skip to content
Date
29 juil. 2012
Tags
Londres 2012 , Actu CIO

Athlètes : au cœur des Jeux !

Après sept ans de planification et de mise en œuvre, les Jeux Olympiques de 2012 à Londres sont ouverts et les plus grands athlètes du monde prennent enfin leurs marques. Olympic.org a rencontré Christophe Dubi, le directeur des sports du CIO, qui soulign

Q. Quelle part le CIO prend-t-il pour assurer que les athlètes bénéficient des meilleures conditions possibles en concourant aux Jeux ?
R. Nous pouvons compter sur une commission des athlètes qui est un organe très important d’autant que l’un de ses représentants siège à la commission exécutive du CIO. Cette commission des athlètes étudie tous les aspects qui concernent les athlètes et notamment les conditions qui leur sont faites durant les Jeux. Son mandat est vaste et pour une part consiste à vérifier que les attentes des participants sont entendues. La commission des athlètes dispose également d’un représentant au sein des commissions de coordination de chacune des éditions de Jeux Olympiques. Ainsi, chaque fois que nous nous sommes rendus à Londres, un groupe de travail consacré aux athlètes était en place pour aborder tout ce qui relevait de leurs conditions.

Q. Quels programmes le CIO a-t-il prévu pour les athlètes durant les Jeux ?
R. À chaque édition des Jeux d’été nous procédons à l’élection de quatre membres à la commission des athlètes et de deux membres à chaque édition des Jeux d’hiver. Nous sommes chargés de ces élections durant les Jeux, ce qui représente une opération de grande envergure. Pour la première fois à Londres, le scrutin sera électronique, ce qui est assez excitant. Des tablettes proposeront des vidéos de chaque candidat que les athlètes pourront visionner avant de déposer leur bulletin électroniquement.

Dans le village, nous faisons également la promotion des autres programmes que nous proposons aux athlètes. Le plus en vue est le Programme de carrières des athlètes que nous gérons avec Adecco. L’objectif est de proposer conseils et aides pratiques aux athlètes pour qu’ils prennent conscience que leur carrière se poursuit au-delà de leurs accomplissements sportifs. Cela commence par une éducation, des compétences de vie et ensuite la négociation d’une transition depuis leurs années de haut niveau sportif vers le marché du travail. Cette action est importante aux Jeux car nous nous trouvons ici en présence d’un public captif. C’est donc une formidable occasion de le sensibiliser.

Q. Comment décririez-vous l’option du LOCOG de placer les athlètes au centre des Jeux ?
R. Il a été superbe ! Lui aussi a une commission des athlètes. Elle est présidée par Jonathan Edwards, champion olympique de triple saut aux Jeux à Sydney, qui fait partie de l’organisation depuis le projet de candidature. Avec sa commission, il a réfléchi à ce que pourrait être la meilleure expérience pour les athlètes. Qu’il s’agisse de l’agencement du village et de tous les services qui l’accompagnent pour qu’ils soient le plus pratique possible ou des sites d’entraînement qui doivent être du meilleur niveau car les athlètes consacrent la majeure partie de leur temps à s’entraîner. Ce que le LOCOG a réalisé est remarquable !

La billetterie pour les membres des familles a parfois posé des problèmes aux Jeux précédents, mais la procédure mise au point par le LOCOG a permis aux athlètes d’obtenir des billets pour leur famille et leurs amis et c’est tout à fait extraordinaire.

Avec le salon des athlètes dans le village, ils peuvent profiter d’un lieu de détente et de divertissement, et ce que le LOCOG a conçu pour le déroulement des épreuves sportives durant les Jeux ne manquera pas de favoriser une ambiance absolument fabuleuse sur chaque site de compétition où les athlètes peuvent compter sur des foules de spectateurs enthousiastes.

back to top