skip to content
Date
26 févr. 2010
Tags
Vancouver 2010 , Curling , Suède

Anette Norberg est arrivée à Vancouver en sachant qu’elle a la possibilité d’écrire un chapitre de l’histoire olympique...

Anette Norberg est arrivée à Vancouver en sachant qu’elle a la possibilité d’écrire un chapitre de l’histoire olympique. Si sa formation, la Suède, obtient la médaille d’or, elle deviendra en effet la première skip à conserver son titre. Anette Norberg est d’ailleurs une skip expérimentée, dont le palmarès est très fourni. À Turin 2006, elle a guidé la Suède à la victoire face à la Suisse et elle était déjà là en 1988, à la tête de l’équipe qui était devenue vice-championne olympique à Calgary, alors que le curling effectuait son entrée dans le programme olympique comme sport de démonstration.


La skip suédoise a été également sacrée trois fois championne du monde et pas moins de sept fois championne d’Europe, excusez du peu ! On peut donc dire en résumé qu’à son poste de skip, elle sait ce qu'il faut faire pour être à l’heure aux grands rendez-vous. À Vancouver, la Suède a de surcroit l’avantage d’aligner la même équipe qu'à Turin, où elle s'était parée d'or : Anna Le Moine en lead, Cathrine Lindahl en second et Eva Lund en third. Mais d’un autre côté, la barre est placée encore un peu plus haut. Le Canada est obligé de se montrer sous son meilleur jour devant son public, alors que la Chine a chaussé des bottes de sept lieues pour rattraper son retard, puisqu’elle n'a découvert ce sport qu’une décennie plus tôt.

La Suède sort des tours préliminaires avec sept victoires et se prépare à rencontrer la Chine en demi-finale. Durant la première partie du match, les deux équipes se rendent pierre pour pierre, mais l’équipe d'Anette Norberg finit par se détacher pour l’emporter 9-5.
L’autre demi-finale est beaucoup plus indécise, puisque le Canada se débarrasse in extremis de la Suisse 6-5. On se dirige alors vers une finale alléchante entre le tenant du titre et le pays hôte, passionné de curling.

Durant les premiers ends (manches), la tension trahit le poids de l’enjeu, et si la Suède prend la tête 4-2, les Canadiennes reviennent au score avant de prendre elles-mêmes le large. À un end de la fin de la partie, elles mènent 6-4 lorsqu’Anette Norberg, avec beaucoup d’aplomb, marque les deux points nécessaires pour faire basculer le match dans un bout supplémentaire. La skip canadienne Cheryl Bernard a alors l’opportunité d'enlever deux pierres lors de sa dernière tentative, mais elle ne parvient qu’à en déplacer une seule. La Suède obtient donc le point de la victoire, 7-6, qui lui permet de conserver son titre.

Les Suédoises entrent dans l'histoire et l’euphorie de la victoire gagne toutes les joueuses. Le quatuor se séparera toutefois peu après, laissant le soin à Norberg de reconstruire l’équipe avant de prendre sa retraite, en 2013.

back to top