skip to content
Pietro Montanarella YIS/IOC
Date
14 févr. 2016
Tags
Lillehammer 2016 , JOJ , Actu CIO

Apprendre et Partager au Hakons Hall de Lillehammer


Tous les jours, de très nombreux athlètes des JOJ  se pressent dans le Hakons Hall de Lillehammer, pour participer à toutes les activités qui leur sont proposées dans le cadre du programme Apprendre et Partager.

Devinez quoi ?

« C’est plus dur que vous ne le croyez » dit Scott après s’être battu pour apprivoiser les anneaux de gymnastique. « Je pensais que j’étais assez costaud (1,90m, 86 kg) mais j’ai compris qu’il y a plus de science, plusieurs angles, et plus à faire pour comprendre ce que vous voulez réaliser ».  Le Programme Apprendre et Partager est une destination particulièrement populaire pour les 1.100 athlètes venus de 71 pays

Cinq jours après que le programme « Learn and Share » ait ouvert ses portes au Hakons Hall de Lillehammer, près de 4500 entrées ont déjà été enregistrées. Un grand nombre d’activités sont proposées aux participants, comme trouver son équilibre sur les anneaux, développer ses compétences, adopter un style de vie sain, embrasser les valeurs du sport, devenir un leader dans le domaine de l’éducation, de l’environnement et de la responsabilité sociale…

« C’est un super moyen d’apprendre de nouvelles choses dont vous n’aviez aucune idée ! » dit Scott, gardien de but dans l’équipe de Hockey américaine. « Je suis certain que beaucoup de monde a déjà testé les lunettes de réalité virtuelle, qui permettent notamment de skier et d’apprendre plein de choses ».

L’Américaine Kate Anderson est une des jeunes ambassadrice de Lillehammer 2016, elle est là pour encourager les athlètes  des JOJ à profiter de la large game d’activités proposées par le programme Apprendre et Partager. « Je pense que c’est génial pour les athlètes, qui peuvent avoir une expérience globale », explique-t-elle, « Ils sont encore jeunes, et l’opportunité d’apprendre, partager et de participer aux activités culturelles est unique. C’est quelque chose dont vous ne pouvez pas profiter avec l’immense pression des Jeux d’été et d’hiver ».

« Nous adorons passer notre temps ici ! ».

Alors que Scott se dirige vers un autre stand, le Norvégien Birk Ruud répond à un questionnaire à choix multiples sur les jeux de hasard dans le stand « éthique dans le sport ». Il ouvre grand les yeux sur un sujet qu’il ne connaissait pas. « J’apprends comment devenir un athlète propre, comment ne pas tricher ou parier sur les sports » dit Birk, qui s’aligne dans l’épreuve de slopestyle à ski. « C’est tout nouveau pour moi. Je ne savais rien sur ces questions ».

Juste à côté du stand « éthique », il y a un endroit où les athlètes peuvent mesurer leur niveau de forme et leur agilité, puis comparer les résultats dans leur sport avec ceux des membres de l’équipe nationale de Norvège. 

La Canadienne Katherine Hogan va concourir en monobob dames. Elle a pris part à une activité où elle s’est tenue sur une planche en étendant ses bras et ses jambes aussi loin qu’elle le pouvait ».  Un animateur a ensuite entré les données dans un ordinateur  pour comparer les résultats. « J’ai été… asymétrique si un tel mot existe » explique Katherine, « Mon côté droit n’est pas synchro avec mon côté gauche, il faut donc que je fasse plus d’étirements ». Elle révèle ensuite qu’elle et ses camarades n’en ont sûrement pas fini avec les activités Apprendre et Partager : « Nous pourrions rester dans nos chambres. Mais pourquoi faire ça ? ».

« Nous adorons cet endroit » ajoute la concurrente britannique de monobob Anabel Chaffey. « On se connait tous et nous passons tout notre temps ensemble. C’est sûr, nous nous affrontons sur le terrain, mais nous sommes de bons amis et nous adorons passer notre temps ici ».

back to top En