skip to content
Date
29 août 1972
Tags
Munich 1972

Bragina fixe les normes de la révolution du 1500 m

Athlétisme Femmes

Lyudmila Bragina n’était pas exactement une inconnue puisqu’elle avait déjà participé à deux championnats d’Europe et qu’elle avait 29 ans au moment de concourir à Munich. Cependant, ses exploits lors des Jeux Olympiques de 1972 firent trembler la planète sport.

En toute honnêteté, son palmarès était correct mais pas spectaculaire. Ainsi, elle avait terminé quatrième du 1 500 m des championnats d’Europe de 1969 et sixième deux années plus tard.
 
On avait l’impression qu’elle s’était préparée en vue de l’été 1972, année où les choses se mirent soudain en place pour elle, et qui plus est dans le plus spectaculaire des styles. Tout commença lors des Championnats qualificatifs d’Union soviétique où elle décrocha le meilleur temps de sa carrière au 1 500 m. En fait, il s’agissait du meilleur temps tout court à cette époque puisqu’elle fit tomber le record du monde avec une marge incroyable de 2,7 secondes. Ce n’était que le début.
 
En arrivant à Munich, elle se dépêcha de battre une nouvelle fois le record du 1 500 m durant le premier tour de la compétition en faisant descendre le chrono de 0,4 seconde. Elle le fit baisser à nouveau en demi-finale, d’1,4 seconde cette fois. Il devint clair alors que le 1 500 m femmes vivait une véritable révolution. Alors qu’elle faisait tomber les records les uns après les autres, les meilleurs temps précédents commencèrent à devenir de l’histoire ancienne. Ainsi, en demi-finales elles ne furent pas moins de treize à améliorer le record du monde d’avant les Jeux, et tout le monde savait que la finale serait la course la plus rapide des Jeux.

Ces attentes ne furent pas déçues : Lyudmila Bragina prit la tête après deux tours et elle remporta la course  avec plus d’une seconde d’avance sans avoir jamais été sérieusement inquiétée avec en prime, c’était presque inévitable, un autre bond en avant par rapport au précédent record du monde.
Les années suivantes, elle se concentra sur le 3 000 m dont elle fit tomber le record du monde en 1974. Après la suppression du 3 000 m du programme des Jeux Olympiques de 1976, elle revint au 1 500 m. Cependant, la magie n’opérait plus et Lyudmila dut se contenter de la cinquième place en finale après avoir mis six secondes de plus que quatre ans auparavant pour parcourir la distance.

back to top