skip to content
Date
02 févr. 2010
Tags
Vancouver 2010 , Actu CIO , Biathlon

Biathlon à Vancouver : skier vite, viser juste

Le biathlon est un sport qui figure sans aucun doute parmi les plus difficiles. Il combine l'endurance, l'esprit tactique et le tir de précision. À Vancouver, les biathlètes concourront pour l'or dans cinq épreuves : sprint, poursuite, épreuve individuelle, départ groupé et relais. L'objectif de chaque course est le même : parvenir sur la ligne d'arrivée le plus rapidement possible, quelles que soient les pénalités au cours des tentatives pour toucher cinq petites cibles sur le champ de tir. Deux positions de tir sont possibles : couchée et debout, en fonction de l'épreuve pratiquée.


Les épreuves

Pour l'épreuve individuelle et celle du sprint, les départs sont donnés à raison d'un concurrent à la fois à 30 secondes d'intervalle. Pour la poursuite, les départs sont fixés à intervalle en fonction des temps de qualification, et pour le départ groupé, tous les concurrents partent en même temps. S'agissant du relais, les premiers membres de toutes les équipes partent en même temps et une fois leur parcours effectué, ils touchent leur coéquipier suivant pour leur donner le départ.

Le champ de tir, un lieu décisif

Alors que les parcours de course, qui peuvent être de 20 km pour les hommes et de 15 km pour les femmes, exigent le maintien d'une allure rapide, c'est sur le champ de tir que tout peut mal tourner. Un tir manqué entraîne des pénalités, qui selon l'épreuve se traduisent par un retrait d'une minute (épreuve individuelle) ou par une boucle de 150 m à ski à l'arrivée. Pour réussir, les athlètes doivent garder leur calme et faire preuve de sang-froid. La Suédoise Helena Jonsson, actuellement en tête du classement général de la Coupe du monde de l'IBU, partage son expérience : "Il est facile de perdre son calme et de vouloir réussir à tout prix, obtenir de bons résultats est alors compliqué. La clé : essayer de se détendre et de se comporter comme on le ferait en temps normal."

Site spectaculaire

S'agissant du rapport qualité/prix pour les spectateurs, le parc olympique de Whistler sera difficile à battre. Les compétitions de biathlon, de ski de fond et de saut à ski auront lieu dans trois stades distants de 400 m. Le site possède également un parcours de 15 kilomètres de pistes de compétition et, pour les épreuves de biathlon, d'un champ de tir de 30 positions, équipé d'un système de cibles entièrement électronique mis à l'essai durant la saison de la Coupe du monde 2008-2009. Simon Fourcade, l'un des meilleurs biathlètes français, déclare : "C'est un excellent site, dans un cadre magnifique. Le parcours semble facile parce qu'il est large, mais c'est loin d'être le cas. Ce parcours est très exigeant, car on dispose de peu d'endroits pour récupérer."

Héritage

Après les Jeux, le parc olympique de Whistler demeurera un site de compétitions internationales de haut niveau, tout en offrant un espace de ski nordique aux municipalités environnantes. Selon les organisateurs, les possibilités d'un usage de loisirs ne manqueront pas après les Jeux avec l'ajout de 40 kilomètres de pistes. Donc même si vous ne pouvez pas vous rendre aux Jeux Olympiques, vous aurez la possibilité de suivre les traces des olympiens après les Jeux !
 
Pour en savoir plus :

http://www.olympic.org/fr/content/Sports-olympiques/Tous-les-sports/Biathlon/
www.biathlonworld.com
http://www.vancouver2010.com/fr/biathlon-olympique/

back to top En