skip to content
Date
06 févr. 1948
Tags
St. Moritz 1948 , Patinage artistique , Canada , Actu CIO

Barbara Ann Scott décroche l'or et justifie son rang en patinage artistique

Si Barbara Ann Scott a suivi un chemin ardu pour parvenir à la gloire sportive, elle en a recueilli tous les fruits à Saint Moritz où elle est devenue la première et seule Canadienne à remporter l’or olympique en patinage artistique. Barbara Ann est un prodige du patinage. Elle débute dans le sport à l’âge de 7 ans et trois ans plus tard, elle réussit le test huppé des « figures d’or », devenant la plus jeune patineuse à réaliser cette performance. Un an plus tard, elle décroche son premier titre national junior.


Elle devient championne senior alors qu’elle n’a que 15 ans, un titre qu’elle conservera les trois années suivantes. Puis, une fois la guerre terminée, elle s’embarque pour l’Europe où elle gagne à la fois les titres européen et mondial de patinage artistique.
Ses triomphes sont salués avec une fierté et un enthousiasme énormes. On lui offre même un cabriolet qu’elle doit cependant restituer afin de conserver son statut amateur !

Sa domination se poursuit en 1948, année où elle conserve ses titres mondial et européen ainsi que son titre national. Lorsqu’elle arrive à Saint Moritz, Barbara Ann que l’on surnomme « la chérie du Canada » est donc considérée comme la grande favorite.

Elle aurait cependant pu trébucher en raison des conditions locales. La glace a en effet été laminée par deux matches de hockey et à l’époque, les appareils de resurfaçage de la glace n’existent pas. Elle s’en remet donc aux conseils d’une patineuse qui a déjà terminé sa prestation, son amie américaine Eileen Seigh, qui lui indique l’emplacement de tous les trous et de toutes les aspérités.

Sa prestation est aussi bonne que prévu. Sur les neuf juges, sept la placent en première position alors que les deux autres la classent seconde. Elle détient donc désormais tous les grands titres et décide qu’il est temps de renoncer à son statut amateur.

Elle passe ainsi professionnelle après les Jeux, effectue une tournée en Europe et en Amérique du Nord, mais reste extrêmement populaire auprès du public canadien. On lui demandera bien plus tard de porter la torche olympique avant les Jeux d’hiver de 1988 et de 2010.

back to top En