skip to content
Date
20 août 2008
Tags
Beijing 2008

Bolt bat le record légendaire de Johnson

Usain Bolt 200m


L’impact impérieux Usain Bolt dans la finale du 100 m aux Jeux à Beijing fut si spectaculaire que le 200 m devint soudain la course d’un seul contre le chronomètre.

Beijing était encore dans l’émoi provoqué par la sensationnelle démonstration de vélocité de Bolt dans le 100 m. Ses talents de bateleur sans retenue à son arrivée sur la ligne amplifia l’enthousiasme de la foule qui le vit la franchir en se frappant la poitrine tout à la joie d’être ainsi couronné l’homme le plus rapide du monde.

Et comme si cette prouesse n’était pas en soi suffisante pour écraser ses adversaires, cette domination fut d’autant plus stupéfiante qu’elle s’imposa dans une distance qui n’avait pas sa préférence.

En effet, pour sa plus grande part, la carrière de Bolt avait été dans le 200 m. Sa capacité explosive à prendre un tournant en trombe et un style élégamment hiératique lui assurèrent le titre aux Championnats du monde junior en 2002. Il prouva sa consistance de coureur de classe mondiale dans cette discipline, jusqu’à ce jour d’été de 2008 à New York, où il démontra sa polyvalence en battant le record du monde du 100 m.

Désormais détenteur du titre dans le 100 m, et sûr de sa supériorité après les éliminatoires du 200 m, il est clair que Bolt visait deux objectifs. Non seulement une seconde médaille d’or olympique mais aussi battre le record du monde détenu par Johnson dans le 200 m.

Le 19’’32 de l’Américain établi aux Jeux à Atlanta en 1996 jouissait d’un statut quasi mythique. De même que le record du monde de Sebastian Coe dans le 800 m ou celui de Bob Beamon dans le saut en longueur aux Jeux à Mexico, l’exploit de Johnson était censé devoir tenir des dizaines d’années. À Beijing dans le 200 m, la qualification de Bolt parut ridiculement facile.

En demi-finale, son temps de 20’’09 fut le meilleur de la compétition et il acheva sa course en trottant sur la ligne d’arrivée.

Le jour dit, Bolt effectua sa préparation dans le style détendu qui le caractérisait, se lissant les cheveux au passage des caméras entre les coureurs, pointant le doigt au ciel à la dernière minute du compte à rebours. Mais il prit ses marques l’air plus pénétré que jamais. Et à l’instant du départ il bondit et, dès sa première foulée, ses épaules devançaient déjà celles des autres coureurs. Parvenu à la ligne avec plusieurs mètres d’avance et la médaille d’or assurée, il regarda l’horloge et d’un même élan tout le stade fit de même. Mais contrairement à son autocélébration à l’arrivée du 100 m, il avait cette fois les dents serrées et, à l’approche de la ligne à franchir, sa tête tangua.

La clameur se fit immense et tandis qu’il lançait les bras en l’air, hagard, le tableau afficha 19’’30, une fraction de moins que Johnson. Bolt s’effondra sur le sol totalement incrédule et choqué, avant de se lancer dans une danse de sauts spectaculaires et de poses victorieuses au complet ravissement des tribunes du Nid d’oiseau.

back to top