skip to content
Date
18 mai 1928
Tags
Amsterdam 1928

Barbuti se joue des éléments pour gagner le 400 m

La domination américaine dans le 400 m masculin est aussi accomplie que dans pratiquement n’importe quelle autre épreuve olympique et Ray Barbuti figure parmi les pionniers de cette étonnante série de succès.


La carrière sportive de Barbuti avait été partagée entre la course et le football américain. Et compte tenu de ses succès dans ces deux sports en compétitions universitaires, il fut finalement retenu pour courir le 400 m et le relais par les sélectionneurs des Jeux Olympiques de 1928 à Amsterdam.

Aux Pays-Bas, les épreuves d’athlétisme sur piste débutèrent mal pour l’équipe américaine. Étonnamment, ce fut, pour une grande part, à mettre au compte d’une préparation sans éclat.

En effet, les sélections américaines n’avaient eu lieu que quelques semaines seulement avant la grande confrontation et, après une longue traversée, la plupart des athlètes étaient en méforme quand l’action débuta dans le stade olympique.

Le grand nombre de concurrents n’aida pas non plus puisqu’il fallut rien moins que 15 séries d’éliminatoires pour composer l’équipe de six demi-finalistes. Néanmoins en dépit de cette préparation quelque peu congestionnée, le style de course rugueux et laborieux de Barbuti se démarqua et il réalisa quelques-uns des meilleurs temps dans la première et la seconde série.

En demi-finale, cependant, il n’obtint que la deuxième place, ce qui ne l’empêcha pas de se qualifier pour la finale, laquelle eut lieu par grand vent et autres conditions météo désastreuses. La puissance sans apprêt de Barbuti en remontra au mauvais temps et, sur cette piste balayée par les rafales, il mena remarquablement sur les premiers 300 m.

Mais la souffrance se lisait sur son visage tandis que James Ball, le Canadien, mangeait son avance et le soulagement fut immense quand il acheva sa course deux dixièmes seulement avant Ball en 47 s 8. Ce temps, le plus rapide de la compétition, fut un véritable exploit compte tenu du mauvais temps.

back to top