skip to content
Date
27 févr. 2015
Tags
Actu CIO

Anette Norberg : L’émotion d’un titre gagné sur la dernière pierre

Anette Norberg a été la skip de l’équipe féminine suédoise de curling médaillée d’or en 2006 et en 2010. Elle partage ses sensations dans cette vidéo exclusive de notre série « Paroles d’Olympiens ».


Jeux Olympiques de Turin, jeudi 23 février 2006, arène de curling de Pinerolo, 11e et ultime « end » de la finale féminine entre la Suède et la Suisse qui sont à égalité 6-6. La dernière pierre est dans les mains de la skip suédoise Anette Norberg. Dans une concentration extrême, la championne du monde et d’Europe en titre dose merveilleusement son lancer, la pierre avance doucement sur la glace sans que ses deux partenaires n’aient à donner le moindre coup de balai. Arrivé sur la cible, l’objet de 19,9 kg de couleur rouge vient frapper la première puis la deuxième pierre jaune et les sort simultanément de la « maison ». Avec Eva Lund, Cathrine Lindahl, Anna Svärd et Ulrika Bergman, Anette Norberg remporte sa plus belle victoire sur le score de 7-6.

« Nous étions les grandes favorites à Turin, nous étions censées remporter l’or car nous avions remporté cinq championnats d’affilée en 2005 et 2006 », raconte Anette Norberg. « Le match était très serré et j’ai finalement joué le point décisif sur ma dernière pierre, ce qui bien sûr a été particulièrement émouvant ». De nouveau médaillée d’or à Vancouver grâce à une victoire 7-6 face au Canada en finale, devant son public, le 26 février 2010, la championne de Härnösand,  explique que cette fois, « personne ne s’attendait à nous voir gagner », puisque les mauvais résultats s’étaient succédés lors de la campagne suédoise menant à ces Jeux.

Ces deux titres n’ont pas eu la même saveur pour Annette Norberg. A Turin, l’équipe suédoise est montée sur la première marche du podium dans la « place des médailles » située au coeur de la cité piémontaise, devant une foule compacte et enthousiaste.  « Une sensation incroyable » explique-t-elle, comparée au podium de Vancouver dressé sur la glace du centre olympique où s’était déroulée la finale. « Voilà pourquoi le souvenir de Turin est si spécial ! ».

Grace à cette formidable réussite olympique, Annette Norberg a gagné la reconnaissance pour elle et pour son sport dans son pays. « J’ai gagné beaucoup d’autres médailles dans les championnats du monde et d’Europe » (3 or, 2 argent, 4 bronze aux Mondiaux, 7 titres européens), « on ne peut pas les comparer avec celles des Jeux, parce que le curling, du moins en Suède, est un petit sport, donc nos victoires internationales passaient inaperçues, mais un titre olympique, c’est comme gagner une médaille en hockey sur glace par exemple !  Quand j’étais à Turin, personne en Suède ne faisait attention à nous, mes coéquipières et moi, mais de retour au pays deux semaines plus tard, tout le monde nous reconnaissait dans la rue ! C'est vraiment une drôle d’impression ».

Anette Norberg prend sa retraite sportive en 2013. Diplômée en mathématiques, aujourd’hui consultante dans une grande entreprise internationale d’audit, expertise comptable et conseil à destination des entreprises, elle remarque pour finir : « Ce qui est si particulier dans les Jeux, c’est de faire partie d’une très grande équipe. J’étais d’habitude membre d’un team de 4 joueuses, et tout d’un coup, on est quelque chose comme 100 athlètes et cadres de la délégation suédoise. Pour moi, c’est ce qui rend les Jeux si spéciaux. On partage les émotions des athlètes, qui concourent dans d’autres sports, dans un formidable esprit d’équipe ! ».


Tags Actu CIO
back to top