skip to content
Date
21 févr. 2010
Tags
Vancouver 2010 , Ski alpin , États-Unis d'Amérique

Bode Miller, l’athlète américain le plus récompensé des Jeux de Vancouver

Malgré sa réputation de rebelle du sport, Bode Miller n’a jamais rien lâché en compétition et a toujours répondu présent le jour J à l’heure H. Il arrive à ces Jeux en arborant un palmarès olympique impressionnant, mais il lui manque encore une médaille d’or.


Miller a grandi dans le domaine skiable du New Hampshire où vit sa famille, dans un chalet sans électricité ni sanitaires. Il décroche une bourse pour entrer dans une école de ski du Maine, où son style débridé est réorienté vers la recherche d’une plus grande vitesse. Dès le début, Miller se fait remarquer comme étant un coureur engagé, toujours sur le fil du rasoir pour chercher la victoire, destiné à devenir l’un des plus grands skieurs alpins de son pays.

Son talent naturel fait qu’il est capable de s’aligner dans toutes les disciplines alpines au plus haut niveau et il ne tarde pas à concrétiser ses promesses. Il débute en Coupe du monde en 1996, à l’âge de 18 ans, et effectue ses premiers pas olympiques deux ans plus tard à Nagano.

Ses premières médailles olympiques suivent en 2002 : deux médailles d’argent en slalom géant et en combiné, avant qu’il ne connaisse une désillusion lors des Jeux de 2006. Bode Miller est en bonne forme à l’approche de l’épreuve, mais il ne parvient pas à obtenir de médaille. Au combiné, il occupe la première place après la première manche, mais il est ensuite disqualifié. On se pose alors des questions sur son mental, certains se demandant même s’il bénéficiera d’une nouvelle occasion de décrocher l’or olympique.

Les premiers éléments de réponse obtenus en 2009 ne sont vraiment pas bons, puisque pour la première fois depuis huit ans, Bode Miller ne remporte pas une seule course. Il obtient néanmoins sa place dans l’équipe olympique américaine et décide de s’inscrire dans les cinq épreuves du programme, ce qui lui permet de retrouver la détermination qui était sa marque de fabrique lors de ses meilleures années.

À Vancouver, il obtient du bronze pour sa première course, la descente, à neuf centièmes seulement de Didier Défago le vainqueur. Jamais descente olympique n’avait été aussi serrée.

S’il enchaîne avec une médaille d’argent dans le super-G, l’or manque toujours à sa collection. Il participe enfin au combiné, où sa patience va être récompensée. Il ne termine que septième de la descente, mais aucun des concurrents qui le précèdent n’arrive à améliorer son chrono, si bien que sa performance dans le slalom est suffisante pour s’emparer de l'or. Sa patience a finalement payé. Avec ses trois médailles, Bode Miller sera l’athlète américain le plus récompensé de ces Jeux.

back to top En