skip to content
IOPP
Date
26 juil. 2017
Tags
Barcelone 1992 , Actualités Olympiques , Espagne

Barcelone 1992, des Jeux de toutes les couleurs

De grands changements géopolitiques ont lieu dans le monde au début des années 1990. Il y a 25 ans, le CIO accompagne ce mouvement en invitant à Barcelone les athlètes de nombreux pays nouvellement indépendants ou d’ensembles recomposés. Parmi eux, la Croatie compte dans ses rangs un porte-drapeau follement heureux de représenter son CNO nouvellement créé : le tennisman Goran Ivanisevic.

Le mur de Berlin est tombé, la Namibie s'est séparée de l’Afrique du Sud qui a mis fin à l’Apartheid, l’URSS et la Yougoslavie ont donné naissance à plusieurs États indépendants. Ainsi, pour la première fois depuis les Jeux de Tokyo 1964, l’Allemagne présente une seule équipe pour les Jeux d’été. Douze des quinze États de l’URSS forment "l’Équipe unifiée", tandis que l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie sont pour la première fois en lice aux Jeux. La Slovénie, la Bosnie-Herzégovine et la Croatie sont les nouveaux pays présents issus de l’ancienne Yougoslavie. L’Afrique du Sud est de retour sur la grande scène olympique 32 ans après son exclusion, et la Namibie la découvre ! 


IOPP / SASAHARA, Koji


L'une des images les plus fortes des Jeux de Barcelone, qui va émouvoir le monde entier, sera d’ailleurs celle de l’Éthiopienne Derartu Tulu, la première femme africaine noire sacrée championne olympique en athlétisme, effectuant à l’arrivée du 10 000 m son tour d’honneur main dans la main avec sa dauphine, la Sud-Africaine blanche Elana Meyer, sous les vivats du public du stade olympique. 

IOPP


L’improbable parcours de Goran Ivanisevic 
Le tennisman Goran Ivanisevic, notamment célèbre pour avoir réussi plus de 10 000 aces du haut de ses 1,93 m durant sa belle carrière, aura toujours dans son cœur sa quinzaine olympique à Barcelone en 1992, et il nous raconte pourquoi ! Il est pour commencer le porte-drapeau de sa délégation lors de la cérémonie d’ouverture, si heureux, si fier, si motivé de représenter son pays sur la plus grande scène sportive au monde…

Cette motivation extrême poussera le futur vainqueur de Wimbledon (en 2001), et n°2 mondial en 1994, à se sortir des situations les plus improbables, match après match sur la terre battue écrasée de soleil des courts barcelonais.



"J’ai été si fier de moi, si fier de représenter la Croatie. Et je peux dire que Goran a gagné deux médailles de bronze pour son pays," martèle Goran Ivanisevic. "Ce fut un moment spécial. Se retrouver avec tous ces sportifs, c’était vraiment quelque chose. Quelque chose que je n’oublierai jamais."

back to top En