skip to content

Bilan: la Chine rafle tout sur son passage - Londres 2012 - Table de Tennis

Nul ne niera qu’après avoir tout raflé aux Jeux de Londres 2012, la Chine ne semble pas prête de voir sa domination en tennis de table perdre de la vitesse.

Depuis que ce sport a fait son apparition aux programmes des Jeux, à Séoul en 1988, la supériorité de l’empire du milieu n’a fait que croître au fil des éditions des Jeux.

Depuis Barcelone 1992 et la victoire du Suédois Jan-Ove Waldner, plus aucun Européen n’a décroché une médaille d’or. Même les autres pays asiatiques, où ce sport est très populaire, n’arrivent pas à faire aussi bien.

La statistique la plus impressionnante de la Chine concerne les médailles d’or : elle en a désormais remporté 24 sur 28 après les avoir toutes raflées pour une deuxième fois d’affilée.

Li Xiaoxia et Zhang Jike ont respectivement remporté le simple dames et le simple messieurs en battant leurs compatriotes Ding Ning et Wang Hao dans leurs finales.

Le butin a été complété par les succès des deux équipes en lice dans la compétition. Chez les dames, Li, Ding et Guo Yue on décroché le titre, alors que Zhang, Wang et Ma Long on fait de même chez les messieurs.

Après les Jeux de Beijing, où la Chine avait remporté toutes les médailles en jeu en simple, la Fédération Internationale de Tennis de Table (ITTF) a réduit à deux le nombre de joueurs d’un même pays pouvant participer à la compétition de simple.

Ce changement n’a eu que peu de conséquences étant donné que la Chine a fait carton plein en remportant quatre médailles d’or et deux d’argent à Londres.

Dimitrij Ovtcharov semble être l’athlète le plus à même de changer la tendance.

L’Allemand a décroché deux médailles de bronze à Londres, l’une en simple et l’autre dans l’épreuve par équipes, aux côtés de Timo Boll et Bastian Steger.

Une vague d’excellentes joueuses japonaises a également fait son apparition, emmenée par Kasumi Ishikawa, Sayaka Hirano et Ai Fukuhara, qui ont remporté l’argent dans l’épreuve féminine par équipes.

Il s’agit de la première médaille olympique dans ce sport pour le Japon, et ne saurait être la dernière.

Le président de la ITTF, Adham Sharara a déclaré : « Ce qui m’a ravi, c’est que du premier au dernier jour, il n’y a pas eu une session qui a vu des places non-occupées dans le public.»

« C’est vraiment génial! Je ne sais pas si c’est l’esprit des Jeux, mais c’est vraiment impressionnant. »

« Je pense que nous sommes plus satisfait maintenant qu’après les Jeux de Beijing, parce que d’avantage de nouvelles personnes ont découvert notre sport. »

back to top