skip to content
Date
07 mai 2009
Tags
Actu CIO , Développement par le sport

Appel à coopérer pour améliorer le sort de l’humanité


Comment pouvons-nous coopérer pour améliorer le sort de l’humanité ? C’est par cet appel que le président du CIO, Jacques Rogge, a commencé son discours devant les participants  au tout premier Forum international sur le sport, la paix et le développement qui s’ouvre aujourd’hui au Musée Olympique à Lausanne.
Le président du CIO a insisté sur l’impact positif que le sport peut avoir sur la société. “Nous sommes réunis ici aujourd’hui car nous partageons tous les mêmes préoccupations : dans notre société en constante mutation, le fossé socio-économique se creuse et menace de diviser l’humanité encore davantage. Le Mouvement olympique rassemble des personnes. Il est axé sur les personnes et l’on peut aller jusqu’à dire que c’est un mouvement populaire. Mais c’est surtout un mouvement pour les jeunes, la génération d’aujourd’hui sans laquelle l’avenir du monde est en péril.”
 
Sport et développement humain : une bonne combinaison
En tant qu’organisation socialement responsable, le CIO travaille sans relâche depuis plus d’un siècle pour placer le sport au centre du développement harmonieux de l’Homme. C’est là un principe fondamental inscrit dans la Charte olympique, comme l’est celui selon lequel tout individu doit avoir la possibilité de faire du sport, sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play. Le principal objectif du CIO est néanmoins d’organiser les Jeux Olympiques et de développer le sport et sa pratique à l’échelle planétaire, depuis le niveau élémentaire jusqu’au plus haut niveau de performance. Ceci est possible grâce à son large réseau de  205 Comités Nationaux Olympiques sur les cinq continents. Des milliards d’individus dans le monde font du sport pour leur santé ou pour leur simple plaisir. Il y a des millions de volontaires qui donnent gracieusement de leur temps, ainsi que des entraîneurs administrateurs et techniciens qui soutiennent les athlètes et font ainsi du sport une réalité de notre vie quotidienne.
 
Le sport, un instrument de dialogue et de paix
Le président Rogge a rappelé que si le CIO s’engage également pour la promotion de la paix, à travers l’activité de la Fondation Internationale pour la Trêve Olympique et l’idéal de Trêve olympique, il a bien conscience que le sport ne peut imposer ni maintenir la paix. Le sport a cependant bien un rôle essentiel à jouer dans la construction d’un monde plus pacifique et meilleur, car il séduit les communautés et les jeunes d’ordinaire plus enclins à prendre les armes pour une cause que bien souvent ils ne comprennent pas. Le sport peut faciliter le dialogue entre les différentes communautés et contribuer à la compréhension mutuelle dans notre société.
 
Des partenariats nécessaires pour marquer la différence
Toutefois, a déclaré le président Rogge, “le CIO et l’ensemble de la communauté sportive ne peuvent résoudre à eux seuls les problèmes socio-économiques qui menacent continuellement la paix dans le monde. On ne peut espérer du mouvement sportif qu'il réussisse là où les mouvements politiques et sociaux ont échoué. Toutefois, partout où le sport peut apporter sa contribution, il s'efforcera de le faire. C’est pourquoi nous sommes très attachés aux partenariats avec l’Organisation des Nations Unies et ses agences, avec les gouvernements et la société civile." Ce point a été ensuite largement souligné dans le discours de Wilfried Lemke, conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU sur le sport au service du développement et de la paix, qui a reconnu : "nous avons chacun un rôle à jouer pour rendre notre monde sûr, heureux et dynamique, pour garantir l’éducation et l’emploi, offrir des services sociaux et médicaux, et surtout, créer des communautés pacifiques où il nous est possible de vivre sans conflit et sans peur. En tant qu’entité internationale abordant des situations et questions d’intérêt mondial, l’Organisation des Nations Unies reconnaît que la communauté internationale doit travailler main dans la main. Nous devons donner un avenir aux jeunes. En dépit de notre diversité, nous voici ici réunis pour reconnaître qu’il est un langage que nous parlons tous. Nous disposons d’un outil qui est simple à utiliser, qui n’est pas onéreux et qui est puissant. Et cet outil c’est le sport … Nous avons la preuve de la puissance du sport en faveur du développement et de la paix. Mais il nous faut continuer à collectionner les preuves et les partager. Le sport n’est plus le domaine exclusif des organes sportifs. Le sport peut aider l’ONU à atteindre ses objectifs et il le fait".

 Discours complet du président Rogge 
back to top