skip to content

Athlètes à suivre aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lausanne 2020

Date
31 déc. 2019
Tags
Actualités Olympiques, JOJ, Lausanne 2020
Des jeunes prodiges qui se sont illustrés aux Jeux Olympiques d'hiver de 2018 à PyeongChang à ceux qui sont passés de simples spectateurs à concurrents, les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d'hiver de Lausanne 2020 accueilleront pléthore d'athlètes à suivre. 


Le Japonais Ruka Hirano est bien conscient que l'on attend énormément de lui. Porter le nom de famille Hirano et rêver d'être champion de snowboard n'est pas chose aisée, surtout lorsque l'on vit au Japon et que son homonyme Ayumu Hirano est l'un des athlètes de sports d'hiver les plus célèbres du pays grâce à ses deux médailles d'argent remportées en halfpipe lors de deux éditions successives des Jeux Olympiques.

Et pourtant, en dépit de cette pression patronymique, Ruka Hirano, 17 ans, qui n'a aucun lien de parenté avec Ayumu, fait lui aussi de l'excellent travail sur les pistes de ski. C'est en favori que l'adolescent prendra le départ de la compétition de halfpipe à Lausanne en 2020 après avoir remporté l'or aux Championnats du monde juniors en janvier 2019 à Leysin sur le même parcours que celui qui sera utilisé pour les JOJ.

Pour corser le tout, et embrouiller un peu plus les commentateurs, Ruka Hirano pourrait être rejoint à Lausanne par le jeune frère d'Ayumu, Kaishu Hirano. Ce spécialiste du halfpipe, âgé lui aussi de 17 ans, a fini quatrième des championnats nationaux seniors cette année, mais la concurrence est si vive pour intégrer la délégation japonaise qui se rendra aux JOJ qu'il pourrait ne pas être sélectionné et devoir laisser sa place à Hiroaki Kunitake, en lice à PyeongChang en 2018, ou au médaillé d'argent des Championnats du monde juniors 2019 de big air, Aoto Kawakami.

 

Sur les sentiers de la gloire

Sur les pistes de ski de fond, l'équipe féminine allemande ne manquera pas non plus de talents en quête de médailles d'or. Helen Hoffmann et Germana Thannheimer se sont distinguées face à des adversaires plus âgées lors de l'édition 2019 du Festival olympique de la jeunesse européenne (FOJE) d'hiver et, avec une nouvelle année d'entraînement à leur actif, toutes deux visent maintenant la plus haute marche du podium.

L'Américaine Kendall Kramer cherchera très certainement à renverser la situation dans la Vallée de Joux. Sa source d'inspiration est toute trouvée en la personne de Jessica Diggins, sa coéquipière au sein de l'équipe nationale senior. Il y a un peu moins de deux ans, Jessica Diggins et sa compatriote Kikkan Randall défiaient les grandes puissances européennes pour décrocher l'or dans le sprint par équipes à PyeongChang, offrant ainsi aux États-Unis leur toute première médaille olympique en ski de fond depuis 42 ans.


Mais aucun récit n'est plus émouvant que celui de la curleuse canadienne Emily Deschenes. La jeune habitante d'Ottawa n'avait que sept ans lorsque Vancouver a accueilli les Jeux Olympiques d'hiver ; après avoir passé dix minutes à peine à regarder les curleurs en pleine action, elle a dit à ses parents qu'elle savait ce qu'elle voulait faire dans la vie.

Si le Canada a une longue et riche expérience en curling, les relations entre la Hongrie et le patinage de vitesse sur piste courte de haut niveau sont beaucoup plus récentes. Deux ans seulement après avoir remporté la médaille de bronze sur 1 000 m aux JOJ de 2016 à Lillehammer, Shaoang Liu a offert à la Hongrie l'or olympique dans le relais masculin 5 000 m à PyeongChang en 2018 – le tout premier titre de ce pays aux Jeux Olympiques d'hiver.

Cette victoire a eu un énorme impact : les Hongrois Attila Talabos et Balazs Bontovics ont décroché à eux deux quatre médailles d'or au FOJE d'hiver 2019 et les deux jeunes gens sont prêts à se surpasser à Lausanne. L'un de leurs principaux rivaux sera Julian Macaraeg, 16 ans, désireux lui aussi d'entrer dans l'histoire. Né et élevé à New York, Julian est d'origine philippine ; il sera le premier patineur de vitesse sur piste courte philippin à participer aux JOJ.

Shaoang Liu of Hungary and Hyojun Lim of Korea Getty Images

Stars de demain

À Villars, la concurrence sera rude et les compétitions de niveau mondial. Les skieuses acrobatiques Kelly Sildaru (EST) et Jennie-Lee Burmansson (SWE), deux des concurrentes les plus talentueuses évoluant sur le circuit de la Fédération Internationale de Ski (FIS), seront en lice aux JOJ.

Kelly Sildaru est championne du monde de halfpipe en ski acrobatique et la plus jeune médaillée d'or des X Games d'hiver. Jennie-Lee Burmansson a pour sa part remporté le Globe de cristal 2017/2018 de la FIS en slopestyle.

Chez les hommes, le Norvégien Tevje Skaug est passé de fan inconditionnel à Lillehammer en 2016 à concurrent à part entière pour les JOJ de Lausanne en 2020... Et comme on pouvait s'y attendre, il a décidé de profiter de chaque seconde de cette aventure.

Jennie-Lee Burmansson 2018 Getty Images

Les athlètes suisses Fabian Gisler et Delia Durrer attendent eux aussi avec impatience le 9 janvier 2020. Fabian Gisler est en lice en monobob masculin. Avec deux victoires et une deuxième place lors de ses quatre premières participations aux Omega Youth Series en 2019, le jeune Suisse est bien décidé à offrir l'or à son pays natal.

Quant à la skieuse alpine Delia Durrer, elle espère bien que Fabian Gisler ne sera pas le premier à monter sur la plus haute marche du podium pour la Suisse. La jeune fille âgée de 17 ans participera au super-G féminin, l'une des premières épreuves avec remise de médailles des JOJ. Après une belle saison effectuée jusqu'ici sur le circuit senior de la FIS, elle pourrait mettre le pays hôte sur orbite.

back to top En