skip to content

Athènes 1896 : 125 ans de valeurs olympiques partagées

IOC
La Grèce a toujours eu une place particulière dans l'histoire olympique. Entre 776 avant J.-C. et 393 après J.-C., elle a accueilli les Jeux Olympiques de l'Antiquité à Olympie. Puis, plus de 15 siècles plus tard, elle a organisé la première édition des Jeux modernes à Athènes, en 1896.

Malgré l'évolution des Jeux au fil des ans, certaines choses sont restées constantes. Aujourd'hui encore, l'Olympisme est une philosophie de vie qui combine les qualités du corps, de la volonté et de l'esprit. Il se veut créateur d’un style de vie fondé sur la joie dans l’effort, la valeur éducative du bon exemple et le respect des principes éthiques fondamentaux universels.

À l'occasion du 125e anniversaire des Jeux de 1896 le 6 avril prochain, le monde commémorera également la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix. Célébrée chaque année depuis 2013, cette journée reconnaît que le sport peut contribuer à rendre le monde meilleur. Il y a quelques années, le 6 avril a été choisi pour cette Journée internationale en reconnaissance de la place d'Athènes dans l'histoire olympique.

"Nous célébrons cet anniversaire à un moment où les valeurs olympiques d'excellence, d'amitié, de respect et de solidarité sont plus pertinentes que jamais", a déclaré le président du CIO, Thomas Bach. "Les valeurs qui nous unissent aujourd'hui sont les mêmes que celles qui nous ont réunis il y a 125 ans. Les Jeux Olympiques nous rappellent que nous pouvons construire un monde pacifique et meilleur grâce au sport et que nous sommes plus forts si nous agissons ensemble. Les Jeux ont ce pouvoir unificateur unique qui reste aussi vrai aujourd'hui qu'en 1896."

Les Jeux de 1896 ont failli ne pas avoir lieu. Lorsque le jeune Pierre de Coubertin a émis l'idée de faire revivre les Jeux Olympiques en 1892, il a essuyé de nombreuses critiques.

Mais sa détermination et sa résilience ont été récompensées lors du "Congrès international de Paris pour le rétablissement des Jeux Olympiques". Plus de 15 siècles après l'arrêt des Jeux en 393 après J.-C., les délégués réunis à Paris en 1894 ont décidé de faire revivre les Jeux et ont choisi la Grèce, berceau de l'Olympisme, pour les accueillir.

Athens 1896 Athens 1896 (CIO)

En Grèce, l'accueil a été très enthousiaste. Écrivant sur des thèmes qui perdurent à ce jour, les journalistes grecs ont noté l'impact potentiel des Jeux sur l'éducation, le sport, l'économie, le tourisme et bien plus encore. Des articles ont été publiés avec des titres tels que "Comment le sport international peut promouvoir la paix entre les nations" et ont souligné qu'"une nouvelle ère d'internationalisme sain" commençait.

"Toute la Grèce est émue par la nouvelle de la résurrection prévue des Jeux Olympiques", a écrit le journal Hestia.

Les Jeux Olympiques d'Athènes 1896

À l'époque, les Jeux Olympiques d'Athènes 1896 constituaient le plus grand événement sportif international, avec quelque 241 athlètes en compétition venus de 14 pays. Les deux tiers des athlètes étaient grecs et, à l'exception de quelques Américains et de l'Australien Edwin Flack, les autres venaient d'Europe. Leurs histoires sont entrées dans la légende olympique.

Le 6 avril, en remportant le triple saut, l'Américain James Connolly est devenu le premier champion olympique depuis plus de 1 500 ans, avant de terminer troisième au saut en longueur et deuxième au saut en hauteur.

 James Connolly James Connolly (CIO)

Le coureur grec Spyridon Louis a fait honneur à son pays en remportant l'emblématique marathon. À quatre kilomètres de la ligne d'arrivée, il a pris la tête pour s'imposer avec plus de sept minutes d'avance.

Spiridon Louis Spiridon Louis (CIO)

Quant au nageur hongrois Alfréd Hajos, 18 ans, il a surmonté des vagues de quatre mètres dans les eaux froides de la Méditerranée, sa plus grande victoire étant peut-être d'avoir survécu. Pour cette course de 1200 mètres, les nageurs étaient partis en bateau et ont regagné la rive à la nage. L'épaisse couche de graisse qui recouvrait le corps de Hajos n'était qu'une maigre protection contre le froid.

"Mon désir de survivre était plus fort que mon envie de gagner !", avait-il dit.

Alfréd Hajos Alfréd Hajos (CIO)
LES JEUX D'AUJOURD'HUI

Les Jeux modernes ont beaucoup évolué depuis Athènes 1896 et sont devenus de plus en plus inclusifs. Les femmes ont fait leurs débuts à Paris en 1900 et les prochains Jeux Olympiques de Tokyo 2020 devraient être les premiers à atteindre une représentation équilibrée des sexes. Plus de 11 000 athlètes de 206 Comités Nationaux Olympiques ont participé aux Jeux de Rio 2016, lesquels ont également été les premiers à accueillir l'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO. Et en 2010, Singapour a accueilli les premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse.

Les premiers Jeux Paralympiques d'été ont eu lieu pour leur part à Rome en 1960, suivis des premiers Jeux Paralympiques d'hiver en 1976 en Suède. Depuis les Jeux d'été de Séoul 1988 et les Jeux d'hiver d'Albertville 1992, les Jeux Paralympiques se déroulent dans les mêmes villes et sur les mêmes sites que les Jeux Olympiques grâce à un accord conclu entre le CIO et le Comité International Paralympique (IPC).

D'énormes similitudes subsistent toutefois entre Athènes 1896 et aujourd'hui. Les Jeux sont l'occasion de s'engager auprès de la jeunesse, tout en promouvant la santé, l'éducation et la participation communautaire. Et dans un monde où des défis complexes exigent une collaboration internationale, les Jeux Olympiques restent le seul événement sur la planète à accueillir des athlètes d'autant de pays différents dans une compétition pacifique.

Rio 2016 (Getty Images)

Depuis 1993, l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU) reconnaît régulièrement le rôle que le CIO, les Jeux Olympiques et le sport en général peuvent jouer pour contribuer à un monde meilleur et pacifique, avec l'adoption d'une résolution sur la Trêve olympique avant chaque édition des Jeux Olympiques. Elle a en outre accordé au CIO le statut d'observateur permanent en 2009.

"Les principes olympiques sont ceux des Nations Unies", avait déclaré Ban Ki-moon, alors secrétaire général des Nations Unies.

Cette idée n'a cessé de croître depuis lors. En août 2013, une résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies a établi la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix le 6 avril, une date suggérée en commémoration des Jeux d'Athènes 1896.

Peu après l'adoption de l'Agenda olympique 2020 en avril 2014, le CIO et le Secrétariat des Nations Unies ont signé un accord, qui a débouché sur une coopération au plus haut niveau. Cet accord souligne que le CIO et les Nations Unies "partagent les mêmes valeurs, à savoir la contribution à l'édification d'un monde pacifique et meilleur par le sport". Il appelle également au respect de l'organisation autonome du sport.

Depuis lors, plusieurs résolutions des Nations Unies ont souligné l'autonomie du sport et le rôle de chef de file du CIO.

En 2015, fait historique pour le Mouvement olympique et sportif, le sport a été officiellement reconnu comme un "partenaire important" du développement durable et est inclus dans l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable.

Plus récemment, le 1er décembre 2020, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution "Le sport, facteur de développement durable", qui appelle les États membres à inclure le sport et l'activité physique dans leurs plans de relance post-COVID-19 et dans leurs stratégies nationales de développement.

"Cette année anniversaire revêt une signification particulière puisque les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 se dérouleront cet été, diffusant une fois de plus les valeurs olympiques ravivées à Athènes en 1896", a déclaré le président du CIO, Thomas Bach.

back to top En