skip to content

Autonomiser les femmes grâce à des cours d'auto-défense

Amir Al-Awad
En cette Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, nous nous penchons sur le travail inspirant de l'athlète réfugié Amir Al-Awad, lequel dote les femmes de sa communauté de compétences et d'une confiance en soi qui peuvent les aider à faire face à des situations négatives.

Alors que le monde continue de progresser dans la lutte contre la COVID-19, il existe, selon les Nations Unies (ONU), une "pandémie fantôme" qui doit être traitée dans le cadre des efforts de reprise. Il s'agit en effet de répondre à l'augmentation de la violence faite aux femmes.

Au niveau mondial, avant même le début de la pandémie de COVID-19, près d'une femme sur trois dans le monde subissait des violences physiques et/ou sexuelles au cours de sa vie, principalement de la part de son partenaire. Mais cette année, alors que le monde se retranche à l'intérieur des foyers en raison des mesures de confinement, les cas de violence domestique ont augmenté de 30 % dans certains pays. Des données récentes montrent une augmentation significative des appels aux lignes d'assistance téléphonique pour des cas de violence domestique, ces lignes ayant pour bon nombre d'entre elles atteint leur capacité maximale.


Le 25 novembre, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le CIO sensibilise à cette problématique et montre de quelle manière le sport peut être une solution en offrant des espaces sûrs aux femmes et en leur donnant des outils pour s'émanciper. Et quelle meilleure façon de le faire que de mettre en lumière le travail du lutteur réfugié Amir Al-Awad, lequel s'efforce de se qualifier pour faire partie de l'équipe olympique des réfugiés de Tokyo 2020. En plus de son entraînement, Amir Al-Awad a lancé un mouvement dans sa communauté d'accueil à Alexandrie (Égypte) afin de soutenir les femmes en leur enseignant des techniques d'auto-défense dont elles peuvent se servir si elles sont confrontées au harcèlement ou à une autre forme de violence.

Ces cours d'auto-défense sont proposés à l'Académie des sports de Syrie d'Amir Al-Awad, laquelle est soutenue par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et offre un refuge dans la ville aux réfugiés pour qu'ils puissent s'intégrer et pratiquer des sports. Les cours d'auto-défense pour femmes se sont révélés si populaires qu'Amir Al-Awad a même commencé à les proposer en ligne sous la forme d'une expérience Airbnb, avec le soutien du CIO.

Discutons ici avec Amir Al-Awad de sa mission d'aider à protéger les femmes de la violence et de l'impact positif que ses cours ont sur les participantes.


Pourquoi avez-vous décidé de commencer à proposer des cours d'auto-défense aux femmes de votre communauté ?

Les femmes sont à l'origine de la vie. Elles sont les premières enseignantes que nous ayons. C'est pourquoi les femmes doivent être fortes.

Mais malheureusement, à cause de la guerre et de l'ignorance dans notre région du monde, la société a cessé de valoriser les femmes comme elles sont censées l'être. Les femmes sont harcelées, verbalement et physiquement, et il n'y a pas assez de surveillance ou de règles pour leur rendre leurs droits dans la société à prédominance masculine dans laquelle nous vivons.

Nous ne cessons d'entendre parler de conférences sur les droits des femmes, mais nous n'avons constaté aucune amélioration. Plusieurs idées ont été débattues, mais rien de concret n'a été entrepris. C'est pourquoi j'ai décidé de commencer à donner des outils concrets aux femmes afin qu'elles puissent se défendre et surmonter leur peur de s'aventurer dans la rue.

Comment avez-vous éliminé les obstacles à l'accès à vos cours afin que même les femmes les plus vulnérables puissent y assister ?

L'Académie des sports de Syrie a lancé un mouvement dans lequel nous avons encouragé d'autres clubs et académies d'Alexandrie à proposer aux femmes une semaine gratuite pour apprendre l'auto-défense et suivre des cours de fitness. C'était l'occasion d'utiliser le sport pour éduquer les femmes. Nous voulions leur donner la possibilité de le découvrir gratuitement – parce que la majorité de nos participantes n'ont pas les moyens financiers de participer à des cours de fitness, quels qu'ils soient.

Les personnes qui viennent à ces cours ne sont pas sportives. Ce sont des personnes ordinaires et la majorité d'entre elles n'ont pas la condition physique nécessaire pour exécuter des mouvements vraiment techniques. Nous avons donc recours aux jeux de rôle pour leur montrer les scénarios qui pourraient leur arriver dans la rue – par exemple, comment repérer une personne qui les harcèle ou essaie de les voler, et comment réagir dans ce cas.    

Nous mettons également à disposition une ligne d'assistance téléphonique et un numéro de contact que nous donnons aux femmes qui suivent les cours d'auto-défense, de sorte que si elles se trouvent dans une situation où elles ont besoin d'aide, elles peuvent appeler notre Académie et nous demander d'être là pour elles.

Quels avantages les participantes tirent-elles des cours ?

Lorsqu'elles ont dû faire face à des situations qui ont été abordées pendant les cours, certaines de nos participantes ont réussi à mieux réagir grâce à l'enseignement qu'elles ont reçu. J'ai été heureux de voir les idées ainsi mises en pratique et porter leurs fruits, les participantes en ayant directement tiré profit.

Elles gagnent aussi en confiance en elles grâce aux cours, et la première chose qui leur donne confiance en elles est de découvrir qu'il y a d'autres personnes qui se soucient de la prévention de la violence et de la violence faite aux femmes, et qui défendent cette cause. C'est l'élément déclencheur qui leur permet de commencer à croire en elles.

Je pense que les femmes ne sont pas faibles, elles ne savent tout simplement pas comment réagir dans certains cas, car elles n'ont pas découvert tout leur potentiel. Mais grâce à ces cours, elles commencent à voir la force qui sommeille en elles.

Quel est votre message en cette Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes ?

Mon message ne s'adresse pas seulement aux femmes, mais aussi aux personnes qui se livrent à des activités criminelles contre les femmes. Les femmes sont la source de la vie, vous devez donc avoir du respect pour elles, et vous devez être conscients des dommages que vous leur causez.

Mon message aux femmes est le suivant : vous êtes fortes et vous êtes puissantes, indépendamment de ce qui vous est arrivé auparavant ou de ce qui pourrait vous arriver à l'avenir. Vous avez la force et les moyens de vous défendre. Vous n'êtes ni faibles ni inférieures. Vous êtes le monde !

back to top En