skip to content
Date
12 mai 2005
Tags
Actu CIO

Athènes 2004: L'ATHOC franchit la dernière haie en beauté


Alors que le comité d'organisation des Jeux de la XXVIIIe Olympiade à Athènes en 2004 (ATHOC) vient d'annoncer un excédent de € 7,6 millions, le CIO poursuit son travail visant à s'assurer que les Jeux Olympiques restent correctement financés et laissent le meilleur héritage possible aux villes hôtes. Les 17 journées de compétitions olympiques et les cérémonies sont financées par la vente des droits de diffusion (pour la télévision, la radio et les nouveaux médias), par les parrainages nationaux et internationaux ainsi que par les revenus tirés de la vente des billets et de produits sous licence. Ces vingt dernières années, les budgets des comités d'organisation pour ces 17 jours ont été équilibrés voire ont laissé un excédent, lequel est réinvesti dans le sport.




Recettes olympiques en hausse
Le CIO est responsable de la vente des droits de diffusion dans le monde entier ainsi que des contrats internationaux de parrainage par le biais du programme TOP. L'augmentation de ces droits et contrats signifie pour le CIO qu'il pourra continuer à apporter aux comités d'organisation une contribution d'environ un milliard de dollars américains (pour les Jeux d'été).




Maîtrise des coûts
Tout en maintenant sa contribution à l'organisation des Jeux Olympiques, le CIO s'efforce de maîtriser les coûts y afférents. À cette fin, il a déjà limité le nombre de sports, de disciplines, d'épreuves et d'athlètes aux Jeux. Les 117 recommandations contenues dans le rapport de la commission d'étude des Jeux Olympiques présenté à la Session du CIO seront toutes appliquées d'ici à 2012. Elles comprennent notamment la limitation du nombre de personnes accréditées aux Jeux et l'utilisation de moyens de communication numériques pour réduire la consommation de papier.




Un héritage durable
Les recommandations et les principes généraux de la commission d'étude des Jeux Olympiques serviront également aux futures villes hôtes dans leur planification des Jeux. Le CIO recommande vivement aux villes d'utiliser des installations existantes chaque fois que cela est possible et de ne construire de nouveaux sites permanents que s'ils laissent un héritage viable. En effet, le CIO insiste sur le fait que toute nouvelle infrastructure liée aux Jeux doit s'inscrire dans le plan de développement durable de la ville.
Tags Actu CIO
back to top