skip to content
Juan Jose Garcia
Buenos Aires 2018

B-Girl Ram et B-Boy B4 touchent l'or du breaking par équipes mixtes

L'argentine est connue pour son football, pour sa viande de boeuf, pour son vin rouge et pour son tango. Cette fameuse danse et la musique qui l'accompagne est arrivée au premier plan dans la capitale à la fin du XIXe siècle, et reste très populaire. Toutefois, la jeune génération s'intéresse plus à danser contre la tradition.

"Le monde entier pense que tous les Argentins peuvent danser le tango, mais ça n'est pas mon cas" dit B-Girl Vale (l'Argentine Iris Gonzalez). "Nous sommes en train de montrer que les Argentins ne font pas que ça. Dans ce pays, les gens plus âgés pensent que nous avons tort de pratiquer le breaking, que ce n'est pas bien. Il l'appellent janky (pourri), ce n'est pas pour eux quelque chose d'Argentin. Mais vous pouvez voir à quel point les jeunes de Buenos Aires aiment le breaking. L'atmosphère ambiante est incroyable".

B-Girl Vale n'a pas tort. Le Parque Mujeres Argentinas sautait dans tous les sens pendant que les concurrents de la compétition par équipes mixtes de breaking bataillaient pour les médailles, jeudi 12 octobre.

Le format de la compétition à vu les B-Girls les mieux classées se mettre en équipe avec les B-Boys les moins bien classés, et ainsi de suite en descendant dans les classements, afin de créer des équipes qui ont dansé les unes contre les autres. Des danseurs de différents pays étaient ainsi associés, disposant dune courte période de temps pour élaborer leurs chorégraphies, de sauter sur les épaules, à se renverser sur le dos du partenaire.

IOC

L'alchimie a toutefois été aussi puissante que dans n'importe quelle salle de danse. "Nous avons si bien dansé ensemble ! Il y avait peu de chorégraphie, mais ça a marché" a expliqué B-Boy Broly (l'Argentin Mariano Matus) en parlant de sa partenaire B-Girl Lexy (l'Italienne Alessandra Cortesia), après qu'ils aient gagné la médaille d'argent. "Elle s'est montrée créative. Nous avons pris l'énergie l'un de l'autre. Nous étions plus forts ensemble".

Le public local a répondu avec un enthousiasme particulier à la performance du héros local. "Ils ont réagi de façon fantastique", a observé Broly, "Cela nous a donné encore plus d'énergie. Les fans faisaient tellement de bruit qu'on pouvait à peine entendre la musique. Ils étaient avec nous!".

B-Girl Ram (la Japonaise Ramu Kawai, médaillée d'or dans la compétition individuelle), et B-Boy B4 (le Vietnamien Le Minh Hieu) ont remporté la compétition, et tandis que que B-Gril Ella (l'Autrichienne Anna Thurner) et B-Boy Bumblebee (le Russe Sergei Chernysehv, vainqueur de l'épreuve masculine) ont pris la médaille de bronze.

IOC

Tout le monde n'a pas forcément réussi à bien se coordonner, et la barrière du langage n'a pas aidé. "Nous n'avons pas disposé de beaucoup de temps pour travailler, parce que quand j'ai découvert avec qui j'allais faire équipe, il est parti faire un tour", a raconté Vale à propos de son partenaire B-Boy Axel (le Polonais Piotr Winiarski). "Il voulait explorer Buenos Aires, et nous n'avons pas pu beaucoup nous entraîner. Nous ne parlons pas la même langue et il était très difficile de communiquer. Les autres couples ont proposé une meilleure chorégraphie".

"Mon tango n'est pas bon", a conclu B-Boy Broly. "Je n'en ai jamais vraiment fait. Mais nous avons montré que les Argentins peuvent aussi pratiquer une autre forme de danse".

Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir les dernières nouvelles arrow right
back to top En