné d'excellents résultats.
Pour ma part, je me prépare pour Rio 2016. Après une médaille de bronze à Londres, je suis déterminée à en obtenir une autre, d'une autre couleur. Je donnerai le meilleur de moi-même, Dieu fera le reste.

Lorsque que vous raccrocherez les gants, aimeriez-vous continuer à travailler dans le domaine du sport ?
Oui. J'adore la boxe parce que la boxe m'a tout donné ou presque. Elle a changé ma vie. Le ring va me manquer quand je prendrai ma retraite. C'est pour cela que je souhaite me consacrer pleinement à la formation et à l'entraînement de la future génération de championnes et de modèles. Je m'y attèle déjà du reste. Depuis 2006, je possède ma propre école de boxe à Imphal. Quand je raccrocherai les gants, je me consacrerai entièrement à la formation de mes élèves. Je leur transmettrai mes connaissances en boxe et mon expérience.

 

back to top