skip to content
2016 Getty Images
Date
07 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Natation , Népal

Après avoir survécu à un tremblement de terre, Gaurika Singh est la plus jeune athlète en compétition à Rio

La nageuse népalaise Gaurika Singh qui a survécu aux terribles tremblements de terre du mois d’avril 2015, représente son pays aux Jeux de Rio et est une ambassadrice de bonne volonté pour les oeuvres caritatives internationales, le tout à l’âge de 13 ans. Elle est la plus jeune des participants en compétition !

L’écolière londonienne a nagé les séries du 100m dos pour son Népal natal, dimanche, à 13 ans et 255 jours. Elle a remporté la première série en 1:08.45, un temps qui ne lui permet pas de figurer parmi les 16 demi-finalistes sur la distance. Mais qu’importe ! « C’est génial. Je suis très reconnaissante d’avoir juste eu l’opportunité d’être présente ici. Et oui, c’était super de lever la tête et de voir mon chrono. »

Il en faut beaucoup pour impressionner l’adolescente, qui a quitté le Népal à l’âge de deux ans avec sa famille, quand son père Paras, urologue, a trouvé un travail en Angleterre, au sein du Royal Free Hospital de Londres.
© Getty Images

En avril 2015, de retour au Népal pour les championnats nationaux avec sa mère Garima et son petit frère Sauren, elle a été prise dans le tremblement de terre qui a dévasté le pays et causé la mort de près de 9000 personnes. « C’était terrifiant » a-t-elle raconté. « Nous étions au 5e étage d’un bâtiment dans la capitale Katmandou dont nous ne pouvions nous échapper. Nous nous sommes donc abrités sous une table au milieu d’une pièce durant 10 minutes et avons dû ensuite descendre les escaliers pendant les répliques. Heureusement, c’était un bâtiment neuf, et il ne s’est pas écroulé comme les constructions alentour ».

Un ami de son père a mis en place un collecte de fonds pour aider à reconstruire les écoles et Gaurika Singh a montré sa détermination à en faire partie en offrant tous ses gains des championnats finalement disputés, soit environ 200 livres sterling. « Ils m’ont faite ambassadrice de bonne volonté », dit-elle, alors qu’elle retourne au Népal tous les ans pour visiter sa famille.

Le plein de sensations

Lors de son voyage au Népal en 2014, Gaurika, qui est une des 20 meilleures nageuses de sa catégorie d’âge en Grande-Bretagne et dispute des compétitions pour le Barnet Copthall Club d’où sont sortis beaucoup d’internationaux, a été autorisée à participer aux championnats nationaux à l’âge de 11 ans. Dans un des deux bassins de 50m de Katmandou, elle a battu plusieurs records du Népal, ce qui a amené les observateurs à penser qu’elle pourrait disputer les Jeux Olympiques.

© Getty Images

« Je voulais y aller, mais je n’étais pas sûre d’en être capable, puisque j’étais trop jeune. Quand j’ai appris que ça allait se faire il y a un mois, ça a été un gros choc ! ». Paras croit que sa fille, qui se lève à 4h du matin tous les jours pour s’entraîner, mérite ce qui lui arrive. « Elle est spéciale », dit-il, « C’est vraiment incroyable qu’elle soit la plus jeune athlète en compétition à Rio et c’est merveilleux de voir comment elle se joue de la pression ».

Gaurika Singh vit des moments extraordinaires à Rio, et dans la piscine du stade olympique de natation du Parc olympique de Barra. Elle peut accumuler de l’expérience et côtoyer ses idoles ! « Il y en a deux : Emily Seebohm et Mitch Larkin qui sont tous deux membres de l’équipe d’Australie. Je n’ai pas eu la chance de parler à Emily mais je l’avais fait sa connaissance plus tôt à l‘entraînement à Dubaï, et m’avait aidé à mettre mes straps avant la course. Quand je me suis entraînée ici, Larkin était dans la ligne à côté de la mienne. Mais je n’ai pas pu prononcer un mot ! ». Gaurika Singh apprend à toute vitesse et de nombreuses années sont devant elle, en ayant déjà fait le plein de sensations à Rio.
© Getty Images
back to top En