skip to content
2018 Getty Images
PyeongChang 2018

Avec Hanna Huskova, le titre du saut acrobatique reste à la Biélorussie

Dans une super-finale à six concurrentes où la tension est montée à son maximum, elles n'ont été que deux à réussir parfaitement leur réception. Auteure d'un superbe Back Lay Full-Full, la Biélorusse Hanna Huskova remporte l'or devant la Chinoise Zhang Xin. Sa compatriote Kong Fanyu, qui s'est affalée sur le dos à la sortie de sa figure, remporte la médaille de bronze.

La plus audacieuse des tentatives dans la super finale a été réalisée par la tenante du titre Alla Tsuper, 38 ans :  une triple manoeuvre (Back-Full-Full-Full), mais elle est tombée à la réception et termine quatrième.

La compétition a laissé de grandes championnes en chemin, comme l'Australienne Lydia Lassila, championne olympique 2010 et médaillée de bronze 2014 qui pour ses cinquièmes Jeux d'hiver, a été éliminée dès les qualifications. Ou la Chinoise Xu Mengtao vice-championne olympique 2014, cinq fois médaillée mondiale et double tenante de la coupe du monde de saut acrobatique, qui s'est arrêtée en finale 2. 

Getty Images

A 26 ans, Hanna Huskova a signé sa première victoire en Coupe du monde cet hiver même, le 16 décembre dernier, en s'imposant à Secret Garden (Chine). La voilà championne olympique à l'issue d'une série de sauts parfaitement maitrisés, et d'une compétition rondement menée : 2e de son groupe en qualifications, première de la finale 1, quatrième de la finale 2, et créditée d"une note de 96.14 pour son Back-Lay-Full-Full superbement exécuté dans le moment de vérité, sous les projecteurs du Phoenix snowpark. 

Elle devient ainsi la quatrième biélorusse à gagner l'or dans la plus ancienne discipline olympique du ski acrobatique avec les bosses (en démonstration aux Jeux dès 1988 à Calgary), après Alexei Grishin (Vancouver 2010), Anton Kushnir et Alla Tsuper (Sotchi 2014). 

"Je n'ai pas choisi ce sport, c'est lui qui m'a choisie"

"Je suis si heureuse ! Là, je reste sans mots. Je suis si contente que les choses aient tourné en ma faveur!", a dit la championne olympique. "En Biélorussie, nous avons notre propre stratégie, mais je ne vais pas entrer dans les détails. Cela dit, il s'agit d'un effort d'équipe. Je tiens à remercier les entraîneurs et toute l'équipe sans lesquels rien n'aurait été possible". Pourquoi le saut acrobatique ? "Je n'ai pas choisi ce sport, c'est lui qui m'a choisie. Je ne sais pas ce que je vais faire de ma médaille. Je dois d'abord la voir pour décider. Sans doute vais-je me balader avec elle autour du cou!".

Getty Images

Pour Zhang Xin, c'est un mélange de joie et de déception : "Tout d'abord, je suis bien sûr très contente, puisque toutes ces années de dur labeur ont payé, mais j'ai aussi de gros regrets, car mon projet initial était de gagner l'or, et nous l'avons raté. Je me sens mal parce que j'aurais pu gagner si j'avais atterri un peu mieux sur mon dernier saut. Comme je viens de le dire, nous avions l'intention de gagner ce titre pour la Fédération chinoise de ski acrobatique. C'est pourquoi  je suis un peu triste d'avoir commis cette petite erreur à l'atterrissage". Zhang Xin ne sait pas si elle sera encore là à Beijing en 2022, mais elle est se dit décidée à jouer un rôle dans son sport après sa retraite sportive.

Alla Tsuper au 4e rang à sa sixième participation aux Jeux d'hiver

Kong Fanyu est très contente, "malgré le fait que j'ai commis quelques erreurs sur le saut final." Elle précise aussi : "Je pense que la stratégie pour aller de l'avant et améliorer la situation est de se concentrer sur la stabilité tout en augmentant le niveau de difficultés. Je pense que c'est le seul chemin à prendre".

Getty Images

Quant à Alla Tsuper, elle aurait bien aimé monter sur le podium. Ça n'est pas passé loin puisqu'elle a fini quatrième. "Je me sens vidée, car j'aurais aimé mieux sauter aujourd'hui, mais mon saut, le dernier, le back full-full- full était un peu lent, et c'est pour çà que je suis tombée à l'atterrissage. Vous savez, je voulais être présente sur le podium, mais c'est la vie. A 38 ans, après ses sixièmes Jeux (elle a débuté avec une 5e place à Nagano en 1998), elle explique aussi : "je ne sais pas de quoi est fait le futur. Je dois juste me relaxer un peu et y penser tranquillement". 

back to top En