skip to content
Date
23 sept. 2000
Tags
Sydney 2000

Aviron - Steve Redgrave (GBR)

Très peu d’athlètes ont gagné des médailles d’or lors de cinq éditions des Jeux Olympiques. Avant le changement de siècle, cet exploit n’a été réalisé que quatre fois et Steve Redgrave l’a certainement en tête. Il est reparti des quatre Jeux précédents avec la médaille d’or autour du cou et, à l’âge vénérable de 38 ans, il vise un cinquième titre consécutif.


La surprise, pour ceux qui l’ont connu après sa victoire à Atlanta, c’est de voir Redgrave encore présent dans un bateau. On se souvient qu’en 1996, il avait déclaré que « quiconque me verra dans un bateau a la permission de m’abattre ».

Mais il n’a jamais pris officiellement sa retraite et, quatre mois plus tard, il est de retour dans un bateau d’aviron.

Redgrave est membre du redoutable quatre en pointe sans barreur britannique, invaincu depuis trois ans. L’équipe a cependant perdu un peu de sa superbe puisqu’elle s’est inclinée à Lucerne, quelques mois à peine avant les Jeux Olympiques.

Redgrave compte un visage familier à ses côtés, en la personne de Matthew Pinsent qui a gagné l’or du deux sans barreur avec lui lors des deux Jeux précédents, et les deux rameurs sont désormais associés avec le puissant Tim Foster et James Cracknell, dans un bateau plus grand. Après leur défaite de Lucerne, ils n’ont eu de cesse de s’entraîner encore plus fort et d’analyser leurs moindres faits et gestes.

Leur aisance retrouvée, ils sont arrivés confiants à Sydney où ils entament leur campagne en grande forme, signant lors du premier tour un temps plus rapide de trois secondes que quiconque. 

L’équipage britannique remporte ensuite assez facilement sa demi-finale, mais il est clair que l’Australie et l’Italie, qui s’affrontent dans l’autre demi-finale, lui donneront du fil à retordre pour l’or. Le scénario va se dérouler comme prévu, les Italiens mettant les bouchées doubles dès le départ.

La course est serrée d’un bout à l’autre et se transforme en une lutte au couteau entre Britanniques et Italiens. Par moments, les deux bateaux semblent totalement bord à bord, et l’écart maximum entre eux ne sera jamais supérieur à un mètre. Mais à l’arrivée, ce sont les Britanniques qui s’emparent de la victoire, par une marge infime de 38 centièmes.

Redgrave s’écroule vers l’avant, totalement vidé, alors que Pinsent se jette sur Foster pour enlacer son vieil ami. La cinquième médaille d’or est là, mais cette fois, le discours d’adieu est sincère. Redgrave a concrétisé son rêve et personne ne le persuadera de se remettre à l’eau une fois de plus !

 

back to top