skip to content

BA2018 : retour sur les moments les plus mémorables

Date
06 oct. 2020
Tags
Actualités Olympiques, JOJ, Buenos Aires 2018
Alors que nous célébrons le deuxième anniversaire des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Buenos Aires 2018, olympic.org revient sur quelques-uns des moments les plus mémorables de ces Jeux.

Une ouverture qui a battu tous les records

Les JOJ de Buenos Aires 2018 ont démarré de la meilleure façon possible. Les rues de la capitale argentine se sont animées pour la cérémonie d'ouverture. Un nombre record de 215 000 personnes a afflué sur l'Avenida 9 de Julio pour assister à la toute première cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques organisée dans les rues d'une ville. L'Obélisque historique de Buenos Aires a constitué un point d'attraction spectaculaire pour les célébrations lorsque que des acrobates défiant la gravité ont escaladé le célèbre monument.

 
L'hommage émouvant de Delfina

La nageuse argentine Delfina Pignatiello a conquis le cœur des fans des JOJ lorsqu'elle a éclaté en sanglots sur le podium et a dédié sa médaille d'argent du 800m à sa grand-mère, décédée une semaine plus tôt. Le visage en larmes, la jeune athlète de 18 ans a levé la paume de sa main pour montrer le mot "abuela" - "grand-mère" en français - avec un cœur. Elle a ensuite remporté une deuxième médaille d'argent, dans le 400 m nage libre, ce qui a fait d’elle l'une des stars du pays hôte des Jeux.

Kitazono, nouveau roi de la gymnastique

Le Japonais Takeru Kitazono a illuminé les compétitions masculines de gymnastique artistique aux JOJ de Buenos Aires 2018, remportant pas moins de cinq médailles d'or. Cet adolescent incroyable - qui a rapidement été salué comme le successeur potentiel de son compatriote triple champion olympique Kohei Uchimura - est monté sur la plus haute marche du podium dans le concours général, les exercices au sol, les anneaux, les barres parallèles et la barre fixe, devenant ainsi le premier gymnaste artistique à réaliser un tel exploit aux JOJ.

 
L'esprit olympique à l'honneur

L’escrimeuse des États-Unis May Tieu a montré ce qu’est l'esprit olympique en aidant sa rivale togolaise Grace Senyo au fleuret féminin. Lorsqu’elle a appris qu’aucun fleuret de Senyo n’avait passé le contrôle des armes, l’Américaine de 17 ans a décidé spontanément de prêter un de ses fleurets à sa rivale. “J’ai dû si souvent emprunter quelque chose et quelqu’un m’a toujours aidée”, a expliqué Tieu ultérieurement. “C’était tout à fait naturel et ça ne me posait aucun problème. L’escrime est un sport social et on aime s’entraider.”

Tieu a remporté les deux combats contre la Togolaise, mais son entraîneur, l’olympien américain Greg Massialas, était plus impressionné par son fair-play que par la manière dont elle a gagné. “C’était un grand moment des Jeux Olympiques de la Jeunesse”, a-t-il dit. "C'est le genre de choses que vous voyez ici et que vous ne verriez peut-être pas autant aux Jeux Olympiques."

 
La nouvelle "génération dorée" du basketball fait vibrer les fans

Inspirée par la légendaire "génération dorée" du basketball argentin qui avait remporté l'or aux Jeux Olympiques d'Athènes 2004, l'équipe masculine 3x3 du pays hôte a créé l'un des moments les plus mémorables des JOJ de Buenos Aires 2018, en montant sur la plus haute marche du podium devant de bruyants supporters locaux. Acclamée tout au long des Jeux par des milliers de fans présents dans le parc urbain de la ville, l’équipe composée de Juan Hierrezuelo, Fausto Ruesga, Juan de la Fuente et Marco Giordano a remporté l'or grâce à une victoire de 20-15 sur les Belges, jusque-là invaincus. L'Argentine avait pourtant failli ne pas atteindre la finale, contrainte de batailler pour battre l’Ukraine et le colossal Ihor Serheiv dans une demi-finale passionnante qui a débouché sur une prolongation et où elle s’est finalement imposée 18-16.

Le breaking, un style qui brise les codes

Dans une ville synonyme de tango, c'est une autre forme de danse qui a envoûté Buenos Aires pendant les JOJ de 2018. Alors que le breaking faisait ses débuts olympiques avec un énorme succès, il a attiré des foules bruyantes sur des rythmes effrénés et une suite vertigineuse de windmills, flares et swipes. Le parc urbain de la ville hôte a bourdonné d'énergie et d'excitation alors que les meilleurs jeunes b-boys et b-girls du monde ont montré leurs compétences et leur créativité. Chez les femmes, la b-girl japonaise Ram a remporté la compétition sans perdre un seul tour, et la championne du monde junior 2018 s'est finalement imposée 4-0 contre la b-girl canadienne Emma en finale. L'épreuve masculine a été remportée par le b-boy russe Bumblebee, qui a éliminé le b-boy japonais Shigekix, champion du monde junior en titre, en demi-finale, avant d'impressionner les juges par ses qualités athlétiques, sa créativité et sa musicalité pour battre le b-boy français Martin en finale.

 
Les hommes ne font pas le poids face à Manu

La tireuse sportive indienne Manu Bhaker n’a pas seulement battu toutes ses rivales à Buenos Aires : les hommes non plus n’ont pas pu l’égaler. Après être montée sur la plus haute marche du podium dans l'épreuve féminine du pistolet à air comprimé au 10 mètres, Bhaker était de retour dans l'épreuve par équipes mixtes et a dûment surclassé tous ses adversaires, hommes et femmes, dans le tour de qualification. "Je n'avais pas prévu de faire quelque chose comme ça", a-t-elle déclaré. "C'est juste arrivé. "Bien sûr, les filles peuvent battre les garçons. Ce n'est pas un jeu musclé où les garçons gagneront toujours. C'est plutôt un sport mental. Cela dépend de la façon dont nous sommes préparés. Peu importe que vous soyez une fille ou un garçon."

Bhaker et son partenaire Bezhan Fayzullaev, du Tadjikistan, ont finalement remporté l'argent dans cette épreuve, après avoir perdu la finale contre l’Allemande Vanessa Seeger et le Bulgare Kiril Kirov.


Un duel sensationnel en badminton

La demi-finale hommes de badminton entre l'Indien Lakshya Sen et le Japonais Kodai Naraoka a été l'un des moments les plus forts des Jeux, les joueurs s'affrontant dans un duel sensationnel de 79 coups. Le match était finement arrêté à un set chacun lorsque l’incroyable échange a débuté, aucun des deux joueurs n'ayant commis d'erreur pendant plus de 90 secondes, jusqu'à ce que Naraoka envoie un retour trop long. Après avoir vaincu cet échange apparemment sans fin, Sen a remporté le set décisif 24-22.

 
Les pieds en or de Fifo

La Portugaise Ana Sofia Simoes Goncalves, plus connue sous le nom de Fifo, a illuminé le tournoi de futsal avec son incroyable talent de buteuse, en trouvant le chemin des filets 21 fois en six matches. Elle a notamment marqué les quatre buts du match pour la médaille d'or contre le Japon et a réussi un remarquable double triplé en demi-finale, lorsqu'elle a inscrit six buts contre la Bolivie, dont une magnifique talonnade.

 
back to top En