skip to content
Date
29 août 1972
Tags
Munich 1972 ,

Balczo profite de sa dernière chance au pentathlon moderne

Pentathlon Moderne

 Après avoir remporté à cinq reprises le titre de champion du monde de pentathlon moderne, il ne manquait plus qu’une distinction de taille à ce mécanicien hongrois de machines à écrire. Il avait décroché la médaille d’or dans le concours par équipes des Jeux Olympiques de 1960 et 1968 mais jamais dans le concours individuel. En 1960, il avait terminé au pied du podium pour neuf petits points seulement. Suite à une dispute avec l’instance gouvernementale en charge du sport, il ne participa pas aux Jeux de 1964. Après avoir fait amende honorable, il décrocha l’argent à Mexico en 1968, ratant l’or de, eh oui, neuf points encore une fois.

Beaucoup estimaient qu’à l’âge de 34 ans il s’agissait pour lui de la dernière occasion de monter sur la plus haute marche du podium.

Or, il ne faisait pas figure de favori, ce rôle étant assumé par Boris Onyshchenko, champion du monde en 1971. Et de fait, après quatre épreuves, ce dernier sembla être à la hauteur de sa réputation puisqu’il menait devant un autre athlète soviétique, Pavel Lednev, alors qu’il ne restait plus que l’épreuve de course tout terrain. C’était cependant sans compter l’exceptionnel talent de coureur de d’Andras Balczo qui parvint à surpasser ses rivaux dans la dernière discipline et à décrocher la médaille d’or. Le titre de champion était enfin le sien.

Ce titre ne lui valut cependant pas de grands hommages. En effet, ardent pourfendeur du parti au pouvoir, il déclina toute une série d’honneurs et privilèges. Il eut du mal à trouver du travail mais n’abandonna jamais ses résolutions. « Le plus grand cadeau qu’un homme puisse recevoir est d’avoir volonté de fer », dit-il. « Dieu me l’a accordée pour une seule raison : le pentathlon ».

Boris Onyshchenko revint à la compétition aux Jeux Olympiques de 1976 à Montréal mais sa carrière se termina dans l’ignominie lorsqu’il fut disqualifié pour tricherie après avoir trafiqué son épée afin qu’elle déclenche un voyant sans même toucher son adversaire.

Tags Munich 1972 ,
back to top