skip to content
Tokyo 2020

Avec sa médaille d'or remportée à Rio, Inbee Park inspire des générations de golfeurs

Il était 2h08 en République de Corée quand Inbee Park a rentré le dernier put au 18 aux Jeux de Rio 2016 et remporté la médaille d'or olympique. Pourtant, personne ne dormait dans son pays. Trois chaînes de télévision nationales assuraient la couverture en direct et, des écoliers aux grands-parents, la nation tout entière retenait son souffle.


La golfeuse Inbee Park est une championne, et cela ne date pas d'aujourd'hui. Les Jeux de Rio de Janeiro marquaient le grand retour du golf au programme olympique (après une absence de 112 ans), et la native de Séoul, plusieurs fois numéro un mondiale, avait déjà remporté sept tournois majeurs. Elle avait gagné trois grands titres d'affilée en 2013 et réalisé le Grand Chelem en 2015 ; des exploits incroyables pour un pays qui raffole du golf féminin. Mais rien, absolument rien, ne l'avait préparée au déferlement de joie que susciterait une médaille d'or olympique chez ses compatriotes.

"Je m'en souviens comme si [c'était] hier, de ce jour où j'ai atterri en Corée après avoir remporté la médaille d'or à Rio", raconte Inbee Park. "Je n'avais jamais vu autant de médias et de monde à l'aéroport. C'était dément. Peu de choses me surprennent, mais là, c'était totalement irréel.

Cela m'a fait comprendre que j'avais remporté l'or pour le pays tout entier, pas seulement pour moi-même."

Getty Images

Yonhap, l'agence de presse nationale sud-coréenne, a révélé que le tour de clôture d'Inbee Park avec une carte de 66 avait attiré 23,9 % de parts d'audience à la télévision nationale, ce qui en fait de loin la compétition de golf la plus regardée de l'histoire du pays. On peut considérer cela comme une belle reconnaissance dans un pays où 6,36 millions de personnes (sur une population d'environ 50 millions) pratiquent le golf, selon les chiffres publiés par l'Association sud-coréenne de golf en 2018.

"Savoir qu'il s'agissait de l'événement de golf le plus regardé de tous les temps n'est pas vraiment une surprise ; quelques mois avant les Jeux Olympiques, nous étions déjà au centre de l'attention", ajoute Inbee Park en partant d'un éclat de rire. "J'avais conscience que les choses seraient démentes à mon retour ; les Jeux Olympiques et leurs athlètes déchaînent la passion en Corée, et le golf féminin en particulier. C'est le sport le plus plébiscité ; nous, les golfeurs, en sommes vraiment fiers. Cela fait plaisir à voir.

Inspirer les jeunes enfants et susciter des vocations, c'est un réel honneur ! C'est quelque chose de tellement spécial, je me sens responsable. Les voir s'emparer d'un club, c'est vraiment beau à regarder Inbee Park République de Corée

Je me souviens à quel point j'étais enthousiaste quand on a annoncé que le golf serait réintégré aux Jeux Olympiques, à quel point le pays tout entier était impatient."

Inbee Park est réputée, dans le monde pourtant notoirement flegmatique du golf professionnel, pour son sang-froid et ses nerfs d'acier. Mais cela ne l'a pas empêchée de trouver la pression qui entourait Rio 2016 un peu étouffante. Au cours des quatre années précédant les Jeux, les golfeurs de la République de Corée ont remporté neuf des 20 championnats majeurs proposés, dont six remportés par Inbee Park.

"Je pensais que j'étais habituée à la pression et que je pouvais vraiment bien la gérer, mais quand je me suis blessée quelques mois avant les Jeux Olympiques, l'attention que me portaient tant de personnes s'est révélée assez difficile à contrôler", admet Inbee Park.

Getty Images

Sa blessure au pouce gauche, qui la contraindra à prendre six mois de repos après son triomphe olympique, força la jeune golfeuse à manquer ou déclarer forfait pour ses quatre derniers tournois avant Rio 2016. Une situation qui conduisit l'ancienne numéro un mondiale à envisager de se retirer et céder sa place olympique à l'une des jeunes Coréennes extrêmement talentueuses qui la talonnaient.

Mais cette athlète remarquable est pourtant parvenue à assurer à chaque tour (66, 66, 70 et 66) sur le terrain de golf olympique de Rio et à laisser les dauphines se disputer l'argent et le bronze. Ce score incroyable a eu un impact fou sur ses compatriotes, et c'est bien ce qui étonne le plus la championne, qui ne peut plus se balader tranquillement dans les rues de Séoul sans se faire assaillir de tous côtés.

"Cela a clairement incité de nombreuses personnes à regarder le golf ou à y jouer", explique Inbee Park, qui a certainement tout autant contribué à l'essor de son sport de prédilection que son héros Se Ri Pak, dont la victoire à l'US Open en 1998 a marqué le premier grand tournant dans l'histoire du golf sud-coréen. "Nous avons un large éventail de générations qui adorent regarder le golf et y jouer depuis Rio 2016."

"Inspirer les jeunes enfants et susciter des vocations, c'est un réel honneur ! C'est quelque chose de tellement spécial, je me sens responsable. Les voir s'emparer d'un club, c'est vraiment beau à regarder."

Ce sentiment d'affection est plus que réciproque. Le fait qu' Inbee Park ait été choisie comme l'une des dernières porte-flambeaux lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 illustre parfaitement son statut stellaire en Corée. C'est un honneur appréciable pour une golfeuse.

Getty Images 

Tout ce qu'elle doit faire maintenant, c'est remporter une autre médaille d'or olympique, en commençant par les prochains Jeux, lesquels se tiendront à Tokyo en 2020.

"Il est probablement plus difficile de se qualifier pour l'équipe de Corée que de gagner l'or", s'amuse Inbee Park, numéro six mondiale et troisième des quatre Sud-Coréennes à être actuellement classées parmi les neuf championnes mondiales.

"Tant que l'on n'est pas numéro un mondial, aucune place n'est garantie, j'imagine. Le golf féminin sud-coréen est incroyablement dynamique, ce qui me motive à donner le meilleur de moi-même, et à faire une nouvelle fois la fierté de l'équipe et de la République de Corée."

back to top En