skip to content
Date
27 mars 2007
Tags
Actualités Olympiques , Beijing 2008

Beijing 2008 – Plus que 500 jours !


À 500 jours de l’allumage de la flamme olympique au stade national de Beijing, le président du CIO, Jacques Rogge, parle de la préparation des Jeux, des défis à relever mais aussi de ses espoirs et de ses attentes.

Constructions des sites
Durant ma dernière visite à Beijing en octobre dernier, j’ai vraiment ressenti l’enthousiasme ambiant à la vue de ces sites splendides qui, dans 500 jours, seront le théâtre de nombreux moments d’émotion, lesquels resteront dans l’histoire des Jeux Olympiques.

J’ai été bien entendu ébahi par ces installations ultramodernes : le stade national, surnommé le nid d’oiseau, et le centre aquatique national ou "cube d’eau" comme on l’appelle souvent. Ce sont là deux magnifiques exemples de sites olympiques qui montrent comment le sport peut inspirer des architectes à créer des constructions fascinantes où l’innovation technique rencontre l’imagination créative.

La construction des 31 sites de compétition à Beijing progresse à un rythme effréné. Lors de ma dernière visite, 12 nouveaux sites sont en cours de construction, neuf des 11 sites existants étaient en cours de rénovation et cinq des huit sites temporaires étaient construits. Je me réjouis de voir certaines de ces installations exploitées lors de l’organisation d’un grand nombre d’épreuves tests cette année.

Le premier site terminé a été le terrain de Fengtai, où se tiendront les épreuves olympiques de softball. En effet, celui-ci a déjà accueilli avec succès les Championnats du monde féminins de l’ISF en août dernier.

Les sites sont bien entendu le signe le plus visible que les préparatifs avancent bien. Mais mes collègues de la commission de coordination du CIO, qui se réuniront à nouveau mi-avril, me disent régulièrement que les organisateurs de ces Jeux font un travail extraordinaire.

Lorsque le CIO a décerné les Jeux à Beijing en 2001, il l’a fait convaincu non seulement de l’excellence technique de la candidature, mais aussi que les Jeux laisseraient un héritage unique à la Chine et à la communauté sportive. Ce que j’ai vu jusqu’ici et ce que je me réjouis de voir durant la prochaine visite de la commission exécutive me confortent dans cette conviction, qui grandit un peu plus chaque jour.

Épreuves tests
J’ai appris de par mon expérience olympique que les épreuves tests sont essentielles au succès des Jeux. Des progrès rapides dans la construction des sites ne devraient pas signifier que les organisateurs perdent de vue les autres domaines de la préparation des Jeux, car c’est lorsque l’on perd sa concentration que l’on fait des erreurs.

Beijing et les autres villes qui accueilleront des compétitions organiseront 26 épreuves tests durant l’année 2007 et celles-ci lui permettront d’améliorer ses opérations avant l’organisation des Jeux proprement dits. Il importe toutefois que ces épreuves ne soient pas traitées à part, mais dans le cadre de la préparation intégrée des Jeux, car c’est en tirant les leçons de ces épreuves que le BOCOG atteindra son objectif qui est d’organiser des Jeux Olympiques réussis en 2008.

Tout le but de l’exercice est de tirer des enseignements lors de ces épreuves tests et d’utiliser les connaissances acquises pour être plus efficaces durant les Jeux. Si des problèmes se posent, il importe d’avoir les systèmes en place pour les identifier, les évaluer et les résoudre en intégrant toutes les entités concernées par les opérations Jeux.

Environnement
De bonnes conditions de compétition, qui soient saines pour les athlètes, sont de la plus haute importance. Le CIO l’a souligné aux organisateurs des Jeux, qui l’ont bien compris et s’efforcent de les offrir. En effet, cette question, et en particulier celle de la qualité de l’air, est suivie de près par le comité d’organisation des Jeux à Beijing et les autorités locales. Les conditions de compétition offertes aux athlètes seront, bien entendu, une priorité pour la commission de coordination qui se réunira en avril.

Je pense qu’il est aussi important de rappeler que les difficultés d’ordre environnemental ne sont pas nouvelles aux Jeux Olympiques et que les athlètes et leurs entraîneurs ont une grande expérience quand il s’agit de prévoir les conditions requises pour concourir au plus haut niveau. À Athènes, par exemple, la chaleur posait problème, tandis qu’à Los Angeles et Séoul, c’était la qualité de l’air. Le CIO et les comités d’organisation respectifs étaient conscients de ces problèmes et, comme à Beijing, ont pris les mesures nécessaires pour y remédier. Les organisateurs à Beijing travaillent sur un certain nombre de plans d’urgence pour les Jeux, et les épreuves tests que j’ai mentionnées précédemment seront l’occasion de voir comment ces plans fonctionneront et s’il convient de les améliorer.

Comme je l’ai dit, la qualité de l’air est importante, mais celle-ci ne doit pas être le seul centre d’attention en matière d’environnement. Les organisateurs des Jeux et les autorités locales effectuent un travail efficace en s’attaquant à d’autres questions environnementales telles que le traitement de l’eau, la gestion des déchets solides ainsi que la création et la protection des espaces verts et des forêts.

90% des eaux usées de Beijing sont à présent assainies grâce à la construction de nouvelles usines de traitement des eaux. Pas moins de 95% des déchets de la ville sont traités antipollution et Beijing mènera à bien d’ici à la fin de cette année son projet de plantation d’arbres sur 533 hectares à proximité de l’aéroport et des sites olympiques. Le comité d’organisation a également pris des mesures pour déplacer de la ville vers d’autres régions l’industrie lourde qui était responsable par le passé d’une grande partie de la pollution atmosphérique et créer des usines plus propres. Les Jeux constituent un important catalyseur en ce sens qu’ils accélèrent les programmes de développement durable.

Influence positive des Jeux
On me demande souvent ce que j’attends des Jeux à Beijing. J’attends avant tout de grands Jeux pour les athlètes. Les Jeux Olympiques sont fait pour les jeunes qui sont au sommet de leur carrière sportive et qui recherchent l’excellence. Je suis convaincu que concourir dans un pays où les choses bougent si vite et où modernité et tradition se mêlent d’une manière unique sera une expérience fascinante pour les athlètes du monde entier.

J’y vois également l’occasion de diffuser les valeurs olympiques à 1/5 de la population mondiale, grâce aux projets éducatifs associés aux Jeux. C’est là un des points essentiels pour le CIO aujourd’hui. Il n’y a rien de plus fabuleux que de savoir que 400 millions d’enfants dans 500 000 écoles élémentaires et secondaires tireront des enseignements de ces projets d’éducation olympique. Lorsqu’il se tourne vers l’avenir – Vancouver 2010, Londres 2012 et même au-delà, le CIO se réjouit des échanges culturels et des expériences à vivre.

La fierté et l’enthousiasme de la population sont palpables dans les rues de Beijing. Il n’est donc pas étonnant que plus de 370 000 personnes aient déjà posé leur candidature pour être volontaires pendant les Jeux Olympiques et Paralympiques ! De plus, grâce à la politique des prix des billets du BOCOG, des personnes aux revenus très variés pourront vivre l’expérience des Jeux, ce qui est une manière formidable d’accroître l’enthousiasme qui règne déjà là-bas et de s’assurer que les Jeux à Beijing auront cette atmosphère unique que seuls la Chine et son peuple peuvent offrir.

 Beijing 2008
 www.beijing2008.com

back to top En