skip to content
Date
12 août 2008
Tags
Beijing 2008 ,

Benjamin Boukpeti slalom en kayak

Quand Alexander Grimm gagna la médaille d’or du slalom en kayak aux Jeux Olympiques à Beijing, il eut droit aux applaudissements dus à celui qui vient d’atteindre le pinacle de son sport.


Son exploit, néanmoins, souffrit sans doute un peu de l’éclat du bronze décroché par Benjamin Boukpeti, premier athlète togolais à remporter une médaille de quelque ordre que ce soit, et la célébration qu’en fit ce dernier au terme de sa deuxième descente fut incontestablement l’un des moments les plus mémorables de ces Jeux.

Avant son succès de 2008, Boukpeti, né en France, n’était allé au Togo qu’une fois dans sa petite enfance. Ceci n’empêcha pas les Togolais d’acclamer leur homme, et le kayakeur de Toulouse reçut clairement la part du lion du soutien des supporters sans fidélité particulière sur le site ensoleillé du parcours de Shunyi.

Entraîné régulièrement avec les équipes de France et d'Afrique du Sud, il acquit rapidement une place au sein de l’élite mondiale.

Qualifié en demi-finales à Athènes en 2004, il manqua la finale de peu. Sa victoire en 2008 aux Championnats d’Afrique lui ouvrit la voie pour un nouvel essai vers le succès olympique.

Parvenu à la huitième place avec les meilleurs kayakeurs du monde entier en finale, il laissait derrière lui au classement rien moins que le Britannique Campbell Walsh, médaille d’argent de 2004.

La finale venue, ses adversaires et la foule tout autour n’en crurent pas leurs yeux quand Boukpeti surgit en tête au terme de la descente d’ouverture. Numéro 56 au classement mondial, il était déterminé à fixer enfin le nom de son pays sur la carte olympique.

Grimm, l’Allemand, produisit une prodigieuse deuxième descente – près de deux secondes de mieux que le peloton derrière lui - ce qui lui valut la médaille d’or suivi de l’Australien Warwick Draper.

Quelques erreurs cruciales dans cette deuxième descente coûtèrent cher à Boukpeti, la première et la deuxième place lui échappèrent, ce qui n’alla pas sans quelque déception de la foule mais sa joie à lui fit plaisir à voir.

Il exulta les bras en l’air, avant de briser sa pagaie en deux, scellant ainsi joyeusement sa place dans l’histoire olympique et à la une de la plupart des quotidiens du lendemain.

Tags Beijing 2008 ,
back to top